Pâturage

image Pâturage

Articles traitant du pâturage des bovins lait et viande, de l'herbe, des prairies.

9Décembre
Les prés-vergers

Combiner pâturage et production de fruits : un système aux multiples atouts

Le pré-verger est une forme d'agroforesterie. À la différence des vergers classiques, on y implante des arbres à haute tige à une densité inférieure. Il combine production de fruits et de lait ou de viande grâce à l'herbe pâturée. Une pratique ancestrale mais productive à remettre au goût du jour.

8Décembre
Journée mondiale du climat

L'agriculture représente 16,4% des GES en France contre 29% pour les transports

Souvent perçue comme un secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre (GES), l'agriculture ne représente en fait que 16,4 % de l'émission de GES en France en 2017, loin derrière les transports (29 %). Mais surtout elle représente un levier d'action pour lutter contre le réchauffement climatique grâce au carbone stocké dans les sols et à la production d'énergies renouvelables.

8Décembre
Journée mondiale du climat

14 000 élevages déjà engagés dans une démarche environnementale avec Cap'2ER

Ce dimanche 8 décembre est célébrée la Journée mondiale du climat. L'occasion de rappeler l'importance des enjeux climatiques pour les éleveurs et leurs efforts pour réduire leur empreinte carbone. Qu'ils soient laitiers ou allaitants, 14 000 élevages ont déjà effectué un diagnostic environnemental avec l'outil Cap'2ER et ont mis en place des changements pour réduire leur impact environnemental.


3Décembre
Les conseils du Gnis

Améliorer ses surfaces prairiales en 5 points

Les prairies assurent des fonctions essentielles pour l'environnement : gestion de l'eau, stockage de carbone, biodiversité... Une bonne gestion est primordiale pour leur productivité. Cela passe par l'élimination des causes de dégradation, l'introduction de nouvelles espèces, la fertilité, le mode d'exploitation et l'aménagement des parcelles.

29Novembre
Paroles de lecteurs

« Du temps libre et du revenu, n'est-ce pas réussir en élevage laitier ? »

Le témoignage de Fabrice Charles, éleveur dans les Côtes-d'Armor, paru il y a une quinzaine de jours sur Web-agri, a fait couler de l'encre auprès des lecteurs producteurs de lait. Selon certains en effet, son système présente de nombreux avantages, le principal étant de dégager du revenu en travaillant moins. Pour d'autres, son inconvénient majeur est de ne pas être « transposable partout », notamment dans les zones sensibles à la sécheresse. Quelques-uns en viennent même à opposer bio et conventionnel...

29Novembre
Aides européennes

Des fraudes corses pourraient coûter 1,4 milliard à la France

Les doutes de Bruxelles sur l'efficacité de la lutte contre la fraude aux aides européennes agricoles en Corse, après des abus constatés par la Justice et un rapport confidentiel, risquent de coûter à la France 1,4 milliard d'aides, pénalisant des agriculteurs vertueux dans tout le pays et les contribuables, ont mis en garde plusieurs sources dans l'île.

29Novembre
Affouragement en vert

Joseph Lalloué : « Au pré ou à l'auge, de l'herbe fraîche dix mois sur douze »

Pour valoriser au mieux ses prairies éloignées, Joseph Lalloué pratique l'affouragement en vert après plusieurs coupes d'ensilage. De juillet à novembre, l'herbe jeune et riche apportée chaque jour maintient un bon niveau de production laitière et limite l'achat de correcteur azoté.

26Novembre
Démarche bas carbone

Julien Boulet, éleveur de limousines, a réduit son empreinte carbone de 38 %

Engagé dans le programme Life Beef Carbon, Julien Boulet, éleveur de bovins viande en Ille-et-Vilaine, a réduit de 38 % son empreinte carbone depuis 2015. Comment ? Il a amélioré la conduite de son cheptel pour limiter les animaux improductifs et a favorisé le stockage du carbone en développant le pâturage et en implantant des haies.

25Novembre
Fourrages

Être plus autonome : oui mais pas à n'importe quel prix !

Améliorer l'autonomie alimentaire : voilà un objectif partagé par beaucoup d'éleveurs et dont les fourrages en sont le principal levier. Qu'ils soient pâturés ou stockés, il est important de faire le point pour vérifier que cette autonomie soit bien financièrement intéressante. Ça passe notamment par le coût de mécanisation et la productivité de la culture (en quantité et qualité).

20Novembre
Pâturage

« La mise à l'herbe du printemps se prépare à l'automne »

En automne, il reste encore de l'herbe à aller chercher. Si les conditions de portance le permettent, les animaux (surtout ceux à faibles besoins) peuvent regagner les prairies pour profiter des repousses et nettoyer les parcelles avant l'hiver. D'une pierre deux coups : le pâturage d'automne permet d'économiser du fourrage stocké tout en favorisant la future pousse de printemps.

15Novembre
Pâturage, vêlages groupés et monotraite

F. Charles (22) : « Doubler le revenu en travaillant deux fois moins »

Dans les Côtes d'Armor, chez Christelle et Fabrice Charles, les vaches passent 10 mois de l'année dehors. Les 2 mois restants, elles sont en bâtiment mais surtout toutes taries, grâce au système de vêlages groupés. Le reste de l'année, c'est la monotraite qui rythme les journées et la période de reproduction qui est la plus intense. Aucun regret pour ces éleveurs qui ne dépassent pas les 3 000 l/vache mais qui ont pourtant multiplié leur revenu par deux en 10 ans.

13Novembre
Prairies permanentes

82 % des régions avec une pousse d'herbe déficitaire sur cette campagne

La sécheresse 2019 a eu un fort impact sur la production d'herbe. Au 20 octobre, Agreste estime que la production cumulée des prairies permanentes est inférieure de 27 % à la pousse annuelle de référence. Le déficit de pousse concerne 82 % des régions fourragères. Auvergne-Rhône-Alpes est la région la plus touchée avec un déficit de 38 %. À l'inverse, la Bretagne est la seule région à terminer la campagne avec une pousse cumulée d'herbe normale.

13Novembre
Earl de Charchenay (Deux-Sèvres)

Du pâturage tournant dynamique pour les Blondes d'Aquitaine

Avec cinq années de recul en pâturage tournant dynamique pour les 60 mères Blondes d'Aquitaine de son troupeau, Stéphane Faidy confie : « Si c'était à refaire, je le referai ! » Meilleure productivité des prairies, arrêt de la fertilisation minérale, docilité du cheptel... : l'éleveur des Deux-Sèvres constate de nombreux avantages.