Autonomie alimentaireAssociation céréales-protéagineux en grains : viser un concentré équilibré

| par | Terre-net Média

Pour produire un concentré équilibré sur la ferme, il faut choisir les bonnes associations céréales-protéagineux. Les essais menés dans le cadre du programme Reine Mathilde mettent alors en avant l'association triticale + féverolle.

L'association triticale + féverole pour une récolte en grains est la plus recommandée par les experts du programme Reine Mathilde pour sa productivité et sa bonne valeur MATL'association triticale + féverole pour une récolte en grains est la plus recommandée par les experts du programme Reine Mathilde pour sa productivité et sa bonne valeur MAT (©Reine Mathilde) À l’issu de huit années d’essais pour améliorer l’autonomie alimentaire des élevages bovins bios, le programme Reine Mathilde dévoile ses résultats. Pour cet essai, il est question des associations céréales-protéagineux récoltées en grains. (Retrouvez tous les résultats d'essais du programme dans le sommaire tout en bas de l'article)

Choisir les bonnes espèces pour récolter plus de protéines

Si l’association triticale + pois fourrager est répandue en Normandie, elle présente l’inconvénient d’être versante et peu dotée en protéines. Plusieurs essais ont été mis en place pour repérer les associations qui permettent de produire un concentré équilibré. D’après le tableau ci-dessous, plusieurs espèces peuvent remplacer le pois pour améliorer la teneur en protéines : la féverole, la vesce et le lupin. L’association choisie dépendra de l’objectif de départ et du coût de semence mais c'est, selon les experts, l’association triticale + féverole qui l’emporte car elle présente une hauteur et une maturité conjointes, elle ne verse pas et la féverole en abondance contribue à la bonne valeur MAT du mélange.

Il existe de nombreuses possibilités d'associations céréales-protéagineux mais certaines se démarquent plus que d'autres par leur rendement et leur teneur en MATIl existe de nombreuses possibilités d'associations céréales-protéagineux mais certaines se démarquent plus que d'autres par leur rendement et leur teneur en MAT (©Reine Mathilde)

L'association céréales-protéagineux se décide aussi selon les objectifs recherchés sur l'élevage et les valeurs alimentaires des espècesL'association céréales-protéagineux se décide aussi selon les objectifs recherchés sur l'élevage et les valeurs alimentaires des espèces (©Reine Mathilde)

Le semis : étape clé pour favoriser les protéagineux

Pour favoriser les protéagineux, les techniciens préconisent un semis précoce, c’est-à-dire à partir du 15/10, et une densité renforcée jusqu’à 70-80 % de la dose en pure (dans les essais, les densités étaient de 60 %). La culture préférera alors un faible reliquat azoté et pas de fertilisation azotée. Il vaut également mieux associer deux variétés de protéagineux choisies pour leur complémentarité de résistance aux maladies et enterrer la féverole en profondeur dans les zones où il y a un risque de gel (< - 9 °C).

Pour la densité de semis, 60-60 signifie que la céréale a été semée à 60 % de sa densité en culture pure et les protéagineux volubiles comme la vesce et le pois fourrager plafonnés à 20 grains/m2. Ce dosage à 120 % fait suite au constat d’un peuplement sortie hiver faible avec un dosage 50-50. Deux conséquences à cela : des protéagineux peu présents à la récolte et un risque de salissement accru. Les experts préconisent : « Lorsque nous avons observé un peuplement sortie hiver faible, les rendements finaux ont toujours été bons. Il faut faire confiance aux capacités de récupération des associations ! »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article