Cop21 et agricultureLa méthanisation concentre 30 % du potentiel agricole en faveur du climat

| par | Terre-net Média

Encore trop timide par rapport à nos voisins allemands, le développement de la méthanisation agricole en France constitue de loin le principal levier d'action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d'origine agricole.

La méthanisation, premier levier de réduction des émissions de méthane dans les exploitations agricoles. La méthanisation, premier levier de réduction des émissions de méthane dans les exploitations agricoles. (©Terre-net Média)

L a construction de 1.500 unités de  méthanisation est affichée depuis de nombreux mois par le Gouvernement. Une volonté qui s’inscrit dans « l’agenda des solutions » à la hausse des températures et à la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre , au premier rang desquels figure le méthane rejeté par les élevages bovins.

Cop21 : Plein gaz sur les solutions agricoles

A l’approche de la Cop21, la Conférence mondiale sur le climat organisée du 30 novembre au 11 décembre 2015 au Bourget, Web-agri.fr se penche tout au long du mois de novembre sur les marges de manœuvre existantes pour réduire l’empreinte carbone des exploitations agricoles.
Dans son kit de communication « Bon pour le climat », l’APCA estime à environ 20 % le potentiel d’économies de gaz à effet de serre grâce au large développement de 10 actions dans les exploitations.

Dans ce cadre, le développement de la méthanisation à la ferme constitue le premier levier d’actions, parmi une dizaine, pour réduire les émissions de Ges. Selon l’Inra, la méthanisation développée à grande échelle dans les exploitations d’élevage permettrait un gain annuel de 5,8 Mt éqCO2 en 2030. Cela représenterait près du tiers des possibilités du secteur agricole pour réduire son empreinte carbone.

Sur une exploitation laitière, un méthaniseur d’une puissance de 150 kW peut digérer les effluents d’un troupeau de 150 vaches, associés à 1 200 t de résidus de cultures ou cultures intermédiaires à valorisation énergétiques, permet « la valorisation de 3 000 MWh de biogaz par an », selon les Chambres d’agriculture.

Bénéfique pour le climat, mais financièrement risqué

Mais, en témoignent les producteurs ayant monté une unité sur leur exploitation, il s’agit d’une activité de diversification à part entière qui nécessite du temps et de l’argent. L’investissement dans une unité de cogénération varie entre 6 000 et 12 000 €/ kWe (watts électriques). Il faut compter 1,5 M € pour une structure de 200 kW.

De tels projets sont ainsi coûteux, et doivent faire face aux nombreuses embûches administratives avant d’aboutir. Et la rentabilité n’est pas forcément au rendez-vous. Plusieurs pionniers de la méthanisation agricole ont d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme.

La méthanisation offrirait néanmoins un deuxième avantage d’ici 2030 : une économie annuelle d’énergie de 6 Mt équivalent pétrole. Un méthaniseur au sein d’un atelier laitier de 150 vaches peut répondre à la consommation énergétique de 200 ménages.

 

*Données issues du kit de communication « Bon pour le climat » de l’APCA


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Sommaire


A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article