Conjoncture laitièreDes signes d'amélioration confirment la tendance à la hausse du prix du lait

| par | Terre-net Média

Dans sa note de conjoncture mensuelle, le Cniel confirme que l'actuel ralentissement de la production laitière en Europe et en Nouvelle-Zélande sera favorable à « la hausse du prix du lait à la ferme sur le second semestre ».

[Vidéo] La conjoncture s’améliore sensiblement, selon Benoît Rouyer (Cniel)

S elon le Cniel, « la conjoncture présente actuellement de nets signes d’amélioration par rapport à la situation décrite au cours des derniers mois. Une tendance à la hausse du prix du lait à la ferme sur le second semestre constitue un scénario très vraisemblable », explique le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel), dans son point mensuel de conjoncture.

« La production laitière dans les grands bassins exportateurs s'avère moins dynamique que prévu. Sur les quatre premiers mois de l'année 2018, elle a ainsi diminué de 1,8 % en Nouvelle-Zélande. »

« La Nouvelle-Zélande a connu un épisode de sécheresse assez marqué sur les mois de décembre, janvier et début février », a indiqué Benoît Rouyer, directeur des affaires économiques au Cniel. « Dès que les conditions météo retardent significativement la pousse de l’herbe, ça a tout de suite un impact sur la production laitière du pays », a-t-il détaillé.

« En Europe, la collecte a été dynamique jusqu'en février, mais la météo défavorable dans de nombreuses régions a entraîné ensuite un ralentissement très net de cette croissance, qui se limite à 0,4 % sur le mois de mars. »

Léger redressement pour la poudre de lait écrémé

L’habituel pic de collecte printanier en France a été bien moins marqué qu’en 2016 et 2017. Entre la deuxième quinzaine de mars et la fin avril, la collecte laitière était inférieure à celles observées ces deux dernières années. Depuis début mai, la collecte hebdomadaire de lait « suit la même baisse que celle enregistrée en 2017 », poursuit Benoît Rouyer, économiste au Cniel.

Evolution de la collecte laitière française Evolution de la collecte laitière française (©Franceagrimer)

« Le ralentissement de la production va conforter la tendance à la hausse du prix du beurre. En ce qui concerne la poudre de lait écrémé, les niveaux de prix restent actuellement très bas, en-dessous du seuil d'intervention, mais montrent un léger redressement depuis quelques semaines. »

Evolution des cours mondiaux du beurre et de la poudre de lait écrémé

Evolution des cours mondiaux du beurre et de la poudre de lait écrémé Evolution des cours mondiaux du beurre et de la poudre de lait écrémé.  (©Franceagrimer)

« Le dynamisme de la demande internationale et la vente récente de 66 000 tonnes de poudre d’intervention sur les mois d’avril et de mai devraient entretenir cette tendance modérée à la hausse au cours des prochains mois », résume le spécialiste.

« En mars 2018, le prix standard du lait de vache conventionnel était de 311 €/1 000 l. » Il faut relever que l’enquête mensuelle laitière de Franceagrimer s’est récemment enrichie de nouvelles données, avec notamment une série spécifique pour le lait de vache conventionnel. Jusqu’à présent, Franceagrimer fournissait la série de données du prix standard toutes qualités confondues. Ce prix du conventionnel « se situe 14 € en dessous du prix standard du lait de vache toutes qualités confondues, qui englobe non seulement le lait conventionnel, mais aussi le lait bio et le lait destiné à la fabrication d’AOP. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article