Races à faibles effectifs

Articles traitant des races bovines et ovines menacées.

7Mai
Bovin viande

Le croisement Angus : pour qui ? pourquoi ? comment ?

Dans le Maine-et-Loire, la ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou teste actuellement le croisement Angus sur ses Limousines. Son objectif : diminuer les durées et coûts de finition pour améliorer l'efficacité économique de l'élevage et répondre un peu plus aux attentes sociétales. Premiers éléments de réponse par Julien Fortin et Bertrand Daveau.

21Avril
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

Préserver une race locale à faible effectif avec le financement participatif

Aider une Cuma de transformation/découpe à rénover ses équipements, des agriculteurs sinistrés à rebondir, d'autres encore à créer un labyrinthe de maïs... : les projets soutenus par la plateforme de financement participatif Miimosa se diversifient de plus en plus. Benoît Randoux, lui, l'a sollicitée pour monter un élevage de vaches laitières rouges flamandes et sauvegarder cette race locale, qui s'intègre dans une démarche plus large de réorientation technique et économique de son élevage.

4Mars
Dans le Lot-et-Garonne

20 000 ¤ pour se lancer et relancer l'élevage

Afin de redynamiser l'élevage dans le Lot-et-Garonne, la Chambre d'agriculture propose une aide de 20 000 ¤ pour financer l'achat d'animaux. D'abord dédié à la relance de la race bovine allaitante locale, la Garonnaise, le dispositif a été étendu à l'ensemble des bovins, ovins et caprins, lait comme viande. Premier bénéficiaire de l'opération, Ludovic Bulit a reçu dix génisses le 11 février dernier.

2Mars
Bovin viande

L'Inra 95 accède au statut de race reconnue et possède maintenant son propre OS

Auriva-Elevage devient organisme de sélection de la race Inra 95. Bien connue des éleveurs laitiers en croisement terminal, cette race bovine à fort développement musculaire est de plus en plus plébiscitée en France comme à l'étranger et son nouvel OS compte bien développer sa génétique en insistant sur les facilités de naissance.


18Février
Au Salon de l'agriculture

Des « graines d'éleveurs » de 6 à 18 ans mettront à l'honneur la vache villarde

La trentaine de jeunes de l'association « graines d'éleveurs » du Vercors ont plusieurs points communs : leur passion de l'élevage, en particulier de la vache Villard-de-Lans, leur volonté d'en faire leur métier plus tard et leur envie de faire découvrir l'agriculture, leur territoire et cette race à très faible effectif. 23 d'entre eux évolueront sur le ring au Salon de l'agriculture avec leurs animaux.