Cniel

Articles sur le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière qui regroupe Fnpl, Fnil et Fncl.

18Septembre
Space 2018

Le 11 septembre 2018, à l'occasion du Space, FranceAgriMer, établissement national des produits de l'agriculture et de la mer, organisait en partenariat avec le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel), une conférence sur « La transformation laitière : stratégies et tendances d'évolution ».

17Septembre
Prix du lait

T. Roquefeuil (Cniel): «La loi doit refléter l'état d'esprit des Etats généraux»

Pour l'interprofession laitière, une course contre la montre est lancée : d'ici la mi-octobre, date à laquelle Emmanuel Macron compte recevoir les filières après la promulgation de la loi Alimentation, les acteurs doivent déterminer et valider les indicateurs qui serviront au calcul du prix du lait. Selon Thierry Roquefeuil, président du Cniel, avec des indicateurs rendus publics, les industriels et distributeurs ne pourront plus se dérober à la nécessité de prendre en compte les coûts de production des éleveurs, et de « faire passer les hausses de prix » quand l'évolution du marché les justifie.

29Aout
Élevage laitier

Embaucher un salarié : les conditions à respecter

« Et si j'embauchais un salarié ? » Vous vous êtes peut-être déjà posé la question mais les contraintes associées vous ont poussé à renoncer. Le Cniel, l'Institut de l'élevage et leurs partenaires se sont penchés sur le sujet et vous donnent les moyens de prendre la bonne décision.


7Mai
Pâturage

La moitié des éleveurs seulement avaient sorti les vaches au 15 avril

Dans son nouvel observatoire sur l'alimentation des vaches laitières, le Cniel fait un point sur le pâturage à la fin du mois d'avril 2018. Le retard de mise à l'herbe de près de trois semaines pourrait pénaliser les stocks fourragers des élevages. L'interprofession donne alors quelques conseils pour optimiser cette saison à l'herbe.

1Mai
Conjoncture laitière

Demande soutenue et production ralentie : la hausse du prix du lait se confirme

Selon le Cniel, la demande mondiale soutenue et la production laitière ralentie sont actuellement favorables à la conjoncture laitière. En effet, les grands bassins exportateurs mondiaux étant moins dynamiques que prévu, le prix du beurre devrait poursuivre sa hausse. Concernant la poudre de lait, la vente récente de 24 000 tonnes permet d'espérer « que les prix pourraient augmenter, au moins légèrement », selon l'interprofession laitière.

12Avril
Marchés laitiers

Pression croissante des opérateurs sur Bruxelles pour dégager le stock de poudre

L'incertitude grandit au fil des jours quant aux perspectives de prix du lait payé aux producteurs pour 2018. En cause : le stock européen toujours aussi important de poudre de lait écrémé dont la Commission européenne ne sait que faire. Producteurs et opérateurs français et allemands soumettent une proposition commune à Phil Hogan : dégager progressivement une partie du stock en alimentation animale. Mais cette solution a un coût : 110 M€ de perte estimée pour 100 000 t écoulées sur ce débouché.

29Mars
Conjoncture laitière

« Scénario assez probable » d'une reprise du prix du lait au second semestre

Selon le Cniel, le grand écart entre le cours des matières grasses et celui de la poudre de lait écrémé devrait se maintenir tout au long de l'année 2018. Dans ce contexte, la tendance des prix payés aux producteurs sera fonction de la dynamique laitière en Europe et en Nouvelle-Zélande, mais aussi du dégagement, ou non, de l'énorme stock européen de poudre. Lorsque le pic printanier de collecte aura fini de tirer les prix vers le bas, « une reprise sur le second semestre 2018 constitue un scénario assez probable », selon l'interprofession laitière.

7Mars
Prix du lait et coûts de production

En 2017, 24 % des coûts de production n'ont pas été couverts par les prix payés

Selon une étude du Bal allemand, le coût de production moyen d'un kilo de lait était de 45,14 centimes d'euros en 2017. Le prix moyen payé au producteur, établi à 34,42 centimes, n'a couvert que 76 % des charges. Commanditaires de l'étude, les représentants de l'EMB, de FMB Grand Ouest et Bassin normand, de l'Apli et de l'OPL demandent la prise en compte rapide d'un indice interprofessionnel de coûts de production dans les formules de prix.