Bovins viandeFnb : « La production bovine au bord de l'implosion »

| par | Terre-net Média

Pour la section spécialisée de la Fnsea, « le contexte est particulièrement tendu à l'approche du Sommet de l'Elevage » qui se déroule du 1er au 3 octobre prochains.

« Les producteurs bovins-viande sont aujourd’hui partagés entre résignation et révolte. Dans ce contexte délétère, les réactions sont imprévisibles et dès lors, tout est possible.

En cause, une crise de revenu qui s’annonce comme l’une des plus sévères. Face à leurs difficultés extrêmes de trésorerie, un grand plan financier d’accompagnement des éleveurs est indispensable, ainsi qu’une exonération sur le foncier non bâti.

Les coûts de production ne baissent pas. Le prix des bovins s’effrite chaque semaine. Nous sommes au bord du précipice. Et l’autisme de l’aval de la filière sur cette question centrale de la revalorisation des prix à la production exacerbe les tensions.

Face à ce ras-le-bol, il ne faudra pas s’étonner de voir les éleveurs repasser plus durement à l’action dans les Grandes surfaces. La présence de viandes importées pour casser les prix de leur marché les pousse notamment à bout. Pour les éleveurs, c’est "Viandes de France" et rien d’autre ! Concernant les entreprises d’abattage-transformation qui participent activement à l’engorgement du marché par l’organisation d’un afflux de bovins et de viandes étrangères, des contrôles de camions auront lieu à brève échéance.

Quant aux élus des Collectivités, la Fnb appelle les Sections départementales bovines à vérifier l’origine des viandes dans les cantines, et à publier un état de la situation. Les discours, ça suffit : il faut maintenant que les élus politiques passent aux actes et mettent en avant la production locale.

Quant aux Pouvoirs publics, les éleveurs sont révoltés par la pression de contrôle qu’ils exercent avec des réglementations parfois proches de l’absurde, et inapplicables dans le contexte économique actuel. L’Etat n’a-t-il pas mieux à faire que de mobiliser une telle palanquée d’agents de contrôle dans les fermes ? Et alors que c’est l’impunité totale pour les Grandes surfaces vis-à-vis de leurs dérives ?

Quant aux mesures "Zones vulnérables", elles ne sont ni plus ni moins qu’un « plan généralisé d’extermination de l’élevage ». Ces dispositions environnementales supplémentaires ne peuvent qu’être refusées, sans discussion. Il faut stopper cette course perpétuelle à la mise aux normes !

Le contexte est particulièrement tendu à l’approche du Sommet de l’Elevage. Les éleveurs ne pourront attendre plus longtemps sans réponses concrètes des Pouvoirs publics. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article