Loi Égalim, future PacLes propositions de la FNPL pour un prix du lait réellement rémunérateur

| par | Terre-net Média

Si la filière laitière a pris ses responsabilités au plus fort de la crise sanitaire pour lisser la production, les éleveurs ont plus que jamais besoin de prix rémunérateurs, qui passeront par la poursuite de la loi Égalim, mais aussi par une Pac qui rémunère le modèle d'élevage français pour les services rendus en matière d'environnement et d'aménagement du territoire.

La FNPL a présenté le 30 septembre ses propositions pour la future PacLa FNPL a présenté le 30 septembre ses propositions pour la future Pac. (©Terre-net Média)

Dans la filière laitière, la loi Égalim a commencé à porter ses fruits en matière de prix, mais la FNPL n’entend pas laisser s’essouffler la dynamique et a déjà eu l’occasion d’insister auprès du ministre pour qu’il fasse respecter la loi. « Nous avons des indicateurs, validés par toutes les familles de l’interprofession, et on sera très attentifs pendant l’hiver, pour ne pas laisser reculer cette avancée qui a commencé sur la prise en compte du prix de revient », a expliqué Daniel Perrin, secrétaire général de la FNPL, lors d'une conférence de presse le 30 septembre.

« On attend de façon très ferme les négociations commerciales, car c’est de ça que vont dépendre la valorisation du marché intérieur et les prix pour les producteurs », précise de son côté Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente du syndicat. Si le Cniel a indemnisé les éleveurs qui ont réduit leur production pendant le confinement, à hauteur de 320 €/1 000 litres, pour plus de 15 millions d’euros au total, la fin de l’année sera par ailleurs déterminante pour équilibrer les comptes des exploitations.

Rémunérer la durabilité de l’élevage français via la Pac

Dans un contexte de débat sociétal autour de la future Pac, la FNPL entend également mettre l’accent sur les points forts de l’élevage laitier français. « L’élevage laitier aujourd’hui a aussi des atouts au regard des attentes sociétales, de l’aménagement du territoire, et nous avons le sentiment que ce n’est pas reconnu en tant que tel et qu’il n’y a pas de retour de la valeur », regrette Marie-Thérèse Bonneau. La future Pac pourrait ainsi rémunérer les services écosystémiques rendus par l’élevage, mais également donner accès aux éleveurs laitiers à un maximum d’aides. « Avec toutes les cases que l’on coche aujourd’hui, on peut prétendre au taux maximum d’ecoscheme », estime Michel Lacoste, secrétaire général adjoint. Une reconnaissance qui pourrait passer par les outils existants, comme CBPE, CAP’2ER.

Pour aller plus loin en matière de protection de l’environnement, la FNPL demande également « une gestion agronomique régionale en lien avec l’évolution climatique des périodes d’épandages pour favoriser l’agro-écologie », la reconnaissance des prairies permanentes en surfaces d’intérêt écologique (SIE), et l’accession des éleveurs laitiers au plan protéines.

« On a un système laitier vertueux mais qui est en danger. Il faut qu’il y ait de la rémunération, on a besoin que cette Pac donne une perspective, un but aux jeunes », souligne Marie-Andrée Luherne, secrétaire générale adjointe. En ce sens, la FNPL demande notamment à ce que la future Pac maintienne la surdotation des 52 premiers hectares, créé une aide forfaitaire incitative pour les activités d’élevage, et prenne en compte les emplois induits par les systèmes laitiers sur l’ensemble du territoire, via un bonus laitier dans toutes les mesures de la Pac.

« On s’est reconnu dans la mise en œuvre des objectifs » de la future Pac, note Marie-Thérèse Bonneau, mais « on veut faire reconnaître ce qui est déjà fait par l’ensemble des éleveurs laitiers français ». La future Pac devra, pour la FNPL, « donner un objectif à remplir, des enjeux pour les agriculteurs, et non pas uniquement une réglementation à respecter alors qu’elle n’a pas toujours de cohérence sur le terrain », insiste la présidente de la FNPL.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 8 RÉACTIONS


ok
Il y a 40 jours
Ma laiterie a fait un don sympa ! " laiterie solidaire " et moi ! a voir .
Répondre
Moty
Il y a 50 jours
Je n'ai rien à attendre de la fnpl. Ils veulent des prix rémunérateurs alors que dans les campagnes tous ces " irresponsables " des fdpl font la course aux volumes ++
y'a comme une grosse Contradiction.
Et , qui sont les présidents de grosses coops laitières , tous des petits copains fdsea !! et Oui
Répondre
titian
Il y a 59 jours
Danone clairement abandonne la carte des producteurs maison mais aussi du lait, avec le végétal ça marge six fois plus.
Sodiaal s'y est mis avec Candia, ils claironnent qu'ils ont trop de lait, mais ont des contrats d'achat avec qui, d'où à quel prix ?
Ce n'est pas en AG que l'ont va vous en informer.
Répondre
Popeye76
Il y a 60 jours
Etonnament on nous dit que la production augmente toujours???j'invite mes collegues a aller jeter un oeil devant les usines de jour comme de nuit pour controler les camions qui y entrent!!!!et si le lait n'est pas francais agissez,mediatisez car ces industriels batissent des empires sur les cadavres d'eleveurs francais...chez nous danone a poussé les eleveurs conventionnels a cesser leur activité a grand renfort d'indemnisation croissante!danone devrait etre poursuivi pour les consequences desastreuses de ces cessations forcees(retournement des prairies...)
Répondre
Lau
Il y a 61 jours
Dommage que ces ’’syndicalistes ’’ aient quelques années de retard pour considérer que l éleveur n est pas uniquement un producteur de minerai
Souhaitons qu'ils soient sincères et qu ils appuient vers une répartition de la manne pac plus juste et encourageant des systèmes autonomes et durables sinon il n y aura plus que des élevages industriels type 1000 vaches à fournir l industrie laitière et des petits pour les circuits courts. ..
Répondre
debutant
Il y a 61 jours
Olmer c est fini la revolte c etait en 2009 , les mecs se tirent maintenant !!!!!!!!!!!
Répondre
Éleveur laitier
Il y a 61 jours
(Éleveur laitier, comme mentionné sur les étiquettes des produits vendus en magasin et non pas producteur🙂?)
Les centres ’'enseignement forment des producteurs pour faire du volume encore et encore plus de volume mais ils ont oubléé ou ééconnaissent ce qui fait une éémuéération...
’'est ’'equation PRIX et Volume
Pour fixer un prix de vente éémuéérateur , il faut connîître son prix de revient (il aéééé ééfini par ’'ièèle), y ajouter sa marge ééééficiaire et le péésenteràà son client...
Et oui!! Nous avons un client.
Et àà, il y a ’'existence ’'un marcéé!!
Pas le marcéé mondial qui arrange le client mais le ééritable marcéé celui ou le fournisseur accepte de fournir de la marchandise enéétablissant une facture et de refuser si ’'acheteur est trop vorace...
Il existe des organisations pour faire ce job, ce sont les OP!

Et ensuite, les industriels pourront calculer les prix de vente pour rencontrer leur prix de vente distribution (’'esèère q’'ils ne vont pas prendre le prix du marcéé mondial😀??). Eux savent vendre et faire du volume
Bonne lecture

Et’n'oubliez jamais, celui qui facturà à du POUV
Répondre
Olmer
Il y a 61 jours
Il sont grave ces gens,ils attendent les négociations commerciales pour voir si les prix vont augmenter !!!!!
Revolte!!!!
Répondre