Pâturage

image Pâturage

Articles traitant du pâturage des bovins lait et viande, de l'herbe, des prairies.

16Novembre
[Témoignage] Changement climatique

« En privilégiant l'herbe et le méteil, notre EBE est resté le même »

Changement climatique rime aussi avec économie sur une exploitation, comme en témoigne Charlotte Kerglonou. Installée en Bretagne, en production laitière, cette éleveuse a fait évoluer fortement son système de production en quelques années.

10Novembre
Top articles

Prix des veaux, pâturage dynamique et financements de L214 en une cette semaine

Bien que la pluie ait fait son retour sur le territoire, les effets néfastes de la sécheresse ne se sont pas encore dissipés : les éleveurs se plaignent des prix faibles des veaux et la collecte laitière française est en recul de 5 % par rapport à l'an dernier selon le Cniel. La Chambre d'agriculture de Bretagne a mené une étude afin de fournir à la filière méthanisation les informations dont elle a besoin. Si vous souhaitez vous lancer dans le pâturage dynamique, Florent Cotten, éleveur et co-fondateur de Pâturesens vous conseille d'y réfléchir dès cet hiver. Selon No Vegan, l'association L214 aurait perçu plus d'un million d'euros d'une organisation américaine.

9Novembre
Vu sur les réseaux

Herbe VS granulés : Agriskippy se prépare au passage en bio

Le youtubeur normand Agriskippy poste une nouvelle vidéo sur le retour à l'étable de ses génisses. L'occasion de peser les animaux et de les déparasiter. L'éleveur, qui prépare une conversion à l'agriculture biologique, revient sur sa conduite à l'herbe. Pour la première fois, il compare le poids de ses génisses conduites exclusivement à l'herbe à celles complémentées aux granulés.

8Novembre
Autonomie alimentaire

Sous quels couverts semer une prairie temporaire ?

Le semis de prairie sous couvert permet de gagner du temps en conduisant deux cultures de façon simultanée. Certains couverts comme l'orge de printemps ou l'association pois-féverole sécurisent l'implantation de la prairie. C'est ce que nous montrent les résultats d'essais du programme Reine Mathilde.


2Novembre
Système herbager

Florent Cotten, Pâturesens : « Se lancer en pâturage dynamique dès cet hiver »

Florent Cotten (éleveur et co-fondateur de Pâturesens) conseille aux éleveurs (laitiers et allaitants) qui souhaitent s'initier au pâturage dynamique d'y réfléchir dès cet hiver. Selon lui, « ça laisse le temps de se former, de revoir les bases, de préparer le matériel et de monter les clôtures pour entamer la saison d'herbe en tout sérénité ».

26Octobre
Paroles de lecteurs

Le sorgho et le méteil pour cultiver son autonomie alimentaire

Les lecteurs de Web-agri semblent convaincus : il faut améliorer l'autonomie alimentaire des élevages pour une meilleure résilience face aux difficultés économiques. Mais avec le réchauffement climatique, ne sera-t-il pas risqué de tout miser sur l'herbe ? Le sorgho ou le méteil pourraient être, selon certains, des alternatives intéressantes. C'est Patrice Brachet qui va être content...

24Octobre
Programme Reine Mathilde

Des pistes concrètes pour améliorer l'autonomie alimentaire des élevages

Après 8 ans d'essais en fermes, le programme Reine Mathilde dévoile ses pistes pour améliorer l'autonomie alimentaire des élevage bovins. Associations riches en protéagineux, mélanges prairiaux, plantes compagnes du maïs... : les experts donnent leurs préconisations pour chaque thématique travaillée (et il y en a 8 au total !).

19Octobre
Paroles de lecteurs

L'or blanc pour les coops et les industriels, pas pour les éleveurs !

"À la ferme St Paul (27), l'or blanc existe encore et il est produit à l'herbe" : le titre de ce reportage, paru il y a quelques semaines, a interpellé les lecteurs de Web-agri. Si certains préfèrent parler d'or vert, puisque la bonne valorisation du lait est liée au système herbager, d'autres déplorent que l'or blanc ne soit pas pour les producteurs mais pour les coopératives et l'industrie laitières.

18Octobre
Production laitière biologique

« Il y a une perte d'efficacité économique chez les nouveaux convertis »

Avec la concentration des exploitations, les éleveurs laitiers qui franchissent le cap de la conversion biologique sont à la tête de structures plus grandes que celles converties il y a plusieurs années. La taille plus grande de ces élevages en conversion a-t-elle un impact sur leur efficacité économique ? « Oui », répond Jérôme Pavie, responsable du service Fourrages et pastoralisme à l'Institut de l'élevage.

13Octobre
Top articles

Prix du lait, salle de traite mobile et véganisme

Cette semaine Web-agri s'interroge sur le prix du lait : et si nous transposions le modèle américain en France ? Lait toujours, avec la visite guidée de la salle de traite mobile de Camille Maguet ! L'article traitant du front commun inédit du monde agricole pour dénoncer l'extrémisme anti-spéciste, a suscité beaucoup de réactions, la rédaction a compilé les meilleurs commentaires. Les lecteurs se sont aussi intéressés à l'installation et la transmission en élevage. Enfin, l'article sur les rendements en maïs de l'année a également beaucoup plu !

12Octobre
Salle de traite mobile

Camille Marguet (25) : « Les vaches sont traites 6 mois de l'année au pâturage »

Produire du lait pour la fabrication du Comté demande de respecter un certain cahier des charges dans lequel le pâturage compte beaucoup. C'est le cas de Camille Marguet, éleveur laitier du Doubs qui fait pâturer ses animaux 6 mois de l'année. Si ses champs sont trop éloignés de l'exploitation pour que les vaches aillent se faire traire, Camille a trouvé la solution : c'est la salle de traite qui vient aux vaches ! Équipé d'une salle de traite mobile, l'éleveur fait tourner ses animaux d'une parcelle à l'autre en déplaçant son outil de traite qui est, malgré ce qu'on pourrait croire, confortable, moderne et pas plus cher qu'un tracteur.

11Octobre
Lait de foin

Didier Le Hec, éleveur : « un lait payé 50 % plus cher que le conventionnel »

Issu d'Autriche, le lait de foin arrive en France. En ramenant cette filière dans l'hexagone, les éleveurs laitiers herbagers espèrent décrocher des contrats avec les laiteries et par conséquent une meilleure rémunération de leur production. « Ce n'est pas une opération commerciale, c'est une véritable filière avec un lait issu d'une alimentation composée à 75 % d'herbe et de foin », insiste Didier Le Hec, éleveur et président de l'association.