Traite

Articles traitant du matériel de traite des vaches laitières : salle de traite, fabricants, robot de traite.

17Décembre
2019
Traite

Un double lactoduc pour trier le lait plus facilement

Pour en finir avec les pots à lait à porter entre la salle de traite et la nurserie, certains éleveurs optent pour l'installation d'un double lactoduc. Le transfert peut se faire grâce à une vanne ou en échangeant les tuyaux de la ligne principale vers la secondaire, ça dépend des installations. Cela permet d'écarter le lait en toute simplicité et limite la pénibilité pour l'éleveur. Attention cependant, une telle installation fait légèrement grimper le coût du lavage de la salle de traite.

29Novembre
2019
Paroles de lecteurs

« Du temps libre et du revenu, n'est-ce pas réussir en élevage laitier ? »

Le témoignage de Fabrice Charles, éleveur dans les Côtes-d'Armor, paru il y a une quinzaine de jours sur Web-agri, a fait couler de l'encre auprès des lecteurs producteurs de lait. Selon certains en effet, son système présente de nombreux avantages, le principal étant de dégager du revenu en travaillant moins. Pour d'autres, son inconvénient majeur est de ne pas être « transposable partout », notamment dans les zones sensibles à la sécheresse. Quelques-uns en viennent même à opposer bio et conventionnel...

15Novembre
2019
Pâturage, vêlages groupés et monotraite

F. Charles (22) : « Doubler le revenu en travaillant deux fois moins »

Dans les Côtes d'Armor, chez Christelle et Fabrice Charles, les vaches passent 10 mois de l'année dehors. Les 2 mois restants, elles sont en bâtiment mais surtout toutes taries, grâce au système de vêlages groupés. Le reste de l'année, c'est la monotraite qui rythme les journées et la période de reproduction qui est la plus intense. Aucun regret pour ces éleveurs qui ne dépassent pas les 3 000 l/vache mais qui ont pourtant multiplié leur revenu par deux en 10 ans.

17Octobre
2019
Passer en monotraite

Le gain de temps est conséquent, la perte de lait aussi

Pour alléger la charge de travail en élevage laitier, la monotraite est une solution envisageable. Avant d'y passer, mieux vaut calculer son coup (ou plutôt son coût) car la baisse de production n'est pas négligeable et la marge s'en ressent. D'ailleurs, le gain de temps n'est pas systématique selon la stratégie choisie...


1Octobre
2019
Delaval, GEA et Lely

Les 20 000 ¤ d'écart ont aidé Étienne Fourmont (72) dans le choix de ses robots

Après avoir visité des fermes équipées puis comparé les devis, l'éleveur sarthois Étienne Fourmont a finalement tranché et choisi une marque parmi Delaval, GEA et Lely pour renouveler ses deux robots de traite. Ça n'a pas été simple mais les 20 000 ¤ d'écart l'ont aidé à faire son choix. Maintenant, place aux travaux pour réaménager la stabulation...

15Aout
2019
Chez Étienne Fourmont

Le renouvellement des robots de traite : rester rouge ou passer bleu ?

Gros changement en perspective dans l'élevage d'Étienne Fourmont. L'éleveur laitier prévoit de renouveler ses deux robots de traite en bout de course. Beaucoup de questions le taraudent : rester en Lely ou passer sur une autre marque, acheter des robots reconditionnés ou neufs, les remettre au même endroit ou ailleurs... Étienne nous fait part de sa réflexion dans une nouvelle vidéo postée sur sa chaine.

3Avril
2019
Robot de traite

Les 7 étapes de réflexion avant de franchir le cap et d'investir

Selon une étude de la MSA, 5 % des éleveurs laitiers équipés d'un robot de traite abandonnent leur outil pour revenir en salle de traite classique. Pour Coralie Hayer, conseillère prévention, il s'agit d'un manque d'anticipation et de réflexion. Avantages, inconvénients, organisation du travail et du bâtiment, maintenance de l'outil, etc. : elle nous livre les quelques points sur lesquels s'attarder avant de franchir le cap, quel que soit le robot (traite, alimentation racleur).

2Avril
2019
Vêlages groupés de printemps

Ronan Guernion (22) : « En février, la salle de traite est fermée ! »

Ronan Guernion est éleveur laitier à Tonquédec (22). Après avoir repris l'exploitation familiale en 2008, il s'inspire d'un système herbager voisin pour bâtir le sien : il passe en tout herbe en groupant les vêlages. De cette manière, sa salle de traite reste fermée deux mois l'hiver et l'éleveur avoisine les 35 h/semaine tout en restant productif.

8Février
2019
Tarissement court

Quelles vaches peut-on tarir pendant un mois au lieu de deux ?

Il est possible, voire conseillé, de tarir certaines vaches laitières hautes productrices pendant seulement 30 à 42 jours au lieu des deux mois habituels. Le tarissement court peut s'appliquer aux multipares qui produisent encore plus de 20 litres 60 jours avant le vêlage. Cette pratique améliorerait même les résultats de reproduction. Le Btpl détaille les clés de réussite pour perdre deux fois moins de temps improductif au tarissement.

28Janvier
2019
Revue des réseaux

Charge de travail importante : une (ré)organisation s'impose !

En hiver, la charge de travail est plus importante dans les élevages bovins. En effet, une grande majorité des bêtes sont en bâtiment, ce qui augmente le nombre de tâches et le temps de travail d'astreinte (paillage, raclage, alimentation, traite, soin des veaux...). Sur les réseaux sociaux, les éleveurs échangent entre eux quant à leur organisation et certains émettent quelques pistes pour améliorer l'organisation et gagner du temps.

21Janvier
2019
Lu sur les réseaux

« Éleveurs, combien payez-vous vos salariés agricoles ? »

Trouver un salarié : un véritable casse-tête pour de nombreux éleveurs. Deuxième problématique : à quel prix ? Sur les réseaux sociaux, dans les groupes d'éleveurs, la main d'½uvre est un sujet qui revient souvent. Les instituts techniques s'y penchent également. Faut-il embaucher ? Si oui, quelle sera la rémunération du salarié ? Comment le fidéliser ? Sur ces questions, chacun a sa petite idée...

3Décembre
2018
[Sondage]

75 % des éleveurs laitiers réalisent encore du contrôle de performance

Pour le contrôle laitier, si certains font encore appel à un agent de pesée, d'autres ont préféré devenir autonomes. Avant de franchir ce cap, il faut néanmoins se poser les bonnes questions dont notamment : « Ai-je le temps et les moyens de réaliser mes pesées de lait en plus de la traite ? »