Paille 2020En pleine moisson, les craintes se font ressentir quant au manque de paille

| par | Terre-net Média

Alors que certains terminent la moisson, d'autres l'entament tout juste. Et du côté des éleveurs, tous les regards sont braqués sur la paille. Moins de surfaces en céréales, sécheresse au printemps : les signaux sont à l'orange quant aux rendements de paille et certains s'affolent en voyant les prix grimper.

Tandis que la moisson 2020 se poursuit, les premières tendances se dessinent avec des rendements très hétérogènes et même plutôt « mauvais à moyens », comme en témoignent les résultats de Moisson Live sur Terre-net. Outre le grain, c'est la paille qui inquiète les éleveurs.

Moins de surfaces et une sécheresse au printemps = moins de paille

Les prédictions de cet hiver se sont révélées vraies. La pluie a retardé les semis de céréales et certains éleveurs n'ont pas pu semé du tout. Rien qu'en blé, c'est près de 10 % de la surface initialement prévue qui n'a pas été semée.

Sur Twitter, l'éleveur normand Antoine Thibault le confirme : la paille n'est pas au rendez-vous. « Dans ce champ, 24 ballots pour 4,5 ha. Le sol est très caillouteux donc le blé ne n'est pas développé pendant le printemps sec. Résultat : 63 q/ha, c'est très peu. Et pas de grain, pas de paille », explique-t-il.

Même constat chez Mathieu Courgeau en Vendée ou encore chez Marie-Amélie dans l'Aveyron :

Et le pire s'annonce pour tous ceux qui ne sont pas autonomes et en achètent à l'extérieur. C'est notamment le cas de Cédric dans le Cantal qui achète la paille par camions et à qui on annonce déjà des prix à 110-155 €/t.

Des alternatives à la paille ?
Plusieurs matériaux peuvent remplacer tout ou partie de la paille en litière. Il y a notamment les copeaux de bois, le sable, le miscanthus... D'autres solutions plus radicales existent comme la modification du bâtiment pour passer de l'aire paillée aux logettes ou des logettes paillées aux matelas, comme chez Sébastien de la Creuse :

Paille broyée, méthanisation : les éleveurs s'énervent !

Sur la page des producteurs de lait, beaucoup débattent sur le broyage, la paille destinée à la méthanisation ou encore le prix du fourrage.

Pour certains, « ça devrait être interdit de broyer la paille. » Pour Benjamin à l'inverse, « un paysan qui achète de la paille tous les ans devrait revoir son système » et ses collègues ne sont pas tous d'accord, comme Fabien qui explique : « Moi je suis suffisant en paille mais le jour où je ne le suis plus, je préfère avoir des rendements en fourrages qu'en paille car à l'achat, ce n'est pas le même prix. » Avis partagé par Julie qui rappelle que « toutes les régions ne peuvent pas faire de céréales et donc encore moins de paille pour tenir tout l'hiver. »

Pierre s'exprime à son tour : « Pour avoir plus de paille, arrêtez de raccourcir vos blés aussi ! » Et Laurent n'est pas d'accord : « C'est faux, j'ai eu des blé raccourcis qui avaient de la belle paille et des blés non raccourcis avec de la paille noire et broyée. »

Pour Ulrich, le problème c'est la méthanisation qui « tue l'élevage » en concurrençant le besoin en paille.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Pour ceux qui achètent leur paille, partagez-nous un ordre de prix en commentaire.
En pleine moisson ? Pensez à écouter notre podcast, Le quart d'heure agricole :

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article