Accord UE/MercosurPlusieurs milliers d'éleveurs de boeuf irlandais manifestent

| AFP

Plusieurs milliers d'éleveurs de boeuf irlandais ont manifesté mercredi à Dublin, jusque devant le parlement, pour dénoncer l'accord UE/Mercosur et le « double langage » de l'UE.

« Ils imposent des restrictions environnementales aux fermiers partout en Europe et nous devons opérer selon des normes environnementales. Et soudain ils font un accord avec un pays qui bafoue tout ça », a déclaré Hugh Doyle, éleveur et co-président de l'organisation Beef Plan Movement. Les manifestants, au nombre de 3 000 selon les organisateurs, craignent que l'accord permette au boeuf sud-américain d'inonder le marché européen, étranglant ainsi la production nationale. Pour illustrer leurs inquiétudes, ils ont dressé une montagne de bottes boueuses devant le parlement irlandais, surmontées des pancartes "Plus besoin de vous" ou "Sauvez l'Irlande de la vague de viande du Mercosur".

L'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) se sont entendus le 28 juin sur un traité de libre-échange négocié depuis 20 ans et concernant près de 770 millions de consommateurs. Mais les éleveurs français, italiens, espagnols, irlandais et polonais ont demandé au Parlement européen et aux États membres de rejeter l'accord UE/Mercosur, craignant pour l'avenir de leur secteur et la santé des consommateurs. Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s'est engagé à réaliser une évaluation économique de l'accord et à voter contre si elle s'avérait mauvaise pour l'Irlande.

Outre l'accord UE/Mercosur, les éleveurs irlandais ont exprimé mercredi leur inquiétude à la perspective d'un possible Brexit dur, soit une sortie britannique sans accord ou avec un accord minimal de l'UE. Cette issue entraînerait le retour de barrières douanières avec le Royaume-Uni voisin qui représente 50 % des exportations de boeuf irlandais, selon les chiffres de l'Association des fermiers irlandais.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article