Dossier Retour au dossier Prix du lait

Fin des quotas en EuropeDes feux de détresse allumés par la CR, l'Opl et l'Emb le 31 mars 2015

| par | Terre-net Média

L'Emb et les syndicats membres de l'organisation européenne refusent « l'intégration des exploitations laitières dans les multinationales agroalimentaires ». Ils lancent une action symbolique forte devant la Commission européenne à Bruxelles. En France, l'Opl et la CR allumeront des feux de détresse pour symboliser les quotas qui partent en fumée.

« Mardi 31 mars, jour de la disparation des quotas laitiers, qui avaient initialement été mis en place pour assurer un maillage de la production laitière sur le territoire, l'Opl et la Coordination Rurale organisent une journée de mobilisation nationale pour dénoncer l'abandon des producteurs et la mise en péril de notre filière laitière.

Des producteurs livrés en pâture

A l'occasion de cette journée qui marque un tournant historique pour des milliers de producteurs de lait, les agriculteurs de l'Opl et de la CR allumeront des feux de détresse aux quatre coins de la France pour symboliser les quotas qui partent en fumée. Retrouvez-les notamment en : Alsace, Aquitaine, Basse-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Haute-Normandie, Ile-de-France, Lorraine, Midi-Pyrénées, Pays-de-la-Loire, Picardie et Rhône-Alpes.

Unis dans l'adversité

Au 1er avril, plus aucune régulation ne viendra organiser le marché laitier européen, seuls les filets de sécurité protégeant l'industrie seront conservés. Tous les producteurs se retrouveront du jour au lendemain face au fonctionnement impitoyable du marché mondial. Il est illusoire de penser que les contrats que les laiteries font signer en faisant pression sur les éleveurs permettront de réguler la production de manière à stabiliser les prix. L'intérêt des industriels est bien au contraire de faire baisser le coût de la matière première. Leur distribution de volumes supplémentaires aux jeunes agriculteurs n'est malheureusement pas associée à des prix minimum garantis.

Les éleveurs laitiers européens assistent impuissants à une marche forcée vers la mort de leur secteur, au profit d'une production mondiale à bas coût, mais avec quelles qualité et sécurité sanitaires pour les consommateurs ? »

Rendez-vous aussi à Bruxelles

En fait l’action lancée par l’Opl sera relayée à Bruxelles par l’European milk Board auquel elle est associée. Une manifestation d’éleveurs de toute l’Europe se déroulera dès 7 h du matin ce même 31 mars devant la Commission européenne, place du Luxembourg.

Selon le syndicat belge Mig (Milcherzeuger Interessengemeinschaft), membre de l’Emb, « le système qui va y succéder (à la fin des quotas) comporte des lacunes importantes. La position des producteurs européens sur le marché en sera davantage affaiblie, faire valoir leurs intérêts sera encore plus ardu ».

« L'enquête indépendante sur les coûts de production laitière en Belgique présentée par le Mig et l'Emb début de ce mois établit clairement que pour couvrir les coûts de production laitière avec un niveau de revenu équitable, le prix payé aux producteurs doit être de 46 centimes par kg de lait (29 centimes hors rémunération). Or, en décembre 2014, les producteurs laitiers belges n'ont reçu, en moyenne, que 31,15 centimes par kg de lait : une baisse du prix du lait serait fatale à bon nombre d'entre nous. »



Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article