Crise de l'élevageUn climat de plus en plus explosif

| par | Terre-net Média

Malgré « l'engagement » des industriels à augmenter le prix de la viande dès cette semaine, les éleveurs de bovins viande continuent leurs actions syndicales, notamment dans le grand Ouest. Que ce soit en lait, viande bovine ou porc, les pressions pour exiger des transformateurs et distributeurs une revalorisation des prix se font de plus en plus fortes.

Des feux allumés près de grandes surfaces ou sur des ronds-points dans la Manche, du fumier déversé à Mondeville dans le Calvados, des débris pour boucher l’accès livraison d’une enseigne de Chateaubourg, en Ille-et-Vilaine… : les éleveurs du grand Ouest, à l’appel du syndicalisme majoritaire, ont poursuivi en début de semaine, leur mouvement de colère à l’encontre des enseignes de la grande distribution, toujours engagées dans une « spirale destructrice de guerre des prix ».

Des centaines d'actions syndicales ont été organisées depuis dimanche 21 juin par les éleveurs, qui attendent une revalorisation du prix de viande, promise par les industriels dès cette semaine, à raison de 5 cts €/kg de carcasse et par semaine, jusqu’à ce que le prix au kilo couvre les coûts de production « qui sont en moyenne de 4,50 euros le kilo/carcasse » selon Jean-Pierre Fleury, président de la Fnb.

Dans l'Oise notamment, la position syndicale est ferme : « Aucun animal ne doit partir en dessous d’une revalorisation de 50 centimes du kilo par rapport à la semaine dernière, toutes catégories confondues », explique la Fdsea.

Mais il n’y a pas que les producteurs de viande qui manifestent. Participent aussi aux actions les éleveurs laitiers, qui restent dans l’incertitude la plus totale quant au prix du lait au second semestre 2015.

Multiplication des actions coup de poing

En Bretagne, la colère monte de plus en plus. La Fdsea d'Ille-et-Vilaine, notamment, a appelé ses adhérents au calme pour éviter tout débordement. Lors d'une réunion, le préfet de Bretagne, Patrick Strzoda, a prévenu qu'il n'y aurait « pas d'impunité pour les agriculteurs qui multiplient les actions coup de poing ».

Ces actions, de même que d'autres en Haute-Saône, ont été largement relayées sur les réseaux sociaux :

« Il faut s'attendre à d'autres actions avant les moissons » avait ainsi indiqué Thomas Diemer au Figaro.

Les JA des régions Bretagne, Pays-de-la-Loire et Normandie ont notamment menacé de reprendre leurs actions à l'encontre des Gms mercredi prochain si des prix rémunérateurs ne sont pas obtenus.

Jeudi 25 juin, Jeunes agriculteurs et la Fnsea tiennent ensemble un conseil fédéral, où il sera question de la stratégie syndicale à venir.

Côté prix de la viande bovine, le Conseil spécialisé de FranceAgriMer sur la viande rouge a enregistré un léger frémissement des cours. Selon les catégories de viande, les hausses constatées seraient de 1 à 7-8 cts/kilo.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Patrick
Il y a 1424 jours
Les marges des distributeurs sont colossales, ils ont un pouvoir de pression énorme sur la production, que ce soit l'"alimentaire ou n'importe quoi, leus prix de vente sont calés sur les prix à lka production les plus élevés, en 2012 ils avaient considérablement augmenté leurs tarif car les lait était rémunéré assez bien aux éleveurs, ils n'ont pas rebaissés ensuite, au contraire, ils n'ont cessé d'augmenter, pour info, un hyper s'amortit en 3 ans, aujourd'hui en batiments d'élevage, les amortissements se font sur 20 ans.......

Je ne suis pas agri, mais j'en suis issu, ce sont des gens qui travaillent beaucoup, ils méritent de bien gagner leur vie
Répondre
Fraise22
Il y a 1424 jours
Tout à fait d'accord avec Thierry, les coopératives agricoles doivent être des entreprises gérées comme telles par des dirigeants compétents qu'ils soient élus ou exécutifs malheureusement ce n'est rarement le cas, ce système de gouvernance historique et use, assis bien souvent sur des fonds propres des générations précédentes est dans bien des cas contre productif
Répondre
thierry16380
Il y a 1425 jours
Arrêter de dire que la faute des prix vient des GMS commencer d abord a mettre de l ordre dans nos coopératives agricole qui ont ete créer par nos pères ou grands pères pour nous permettre une rémunération tdécante de nos produit actuellement toutes les marges de ceci sont pris par nos Coop pour rémunérer des dirigeant des ces entreprises qui non rien a faire des problèmes des paysans et préfère leur profit je pose simplement une question a qui la faute ,pour ma part les responsables sont les agriculteurs qui siègent dans les conseils d administration qui on le pouvoir décisif et le directeur le pouvoir exécutif mais aujourd'hui hui c est le contraire .De plus ou sont nos syndicalistes nationaux pour nous défendre on ne les attend jamais dans les journaux téléviser a moins que ceci en poste actuel ne se prépare comme bien d'autres de leurs prédécesseurs a des élection des conseillers régionaux pour le salaire et dire que tout va bien dedans le monde agricole et se cacher derrière le mot paysan en disant qu ils connaissent
Répondre
maisse
Il y a 1425 jours
si on en est la ce jour c est la faute des agriculteurs qui de cesse de vouloir manger le voisin plutôt que de travailler ensemble.le monde agricole et l un des plus dur que je connaisse.je suis agriculteur issu de famille non agricole.je sais de quoi je parle.a bon entendeur.....................!ca ne va pas pas encore assez mal a mon avis pour que le monde agricole change de mentalite...................





Répondre
Patrick
Il y a 1425 jours
Leclerc, fait des opérations "pouvoir d'achat" cette semaine, il faut empécher les livraisons et bloquer pour que les clients ne puissent entrer en leur expliquant que ces opérations ont des conséquences désastreuses pour la production industrielle et agricole. la ce sera justifié et compris, de plus pour être crédibles n'allez pas manifester avce des John Deere, des Fendt et autres New Holland, mais plutot des tracteurs fabriqués en France: Claas et Massey, si vous voulez défendre la production agricole Française et modifier vos achats ensuite sinon vous ne serez jamais compris, aujourd'hui avec vos tracteurs étrangers, c'est faites ce que l'on veut mais pas ce que l'on fait
Répondre