Dossier Retour au dossier Prix du lait

Conjoncture laitièreLe déséquilibre offre-demande devrait être favorable aux prix

| par | Terre-net Média

Le contexte du début de l'année 2020 est plutôt haussier pour le marché des produits laitiers industriels, selon Benoît Rouyer, économiste au Cniel. Le production laitière continue de progresser faiblement en Europe. Elle suit la même orientation en France, avec un redressement depuis le mois d'août 2019. En novembre, le prix standard du lait de vache conventionnel s'élevait à 334 ¤ les 1 000 l.

Cliquez pour lancer la vidéo.

Les produits laitiers ont démarré l’année 2020 du bon pied, dans un contexte plutôt haussier pour les prix. « La demande mondiale reste bien orientée tandis que l’offre s’avère peu abondante dans les principaux bassins exportateurs mondiaux », explique Benoît Rouyer, économiste au Cniel, dans sa note de conjoncture laitière mensuelle du 29 janvier 2020. Selon lui, ce léger déséquilibre entre l’offre et la demande « devrait soutenir les prix des produits laitiers au cours des prochains mois ».

Le marché des produits laitiers industriels continue de présenter un bilan contrasté. Depuis le printemps 2018, le prix de la poudre de lait écrémé a augmenté régulièrement jusqu’à dépasser aujourd’hui les 2 600 €/t. Alors que le prix du beurre diminuait sensiblement depuis un an et demi, « cette baisse s’est interrompue depuis la fin du mois d’octobre. Le prix du beurre s’est en effet stabilisé depuis trois mois, autour de 3 700 €/t », note l'expert.

Retrouvez la dernière conjoncture laitière de novembre-décembre 2019 : Le manque de dynamisme de la production devrait soutenir les prix

334 € les 1 000 l en novembre 2019

Dans son enquête mensuelle laitière, FranceAgriMer a annoncé un prix standard du lait de vache conventionnel à 334 € les 1 000 litres en novembre 2019, soit un niveau équivalent à celui de l’an dernier.

Prix mensuel du lait de vachePrix mensuel du lait de vache (©Cniel/FranceAgriMer)

Un manque de dynamisme pour la production mondiale

Pas de changement pour la production laitière mondiale depuis la précédente conjoncture : elle continue de manquer de dynamisme dans les principaux bassins exportateurs mondiaux. « Sur les 11 premiers mois de l’année 2019, elle progresse faiblement dans l’Union européenne et aux États-Unis, tandis qu’elle recule de 0,8 % en Nouvelle-Zélande », affirme l’économiste.

Courbes de la collecte laitière entre 2016 et 2019 en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis et dans l'Union Européenne.Courbes de la collecte laitière entre 2016 et 2019 en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis et dans l'Union européenne. (©Cniel)

La production française poursuit son redressement

L’économiste affirmait le mois dernier que la production laitière française devrait continuer de remonter dans les prochains mois Et c’est bien le cas, puisque « cette tendance se poursuit sur le début de l’année 2020. Sur l’ensemble de l’année 2019, la collecte nationale est sensiblement au même niveau qu’en 2018 ».

Évolution de la collecte laitière française jusqu'à fin mi-janvier 2019Évolution de la collecte laitière française jusqu'à début janvier 2020 (©Cniel/FranceAgriMer)

Des prix à la consommation en progression

Au cours des derniers mois, Benoît Rouyer note une progression des prix à la consommation pour les ménages en France, pour l’ensemble des produits laitiers. « Le prix du beurre a augmenté de 3 % en 2019, après deux années consécutives de forte hausse, en 2017 et 2018, de telle sorte que la progression sur 3 ans atteint 30 %. Les variation de prix pour les autres produits laitiers au cours des 12 derniers mois atteignent 1 % pour le lait liquide, 2 % pour les fromages et 3 % pour les yaourts ». 

Retrouvez plus d'informations sur l' Observatoire des marchés de Web-agri

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Youssed
Il y a 147 jours
Priere de menvoyez les priere des vaches
Répondre