En vidéo sur FacebookYves Legros (Candia) : « Notre objectif : payer les éleveurs 400 ¤/1 000 l »

| par | Terre-net Média

Invité sur France info, Yves Legros, directeur de Candia, a affirmé n'avoir qu'un seul objectif : « payer les producteurs 400 ¤/1 000 l ». Dès cet été, il annonce que Sodiaal serait « capable de passer la barre des 350 ¤/1 000 l si les négociations se finissent bien et si les laits spécifiques sont bien valorisés ». Une vidéo publiée sur Dailymotion puis relayée sur Facebook.


Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo. Source : page Facebook "La bataille des producteurs de lait".

« Notre objectif, et il y en a un seul à avoir, c'est de payer les producteurs 400 € les 1 000 l de lait. Tant qu'on ne sera pas à ce prix, on n'aura pas fini le travail », a déclaré Yves Legros, directeur général de Candia (marque de la coopérative Sodiaal) et président de Syndilait, dans une vidéo publiée sur Dailymotion et relayée sur Facebook. Invité de L'interview éco de Jean Leymarie sur France info il y a une quinzaine de jours, dans le cadre de la journée mondiale du lait, il annonce même que Sodiaal devrait « être capable de passer la barre des 350 €/1 000 l dès cet été, puis d'augmenter ensuite tous les ans le prix du lait de 20 €/1 000 l ». Selon lui, il y a deux manières d'y arriver : des négociations qui se finissent bien, notamment pour les marques de distributeurs, et le développement des marchés spécifiques bien valorisés tels que les laits aromatisés, délactosés ou de filière, bio, responsable ou éthique

Voir aussi le dernier point du Cniel sur la conjoncture laitière :
Le prix du lait a augmenté de + 22 €/1 000 l entre mars 2018 et 2019

Ainsi, l'augmentation du prix du lait payé aux éleveurs ne serait pas supportée par les consommateurs, via une hausse du prix du litre standard, mais elle viendrait de l'essor des produits à valeur ajoutée. « Actuellement, 40 % du lait produit par Sodiaal trouve un débouché en France, ce qui tire la valorisation globale du lait vers le haut », ajoute Yves Legros qui estime qu'en 2017, 2018 et 2019, l'évolution du prix du lait est allée dans le bon sens après des années « catastrophiques ». D'après le patron de Candia, il n'y a pas de risque de « revenir en arrière sauf si on retombe dans des batailles de prix plutôt que de valeur ajoutée. Or, la valeur ajoutée, on l'aura sur les aspects nutritifs, les emballages recyclés et la transparence de la filière », de l'élevage à l'assiette.

Les Français boivent de moins en moins de lait

Justement, une certaine méfiance s'est installée chez les consommateurs depuis les quelques problèmes sanitaires qu'a connus le lait, et notamment après l'affaire Lactalis, rappelle le journaliste. Pourtant, les contrôles sont nombreux et font partie intégrante du métier des industriels laitiers, insiste Yves Legros. L'une des raisons à la baisse de la consommation de lait constatée depuis plusieurs années et qui s'est élevée à - 3 % l'an dernier ? Pas la principale en tout cas pour le directeur de Candia, qui l'attribue plutôt à un changement de façon de prendre son petit-déjeuner. « Avant, les gens restaient 20 min en moyenne, assis autour d'une table, en famille. Aujourd'hui, ce repas ne dure que 10 min et est pris généralement seul. De plus, un enfant sur cinq saute un petit-déjeuner par semaine », détaille-t-il.

Retrouvez également le Paroles de lecteurs :
Prix du lait : vous aussi, vous incriminez les coopératives !

Ainsi, les Français boivent de moins en moins de lait, et cette diminution de consommation touche surtout le lait conventionnel, qui représente les deux tiers du marché, mais aussi l'ensemble des produits du petit-déjeuner. Or, comme 70 % du lait est bu à ce moment-là, ce recul pourrait s'aggraver, ce qui s'avère préoccupant pour les producteurs et l'ensemble de la filière et pourrait poser des problèmes de santé publique, particulièrement chez les enfants, dont la croissance serait impactée par le manque de calcium.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 19 RÉACTIONS


steph72
Il y a 99 jours
Chez évolution c'est 9,5% d'augmentation cette année!
Comme le contrôle laitier,l'insémination coûte bien trop chère.
Répondre
debutant
Il y a 100 jours
JoJo se sont aussi les infos que j ai eu et 3 cades de moins de 10 ans de boite se sont tires avec 450000 euros .Bon va sans dire que nous n adhérons plus a cette espèce de coop qui en a que le nom comme sodiall .Quand Olmer dit a quand la revolte celle ci est aisee pour evolution! plus aucun adherent et c est GAIM OVER c est facile a faire
Répondre
The germs
Il y a 100 jours
@Titian: "Enfin je ne vais plus à ses réunions façon alcooliques anonymes" C'est drôle, car je n'y vais plus non plus a cause du même sentiment. C'est "je vais bien, tout va bien", comme le sketch de Dany Boon.
il y a quelques années, il fallait suivre le prix mondiale. Puis il fallait suivre le prix des Allemands. Maintenant il faut suivre le prix de la coop d'à côté... Mais à ça se rapproche tellement qu'il vont nous avouer qu'ils se suivent eux-même...
Répondre
jersiaise
Il y a 100 jours
Encore de belle parole sur le prix du lait, il sera a de tel prix quand on aura tous mis la clé sous la porte sont salaire doit être plus beau que le notre, voila encore un coup de com
Répondre
vik
Il y a 100 jours
Pub ........................ Trop tard toutes personnes que je croise je dit toute la vérité de la mafia ..........................
Répondre
Jojo
Il y a 100 jours
Paraît que chez évolution c'est 60 000 euros par mois pour le "boss"?
Quelqu'un aurait des informations sur ça ?
Répondre
debutat
Il y a 100 jours
je rejoins Innocent !! quand on entend les salaires des hauts cadres dans le para agricole cela laisse perplexe pour en secteur dont le maillon principal crève a petit feu ! LE MAILLON FAIBLE c est le haut de cette pyramide qui pompe toute la valeur ajoutée .Cette cooperative a détruit ses producteurs a degoute les jeunes et a asservi les seniors !
Répondre
titian
Il y a 100 jours
Franchement je préfère m'abstenir sur le loulou.
Répondre
titian
Il y a 100 jours
"le prix du lait n'est pas central, il faut arrêter de noircir le tableau et ce mettre au boulot".
"le rôle d'un transformateur fusse t'il coopératif n'est pas de payer le lait le plus cher possible".
Répondre
Innocent
Il y a 100 jours
Sûrement que vous avez raison mais en privé il n arrêter pas de pester contre cette machine infernale ;son mérite : des fois des plus gradés que lui en prennent plein la gueule mais cela fait pshiitttt
Répondre