Pâturage

image Pâturage

Articles traitant du pâturage des bovins lait et viande, de l'herbe, des prairies.

21Mai
Affouragement en vert

L'herbe qui vient à la vache : c'est bien mais ça doit rester rentable !

L'affouragement en vert consiste à apporter l'herbe directement dans l'auge des vaches qui n'ont pas la possibilité de pâturer. Cette technique permet de valoriser des couverts riches mais quelques notions sont à prendre en compte pour que l'éleveur s'y retrouve économiquement parlant.

18Mai
Salle de traite avec griffes ADF Milking

Thibault Roseleur, éleveur : « 40 minutes de traite en moins chaque jour »

Exploitation laitière des Hauts de France, la SCEA du château Courbet transforme la plus grande partie de sa production en maroilles AOC. Pour la santé du troupeau, la qualité du lait, la réduction du temps de traite et de la pénibilité, Thibault Roseleur et son père ont investi dans le système ADF Milking. Deux mois après l'installation, ils évoquent les retours sur investissement.


16Mai
Bovin viande

Économiser de l'aliment en rationnant les génisses l'hiver sans les pénaliser

En mobilisant leurs réserves corporelles, les génisses allaitantes sont capables de s'adapter à une restriction alimentaire durant l'hiver. Elles rattrapent ensuite leur retard de croissance durant la saison de pâturage pour atteindre le même poids que des génisses qui n'auraient pas été restreintes. Cela permet à l'éleveur d'économiser du fourrage et des concentrés.

11Mai
Pâturage tournant dynamique

Un EBE qui grimpe chez François Dumont (62) grâce à un système plus extensif

Il y a plusieurs années, François Dumont a pris un nouveau tournant dans sa façon de travailler. Éleveur laitier dans le Pas-de-Calais, il a d'abord arrêté le maïs après plusieurs chantiers d'ensilage catastrophiques. Puis, en cherchant des solutions pour nourrir son troupeau différemment, il a découvert le pâturage tournant dynamique. Il conduit désormais ses 55 vaches laitières à l'herbe toute l'année. Le plus surprenant pour l'éleveur c'est que le résultat de l'exploitation est loin d'avoir fondu : il a au contraire augmenté, tout comme sa qualité de vie au quotidien !

7Mai
Pâturage

La moitié des éleveurs seulement avaient sorti les vaches au 15 avril

Dans son nouvel observatoire sur l'alimentation des vaches laitières, le Cniel fait un point sur le pâturage à la fin du mois d'avril 2018. Le retard de mise à l'herbe de près de trois semaines pourrait pénaliser les stocks fourragers des élevages. L'interprofession donne alors quelques conseils pour optimiser cette saison à l'herbe.

4Mai
Pâturage et robot de traite

Un parcellaire adapté au robot ou un robot qui s'adapte au parcellaire ?

L'arrêt du pâturage n'est pas une fatalité quand arrive un robot de traite. Maintenir le pâturage a de réels intérêts pour le coût alimentaire mais aussi pour répondre aux attentes sociétales. Un parcellaire groupé, de bons chemins, une organisation optimale ont permis à Christophe Vermet et Jean-Pierre Blanchard, éleveurs en Ille-et-Vilaine, de concilier les deux.

26Avril
Pâturage

D'après Jean-Baptiste Carrié (12), « le PTD c'est tout bénef ! »

Jean-Baptiste Carrié élève des vaches allaitantes limousines dans l'Aveyron. Converti depuis trois ans aux méthodes du pâturage tournant dynamique, il ne reviendrait plus en arrière à ce jour. Cela lui a permis d'augmenter la durée du pâturage, de faire grimper les rendements, de supprimer ses intrants et d'améliorer l'état général du troupeau.

6Avril
Paroles de lecteurs

Avec la pluie, pas simple la mise à l'herbe !

Cette année, les précipitations importantes et régulières compliquent la mise à l'herbe des bovins lait et viande, comme en témoignent de nombreux commentaires de lecteurs de Web-agri. Le principal problème : le manque de portance des sols, qui ne peuvent plus absorber l'excès d'eau. « Ça va être la cata pour ceux qui n'ont pas trop de stock fourrager », craint notamment Patrice Brachet, éleveur en Poitou-Charentes.

5Avril
Cultures fourragères

Les méteils : pour qui ? pour quoi ?

Les méteils (mélanges de céréales et de légumineuses) permettent aux éleveurs de sécuriser leur système fourrager. Ils doivent être rentables par leur productivité et leur intégration dans la rotation et le travail à la ferme. Leur culture permet d'approcher d'encore un peu plus près l'objectif de tous : être autonome.