Dossier Retour au dossier Prix du lait

Agriculture stratégiesLa crise du Covid-19, un révélateur des failles de la filière laitière française

| par | Terre-net Média

L'interprofession laitière a agi rapidement pour limiter les conséquences économiques de la crise sanitaire en mettant en place une mesure de réduction volontaire des volumes de lait pour le mois d'avril. Si on peut saluer la rapidité de cette décision, elle soulève, pour le think tank Agriculture Stratégies, un certain nombre de questions quant au rôle de la Pac, à la place des OP dans la régulation des volumes, ou encore à l'efficacité économique de cette mesure alors que la crise n'en est qu'à ses débuts.

Face à la crise liée au Covid-19, la mesure de réduction de la production mise en place par le Cniel interpelle, estime Agriculture StratégiesFace à la crise liée au Covid-19, la mesure de réduction de la production mise en place par le Cniel interpelle, estime Agriculture Stratégies. (©Terre-net Média)

Pour éviter un effondrement des prix, la filière laitière française, représentée par le Cniel, a mis en place très rapidement une mesure, financée par les fonds interprofessionnels, pour inciter les éleveurs laitiers à baisser la production du mois d’avril de 5 %, sur base du volontariat.

Si l’initiative est louable, pour le think tank Agriculture Stratégies, elle met cependant en lumière plusieurs failles. Premièrement, le calendrier pose question : « face à l’incertitude des prochaines semaines, il parait préférable de stocker ces excédents plutôt que les détruire ou ne pas les produire. La sécurité alimentaire doit primer à court terme sur toutes considérations économiques, d’autant plus que si le confinement modifie les habitudes, les bouches à nourrir sont toujours là », estime le think tank dans une note publiée le 24 avril. Dans un contexte où les différents acteurs de marché agissent de façon irrationnelle, réguler les prix et les volumes avec une telle mesure risque d’être sans effets.

« L’hémiplégie de la Pac »

Par ailleurs, le fait que cette mesure ait été prise uniquement au niveau national est également problématique, souligne aussi le think tank, pour qui il aurait paru plus opportun d’activer des aides publiques au stockage privé, « le temps d’avoir une idée assez claire de la situation pour activer des mesures plus structurelles, coordonnées au niveau européen ». Car si la France est ensuite imitée par d’autres pays de l’UE sans coordination, la baisse des volumes pourrait être plus importante que nécessaire et entraîner une pénurie dans les prochains mois.

« Au regard de la politique laitière américaine, l’UE est plus que balbutiante dans la gestion des crises », constate donc Agriculture Stratégies, alors que les États-Unis vont indemniser les pertes des éleveurs, et ont parallèlement augmenté les budgets de l’aide alimentaire, ciblée sur l’achat de produits frais, de produits laitiers et de viande. « Le parallèle avec les États-Unis met en évidence l’hémiplégie de la Pac où la composante alimentaire a été réduite à peau de chagrin et pose la question suivante : ne serait-il pas plus opportun de donner des excédents français aux associations caritatives ? Et ce d’autant plus que ces dons en nature sont en grande partie défiscalisés », indique la note.

En outre, la mesure décidée par le Cniel s’appuie sur l’activation au niveau européen de l’article 222 du règlement de la Pac, qui autorise momentanément la création d’ententes sur les volumes. Cette activation a été accordée par la Commission mais, au final, « en recourir à l’article 222 et à un cartel pour gérer les volumes, n’est-il pas le symbole de la faillite du programme de dérégulation des outils de régulation de la Pac entamé au début des années 1990, programme promu par la croyance dans l’autorégulation des marchés et la supériorité de la libre concurrence ? », s’interroge Agriculture Stratégies.

Donner aux OP leur véritable rôle

Enfin, la décision du Cniel met également en lumière certaines faiblesses de l’organisation économique actuelle de la filière laitière française. Ainsi, France OP Lait, structure regroupant les Organisations de producteurs (OP) laitières au niveau national, a ouvertement regretté ne pas avoir été associée à cette initiative, « alors même que les OP devraient être l’intermédiaire entre les éleveurs et les industriels pour pouvoir négocier, avec ces derniers, les contrats de livraison, c’est-à-dire à la fois les prix et les volumes », rappelle le think tank. Néanmoins, dans les faits, ce n’est généralement pas le cas, comme l’illustre la situation actuelle.  

Agriculture Stratégies le souligne de façon imagée : « les relations économiques entre éleveurs et laiteries privées renvoient alors à l’image d’une économie où l’on va chercher du lait dans la campagne comme on va chercher du charbon à la mine : la stratégie consiste à aller prélever ce que bon vous semble, la notion de relations équilibrées avec des fournisseurs apparaissant bien étrangère aux industriels privés ». Or, du côté des producteurs, qui ont réalisé leurs investissements, la logique reste plutôt de produire davantage pour écraser les coûts fixes.  

La situation n’est pas vraiment plus rose du côté des principales coopératives laitières qui, « sous couvert de la règle de l’apport total qui veut qu’une coopérative collecte toute la production de ses adhérents, elles se contentent de différencier les prix en fonction des volumes livrés par leurs producteurs mais sans aucun plafonnement », précise aussi le think tank. Ainsi, au-delà d’un certain volume individuel, la valorisation de la production supplémentaire est dépendante des prix du beurre et de la poudre fixés sur les marchés internationaux.

Pour renforcer la filière, au-delà de la crise, il sera donc indispensable de donner aux OP les moyens d’assurer leurs prérogatives dans la négociation des volumes et des prix, conclut le think tank.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 10 RÉACTIONS


Marc
Il y a 66 jours
Je suis dispo pour travailler cet été j'ai été agriculteur (production animale).
Répondre
Capitaine
Il y a 66 jours
Le mieux en ne changeant rien de l’alimentation du troupeau et sans tarir de vaches pleines de 6 mois , hors mis des vieilles réformes, c’est de traire comme d’habsitu et de jeter carrément 1 traite par semaine, voire une 2éme la seconde semaine et ainsi de suite pendant 8à10 semaines. Une ration herbe pâturage en ce moment coûte moins de 50€ la tonne.
Et le matin opportun de répondre à la demande en quantité vous serez présent !
Il faut accepter l’orage qui passe. Et surtout vous n’aurez pas aider à la constitution de ces stocks ni leurs subventions qui risquent de se retourner contre tous les producteurs malgré quelques affirmations lancées par ceux qui ne les subissent pas!
Alors évidemment ça fait mal aux yeux et au cerveau un tel acte... mais dites vous bien que c’est la première perte la meilleure !
Et pour ceux qui abreuvent leurs veaux à la poudre ,passez les au lait entier.
Répondre
Massol
Il y a 66 jours
Les op c’est pourtant la solution ,mais des op transversales type fmb et pas les op verticales rattachées à un industriel.ce sont les anciens groupement de producteur qui ce sont rebaptisé op et ça c’est une arnaque .le jour où il y aura trois ou quatre op transversale en France ça commencera à avoir du sens.
Répondre
Rêveur
Il y a 66 jours
Fabien ce dossier je le connais bien et c est pourquoi j explique : à l origine des patrons syndicalistes de département ont voulu ne pas prendre la main mais on imposé des copains syndiqués et qui obéiraient au doigt et à l œil. Le résultat n a pas été à la hauteur des espérances pour le syndicalisme qui a même perdu la main ( à part 2ou3 op ) au départ Savencia a dorloté ces petits nouveaux que l on n avait pas souvent vu devant la laiterie. Comme ils étaient aux ordre s des syndicats de quartier l amour avec la laiterie s est vite rompu. Les syndicats ( les vrais) on compris ( trop tard) que les op bossaient pour leur gueule et aujourd’hui on les retrouve presque face à face. Dans cette histoire c est les producteurs de base les grands perdants et savencia tacle du pied des producteurs ayant pignon sur rue national pour évincer l op Apparemment la situation est invivable et comme dit ailleurs ils se prennent un Max en frais pour leur gueule
Répondre
Fabien 53
Il y a 66 jours
Op sunlait ne pense qu'a redistribuer du lait aux adhérents. Augmenter son volume pour noyer les charges quel utopie.la seule chose qu'on leur demande c'est un prix ,mais ça il n'y arrive ça fait deux ans qu'il essaie,il parait. L'op est le toutou de la laiterie aucun rôle aujourd'hui
Répondre
Rêveur
Il y a 66 jours
Entièrement d’accord avec vous Jonathan c est une insulte à la profession cette op
Répondre
Jonathan
Il y a 67 jours
Les OP c'est du pipeau......des cotisations en plus pour les producteurs. Et avec ou sans OP même prix du lait. SUNLAIT bien mal géré, des cotisations en augmentation et un bureau incompétent. Depuis le début de l'OP c'est toujours le même discours aux réunions "il y a du mieux, on se bat, on n'est pas d'accord", "on construit le prix du lait..... bref que du blabla. Pendant ce temps là les membres du bureau vivent très bien!!!!
Répondre
stan
Il y a 67 jours
Faut sortir inciter les gens à manger du fromage et faire de la publicité avant y en avait pourquoi cniel ne fait rien ? baisser les prix sa profite pas aux producteurs sa les fait arrêter !
Répondre
Moty
Il y a 67 jours
Je pense impératif de limiter la production ( ce n'est pas facile au printemps ), mais c'est le seul moyen sur avril et mai en conventionnel si on ne veut pas trop degrader durablement le prix. Stocker , c'est aussi une alternative complémentaire à mettre en oeuvre ( beurre, poudre, fromages de garde .. ), mais avec des exportations quasi bloquées, on n'a pas le choix
Répondre
Rêveur
Il y a 67 jours
Les op à bannir ! Regardez en prune où cela la a conduit On part sur la même avec le lait si on laisse faire France op lait ;ils n ont pas l envergure pour le job et sont trop personnels.
Répondre