Dossier Retour au dossier Prix du lait

Conjoncture laitièreChute des cours stoppée mais rien n'est joué !

| par | Terre-net Média

La poudre et le beurre ont stoppé leur chute vertigineuse mais ne nous réjouissons pas trop vite. Pour les économistes, le prix du lait devrait quant à lui continuer de baisser tant que l'offre reste supérieure à la demande.

Traite vache laitièreUne nouvelle crise est en route pour les éleveurs laitiers. Le Covid-19 affecte la situation économique de tous les pays. (©Terre-net Média)

Le calme avant la tempête ?

Alors que les cours de la poudre maigre et du beurre sur le marché spot en France viennent enfin d'arrêter de baisser, faut-il y voir un signal positif ? « Rien n'est sûr », confient les experts économie et conjoncture laitière de l'Idele dans leurs dernières tendances laitières.

En effet, ils craignent que cette pause ne dure pas au vu de la situation économique dégradée de nombreux pays importateurs en cette période de crise du coronavirus.

Cotation de la poudre maigre et du beurreAlors que les cours de la poudre et du beurre s'effondraient depuis plusieurs semaines, les prix se sont stabilisés avec même un petit rebond. Mais la situation peut encore évoluer et les perspectives ne sont pas très bonnes. (©Idele)

Retrouvez toutes les cotations sur l'observatoire des marchés laitiers de Web-agri

Offre supérieure à la demande, le prix du lait va continuer de baisser

En ce qui concerne le prix du lait payé aux éleveurs, les experts sont unanimes : « On tend vers une baisse prononcée du prix du lait en France. » Et ce parce que l'offre reste supérieure à la demande.

Même si la collecte laitière printanière a été quelque peu ralentie par le manque de précipitations, elle devrait se reprendre dans les semaines à venir avec le retour des pluies. Plus largement, au niveau européen, la collecte est également trop dynamique.

Ainsi, les incitations et obligations de réduction de la collecte laitière devraient se poursuivre, même si cela est « insuffisant » et que les « incitations pour ajuster la production arrivent trop tard et pas assez fortement ».

Les interrogations planent pour le second semestre 2020 mais quelques certitudes se dessinent déjà, notamment une diminution de la demande internationale en réponse à la crise économique mondiale, et des risques de gonflement des stocks dans l'UE.

Suivez toute l'actualité des marchés laitiers grâce au tag Prix du lait

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article