Diversification

Témoignages et portraits d'exploitants agricoles qui développent un atelier en marge de leur activité première de production.

27Juin
Fourrage

En Dordogne, la coopérative Grasasa déshydrate 8 000 tonnes de luzerne par an

À Beaumontois-en-Périgord (Dordogne), la coopérative Grasasa déshydrate et granule de la luzerne depuis près de 50 ans. 8 000 tonnes sortent ainsi chaque année des installations du groupe, dont 70 % certifiées bio. Une partie est également séchée en bottes brins entiers selon un procédé innovant importé d'Italie. Visite.

2Juin
Creuse

Emmanuel Macron avait lancé cet automne un défi aux élus de la Creuse : innover pour redynamiser l'un des départements les plus défavorisés de France. Aujourd'hui, ils lui proposent de se lancer dans la culture et la transformation du cannabis à vocation thérapeutique.

29Mai
Réforme de la fiscalité agricole

Les idées d'AgirAgri pour la résilience et la transmission des exploitations

Auditionnés par des parlementaires et le cabinet du ministre des finances, les cabinets d'expertise comptable et d'avocats AgirAgri envisagent quatre axes de réforme pour améliorer la fiscalité agricole : faciliter l'épargne de précaution, la diversification des revenus des agriculteurs, la transmission des exploitations, et instaurer une TVA sociale pour une plus juste concurrence.


1Mai
Recherche

Mix-enable : un projet pour identifier les stratégies d'élevages bio durables

Le projet de recherche Mix-enable, lancé en avril 2018, vise à identifier les systèmes d'élevages biologiques diversifiés les plus durables. Pour cela, les chercheurs vont comparer les différentes complémentarités possibles entre les productions. Cela donnera aux éleveurs des idées de diversifications possibles.

13Avril
Diversification des assolements

Chez Philippe Budin, c'est la clé du système !

Dans un secteur essentiellement céréalier, les champs fleuris de lin oléagineux ou de trèfle incarnat de Dominique et Philippe Budin ne passent pas inaperçus. Depuis 2001, ce couple d'agriculteurs s'est lancé dans la multiplication de semences de céréales, de fourragères et de légumineuses. Des productions passionnantes et synonymes de valeur ajoutée pour l'exploitation mais nécessitant technicité et observation.

7Février
Magasin de producteurs

A. Charbonneau : « Coeur de campagne, le supermarché des produits de la ferme »

Aymeric Charbonneau, éleveur de vaches de race parthenaise à Le Langon en Vendée, ouvrira son magasin de producteurs à Luçon d'ici Pâques, entre le Lidl et le centre E.Leclerc du bourg. Une structure qui rassemble des produits de la ferme et propose à ses clients de rencontrer les agriculteurs. Ceux qui le souhaitent pourront même visiter les fermes et comprendre la production agricole. Traçabilité, qualité, authenticité... autant d'arguments en faveur des producteurs, qui comptent essentiellement sur le bouche à oreille pour booster leurs ventes. Aymeric explique l'origine de sa démarche sur le plateau de la SpaceTV en attendant l'ouverture, prévue à Pâques.

29Janvier
Prix national de la dynamique agricole

À l'occasion de la 26e édition du Prix national de la dynamique agricole et de la pêche, et en présence de plus de 200 invités, la Banque populaire et le Crédit maritime ont récompensé, le 18 janvier, huit agriculteurs et un pêcheur pour leur projet d'innovation et de développement de leur exploitation.

15Janvier
Cultures intermédiaires

L'Inra a organisé un Carrefour de l'innovation agronomique (Ciag) sur les cultures intermédiaires multi-services (Cims), en illustrant leurs intérêts agronomiques grâce à une large gamme d'exemples et de situations. Ce colloque, et les documents qui en sont issus, sont destinés aux professionnels du monde agricole. Ils expliquent les processus écologiques liés à la production de services écosystémiques par les Cims, et conseillent sur la conduite de ces couverts.

18Décembre
2017
Face à la volatilité

« Se spécialiser tout en diversifiant ses activités par des projets partagés »

Pour pouvoir faire face à la volatilité des marchés, la réduction des charges pour abaisser son point mort économique doit se faire sur tous les fronts. « Pas seulement sur les charges opérationnelles, mais aussi sur les charges de structure », selon Jean-Marie Séronie. Sur le plan stratégique, l'agro-économiste estime qu'il faut à la fois se spécialiser tout en se diversifiant par des projets partagés entre agriculteurs.