Bovin viandeLes différents scénarios pour un élevage allaitant plus durable demain

| par | Terre-net Média

Prix bas, crises sanitaires, aléas climatiques... L'élevage allaitant français reste assez fragile. C'est pour cette raison que les réseaux d'élevage Inosys ont évalué différents systèmes d'élevage et leur résilience. L'objectif : identifier les plus adaptés et relever les points d'intérêt pour l'élevage allaitant de demain.

En étudiant une centaine d'élevages allaitants (76 naisseurs et 48 naisseurs engraisseurs) sur la période 2005-2015, les réseaux d'élevage Inosys affirment : « La taille des exploitations augmente, la productivité également. Cela a permis un accroissement de la rémunération permise, mais au détriment de l'efficacité économique des systèmes (pas d'économie d'échelles, rentabilité des capitaux dégradée). »

Dans le cadre du projet sur les systèmes d'avenir en viande bovine, des éleveurs des différents bassins de production ont listé leurs enjeux prioritaires :

Les besoins des éleveurs allaitantsLes attentes des éleveurs bovins allaitants, leurs enjeux prioritaires pour les systèmes de demain. (©Terre-net Média)

Des simulations ont permis d'identifier plusieurs systèmes d'avenir pour l'élevage bovin. Avant de les lister, voici leurs caractéristiques communs, à retenir pour une meilleure résilience : améliorer l'efficience alimentaire, maximiser l'utilisation de l'herbe et rechercher davantage de précocité.

Retrouvez tous les articles sur le production allaitante grâce aux tags Bovin viande et Vaches allaitantes.

Ci-dessous, les scénarios d'avenir retenus pour un élevage allaitant durable sous 3 axes (économique, social et environnemental) :

Simulations en élevage bovin viandeLes scénarios retenus pour améliorer la résilience des élevages bovin viande. (©Inosys réseaux d'élevage)

Le détail (technique et économique, basé sur une conjoncture 2016) de ces simulations est à retrouver dans le dossier de l'Idele « Les systèmes d'avenir en viande bovine ».

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Popeye76
Il y a 53 jours
Tout a fait d'accord avec moustache et donner une prime a l'engraissement pour les naisseurs pour les encourager a garder et finir les betes issues de leur troupeau a l'herbe....evidemment car l'article dit:agrandissement des cheptels qui permet une meilleure remuneration au detriment de l'efficacite economique????il n'y a pas comme une contradiction????a moins qu'ils parlent de la remuneration des vendeurs d'aliments!!!
Répondre
Tntman
Il y a 54 jours
Ce que veulent les éleveurs ? Rien sur le bien etre animal ?!
Répondre
Moustache
Il y a 54 jours
Ce qu'on veut c'est ne pas vendre des broutards à 500 balles, avoir moins d'animaux arrêter la course à la productivité, ne pas faire que de la viande à steack haché, une bête de moins de 40 mois donnera une viande pleine de flotte on fait du pas cher et le consommateur l'as remarqué et donc n'achète plus de viande, il faudrait que les primes aba soient divisées par 2 en nombres et multipliés par 2 en prix ça changera rien au budget pac mais ça permettra de produire pour moins cher et de faire monter les cours....
Répondre