Robot d'alimentationAura : la mélangeuse automotrice autonome qui se sert directement dans le silo

| par | Terre-net Média

Kuhn présente son tout nouveau robot d'alimentation : Aura. Totalement autonome, cette mélangeuse automotrice autonome se sert directement dans les silos. Récompensée par un Innov'Space 2020, la marque met en avant des aspects de liberté (diminution de l'astreinte et possibilité de faire évoluer la structure) et d'accessibilité (en termes d'investissement et d'utilisation).

Kuhn Aura : robot d'alimentation qui désile au siloEn assurant la fonction de désilage, Aura est totalement autonome. Un argument mis en avant par Kuhn pour se différencier des robots d'alimentation déjà présents sur le marché. (©Kuhn)

Avec sa dernière innovation nommée Aura, l'entreprise Kuhn vise à « réveiller l'élevage, révéler l'éleveur », comme le cite la marque. Mais de quoi s'agit-il ? D'un tout nouveau robot d'alimentation ! Sa particularité ? L'autonomie. En effet, Aura assure le désilage, la pesée, le mélange, la distribution et la repousse du fourrage. Plus besoin de cuisine, de maïs à désiler à l'avance ou de fourrage à préparer à l'avance avec ce robot mélangeur. De plus, la machine peut disposer d'une motorisation hybride.

Découvrez l'interview de Yannick Sellin, responsable export chez Kuhn, qui présente Aura, ses caractéristiques et ce qui la différencie de ses concurrents :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

« Avec Aura, on ne parle pas de robot d'alimentation, c'est une catégorie au-dessus »

C'est en tout cas ce que promet la marque avec une machine autonome du silo à l'auge. « Avec la fonction de chargement autonome, Aura ne joue pas dans la même catégorie que ses concurrents qui proposent des solutions où l'autonomie n'est pas totale. » Et en effet, les robots d'alimentation actuels demandent une certaine rigueur dans la préparation de la banque d'aliment ( cuisine), sans compter la construction d'un bâtiment dédié.

Robot d'alimentation Aura de Kuhn se servant directement dans le siloPour les fourrages grossiers, il suffit de leur attribuer une zone de stockage pour qu'Aura se serve dedans. Pour les concentrés, on connecte la machine sous les vis. (©Kuhn)

Une étude de 2019 réalisée par la chambre d'agriculture de Bretagne estime à 3 min/VL/semaine le temps dédié à l'alimentation du troupeau avec un robot d'alimentation. « Avec Aura, on délègue la tâche complète. » Kuhn met en avant deux arguments principaux :

- la liberté : avec une diminution du temps de travail et de l'astreinte, ainsi qu'une possibilité de faire évoluer la structure sans contraintes.

- l'accessibilité : avec un investissement « à la même échelle que les robots d'alimentation déjà présents sur le marché », une intégration et une utilisation facilitées sur l'élevage.

Ces faits s'appuient notamment sur le système de guidage d'Aura. Contrairement à ses concurrents, pas besoin de fil électrique dans le sol ni de rail suspendu ou au sol puisque la machine se guide par GPS à l'extérieur des bâtiments et au faisceau laser et/ou à l'odométrie (technique permettant d'estimer la position d'un véhicule en mouvement) à l'intérieur des bâtiments. Des technologies qui, par conséquent, limiteraient les coûts et les contraintes en cas d'évolution de l'exploitation (pas d'infrastructure lourde à prévoir).

Robot d'alimentation Aura de KuhnLa mélangeuse Aura fait 6,90 m de long sur 1,90 m de large et 2,50 m de haut pour un poids à vide de 6,2 tonnes. (©Kuhn)

Une mélangeuse de 3 m 3 conçue pour 280 VL et leur suite

Pour Kuhn, l'avenir est à la robotisation. La marque travaille depuis 2015 sur ce projet. Elle chiffrait d'ailleurs lors de sa conférence de presse : « 6 % des élevages européens sont déjà équipés d'un robot de traite. On en prévoit 40 % en 2030. Les dispositifs d'alimentation automatisés vont suivre la tendance, notamment avec la taille des troupeaux en croissance. »

Le bol d'Aura a une capacité de 3 m 3, « de quoi subvenir aux besoins de 280 vaches laitières et leur suite. » Elle fait 6,90 m de long sur 1,90 m de large et 2,50 de haut, pour un poids à vide de 6,2 tonnes. L'un de ses gros avantages : sa capacité à franchir, grâce à ses 4 roues motrices directrices, des pentes jusqu'à 20 %.

Elle se déplace à une vitesse de 7 km/h et distribue à 2 km/h. La motorisation diesel de 42 kW peut également être associée à l'hybridation (avec cette option, elle passe en tout électrique en phase de distribution).

Actuellement en test dans plusieurs fermes, Aura devrait être officiellement commercialisée au printemps 2021. En attendant, Kuhn travaille à l'élaboration d'un simulateur pour que les éleveurs puissent projeter la mise en place sur leur exploitation (modifications éventuelles à faire, fonctionnement, coûts...).

Mélangeuse automotrice autonome Aura de Kuhn (robot d'alimentation) vue de faceSur Aura, la fraise de désilage se déplace de gauche à droite de la machine pour couvrir l'ensemble du silo et limiter les déplacements énergivores de la mélangeuse. (©Kuhn)

Le jury des Innov'Space a décerné une étoile à Aura pour son caractère innovant et son utilité pour l'éleveur.

Innov'Space 2020Depuis 25 ans, le concours Innov'Space récompense les innovations en faveur de l'élevage. (©Space)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Popeye76
Il y a 4 jours
Avec du lait a 300 euros encore 1 investissement qui va rendre esclave financierement....c'est pourtant tellement plus simple et econome de faire du paturage tournant....Ces robots ont une seule consequence:la cessation laitiere!
Répondre
Jmb67
Il y a 5 jours
Plus il y a de la technologie, plus ont travail pour les autres et ont devient dépendant au détriment du portefeuille.
Répondre
Nicolas Hautot
Il y a 5 jours
Patrice dans mon secteur soit les agriculteurs arrêt le lait mais ils savent qu'ils perde de la trésorerie mais gagner confort de vie. Et d'autres modernise pour gagner confort de vie et vont perdre en trésorerie aussi.. et autres bosse....
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 5 jours
On fait tout pour améliorer le confort de travail de l éleveur c est un fait par contre rien n´ est fait pour améliorer le confort financier de l éleveur bien au contraire et je crois que le premier ne peut fonctionner sans le deuxième ! C est la première fois depuis longtemps où j entends les plus solides ronchonner; globalement, c est toute production confondue Même la noix qui en Perigord était signe d assise financiere va très très mal. Donc il va falloir gérer toutes ces problématiques avant de penser au confort de l éleveur à mon humble avis
Répondre