Production laitièreCoup d'arrêt définitif pour la « ferme des 1 000 vaches » dans la Somme

| par | Terre-net Média

C'est officiel : au 1er janvier 2021, la SCEA Cote de la Justice (dite « ferme des 1 000 vaches ») à Drucat dans la Somme (80) ne livrera plus un litre de lait. En attente depuis plus de cinq ans de l'autorisation pour atteindre les 1 000 vaches, l'élevage jette l'éponge et regrette le manque d'accompagnement de la part de la filière laitière et de l'État.

Ferme des 1000 vaches dans la SommeSans autorisation lui permettant d'atteindre les 1 000 vaches, impossible pour la SCEA Cote de la Justice de poursuivre l'activité laitière. Cette dernière fermera bientôt ses portes. (©Terre-net Média)

C'est officiel : en 2021, plus aucun camion ne viendra collecter le lait de la SCEA Cote de la Justice (bien connue sous le nom de « ferme des 1 000 vaches »). En effet, l'exploitation a décidé de fermer définitivement les portes de son élevage.

Aucune laiterie pour collecter son lait

Au départ déjà, les laiteries françaises ont tourné le dos au projet des « 1 000 vaches », qui (il faut le rappeler) est à la base le regroupement de plusieurs exploitations sous une seule et même entité. En 2017 souvenez-vous, le gérant Michel Welter nous expliquait dans une interview qu’une chaîne de grande surface avait fait pression sur sa laiterie afin de garantir à ses consommateurs qu'elle ne vendait pas de lait issu de « la ferme des 1 000 vaches ». Les autres avaient suivi... C’est donc la laiterie belge Milcobel qui avait accepté de collecter les 8,5 millions de litres de lait annuels.

Par ailleurs, l'exploitation poursuivait son combat pour obtenir l'autorisation lui permettant d'atteindre les 1 000 vaches prévues au départ. En attente depuis 2015, la demande s'est enlisée. « La filière laitière est restée sur la réserve, l'État ne faisait rien avancer. Nous n'avons jamais été aidés. En atteignant les 1 000 vaches pourtant, l'exploitation aurait été viable à 100 % », explique Véronique Retaux, attachée de presse de la ferme.

Pour info : En décembre 2019, l'exploitation était condamnée à payer des pénalités pour avoir dépassé le seuil des 500 bovins fixé par l'arrêté initial de 2013.

Bloqués à 880 vaches, les exploitants n'avaient plus aucune visibilité sur l'avenir. Alors quand Milcobel leur a annoncé son souhait de recentrer ses activités sur la Belgique, le couperet est tombé pour la SCEA : l'arrêt du lait sonnait comme une évidence. « Si on avait enfin obtenu cette autorisation, nous n'aurions jamais arrêté. Nous nous serions battus pour continuer. C'est un modèle qui fonctionne, nous en avons la preuve. Nous n'avons simplement jamais été accompagnés. »

L'agrandissement des élevages est enclenché depuis quelques années déjà. Retrouvez d'autres articles à ce sujet via ce lien.
Et découvrez cette tribune : Combien de fermes de 1 000 vaches pour nourrir les Français ?

Une réorientation de l'exploitation

À l’heure actuelle, le gérant est encore dans la réflexion. Une chose est sûre : la ferme (qui cultive également 1 000 ha) restera implantée sur le secteur picard. Elle ambitionne de réorienter son activité agricole, sans en dire plus pour le moment.

En revanche, il va falloir faire face. Alors qu'aucun camion ne viendra plus collecter le lait, les vaches, elles, ne s'arrêteront pas de produire au 1er janvier. L'activité se poursuivra (du fait du tarissement mis en place, le lait produit deviendra non conforme à la consommation) jusqu'à ce que les 880 vaches et leur suite quittent l'élevage vers d'autres exploitations ou l'abattoir.

Les stocks de fourrage et le matériel pourront être vendus, bien qu'il ne s'agisse pas dans le cas présent de la préoccupation principale... Quant à la vingtaine de salariés dédiés à l'élevage, une réflexion quant à leur accompagnement est en cours. Affaire à suivre donc !

L'humeur de la rédaction...

Bien que la décision finale d'arrêter la production ait été prise par les gérants de « la ferme des 1 000 vaches » eux-mêmes, il s'agit là d'un véritable gâchis pour ce projet ayant bravé toutes les critiques et attaques. Suite logique d'un dossier trop sensible ? Ou d'une pression sociétale trop forte ?

Certes, ce type d'élevage a de quoi faire débat. Mais qu’on soit pour ou contre les "grosses" structures agricoles, n’y a-t-il pas eu une forme d'abandon de l’État et de la filière pour accompagner ce projet ?

Au départ déjà, le fait qu'aucune laiterie française n'accepte de collecter l'élevage sous l'influence des GMS. Si ces dernières ne veulent pas servir de lait (français) issu d'une ferme de 1 000 vaches, ne se privent-elles pas de vendre du lait étranger issu d'exploitations bien plus grosses ?

D'autre part, comment peut-on laisser dans le flou cinq ans durant un projet ayant pourtant fait ses preuves ? C’est très dommageable au regard des investissements matériels et humains entrepris pour ce projet.

On parle-là de « la ferme des 1 000 vaches » (qui en réalité n'a jamais existé) mais le problème se transpose facilement à d'autres structures...

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 314 RÉACTIONS


cacou
Il y a 13 jours
perso je pensse que c est une bonne chose que ca se termine comme cela ce n est pas le type de ferme que je souhaite voire dans notre pays . je prefer les plus petite ferme ou les vaches peuvent aller paturer et produire du bon lait fait avec de l herbe .
Répondre
Patatrac
Il y a 17 jours
C'est peut-être du gâchis mais elle n'était pas rentable donc elle se serait cassé la gueule toute seule . Ca leur rend presque service ! Ils ont pourtant pu compresser les charges mais voilà le bilan n'est pas bon ,ça reflète notre métier, ils ont cru que nous étions des incapables ,des mauvais gestionnaires mais ils pensaient qu'avec 1000 vl ça passerait mieux, nous c'était 50 puis 70 et bientôt 100 ,temps que le coût de revient est plus élevé que le prix de vente ,on peut faire les comptes dans n'importe quel sens ce n'est pas viable .
Répondre
hervé18
Il y a 22 jours
Quelle merde de pays, bien que je suis pour l'agriculture traditionnelle quel gâchis de laisser tomber cet élevage c'est encore une bande de bon à rien qui a réussi à foutre la merde. Les grandes surfaces qui se refusent à prendre le lait de cette ferme , c'est le comble après la pénurie du beurre l'an dernier, combien elles vendent le litre de lait ( acheté 34 centimes aux producteurs qui n'ont aucune possibilité de négociation ) , elles ne se moquent pas de nous en vendant des pâtes d'une grande marque dont le blé vient du canada ( blé sans pesticide!!!!!! °. Quand en France nous n'aurons plus de production de lait nous aurons des produits laitiers qui viennent d'où??????
Répondre
Al 72
Il y a 30 jours
Encore une ferme pour les CHINOIS ????
Répondre
gg1969
Il y a 40 jours
j oublie l arret c est pas faute de passer a1000vl c est produire du lait pour mettre a l egout plus de collecteur faute a la gms qui a mits la pression sur les tranformateurs ALORS MERCI DE ME LAISSER la parole MAIS FAITE le boulot
on appel un chat un chat....
Répondre
gg1969
Il y a 40 jours
gachi n est pas le mot l espoir de produire encore francais en devançant les autres pays (allemagne.et pays de l est le lait allemand est fait avec de la mains d oeuvre a bas coup.... je suis eleveur dans l ame 3 generations ma grand mere 12 vl mes parents 30vl et moi 70vl 12heures par jours sauf le dimanche 6h alors le virage de la vie sociale est certainement plus dans cette struture que chez moi....a mediter les bobos qui pensent vouloir bien bouffer sans dpenser 35 h et vacances .confinement je connais pas ca fait 26ans que je le vis banlieusardsss restez en ville la campagne est POLLUEE
DE VOS C... ca me fait penser a coluche...laver plus blanc que blanc... c est terminer la vie que j ai je suis dans un bassin laitier la moitier des eleveurs ont arrette la production
LAMENTABLE LES SYNDICATS FNSE.JA CONF..et j en passe et les POUVOIRS PUBLICS un modele d UNE AGRICULTURE POUR NOS ENFANTS et ecoles va DISPARRAITTRE
BOBOS demains vous acheterez du lait argentains ou ruusses sans les memescontraintes et GARANTIS ALIMENTAIRE....
Répondre
Fil 21
Il y a 40 jours
La France cède toujours sous la pression des écolos qui seront les premiers à acheter du lait allemand ou il existe des fermes bien plus grosses.
Les journalistes sont certainement aussi coupables d être rentré dans leurs jeu.
Répondre
cath
Il y a 40 jours
Ce ne sont pas les vaches qu'il faut compter, mais les hommes ^^
et avec plus d'une vingtaine de salariés, pour 880 vaches, le ratio vaches-hommes était très satisfaisant... Enorme gâchis en effet, énorme hypocrisie de la part des Grandes surfaces (qui font moins de manières pour accepter des produits agricoles venus de pays où les salariés ne sont pas respectés)... peut-être aurait-il fallu les entendre, ces salariés ? (mais les agriculteurs ne semblent pas avoir compris que les salariés sont précieux...)
Répondre
Dan
Il y a 37 jours
oui ELEVEUR tu crois ce que tu dis...mais je n'ai pas vocation à te convaincre, fait ce que tu veux chez toi, balaie bien devant ta porte...
on ira chercher le lait à l'étranger, sans paturage évidement, mais ça manifestement tu es complètement ignorant de la situation....
LA CULTURE DE LA MEDIOCRITE à défaut d'une AGRICULTURE QUI SE MODERNISE comme le font toutes les professions.
Une entreprise qui n'évolue pas, se meurt...L'élevage laitier le démontre tous les jours depuis une bonne dizaine d'année.
Chaque modèle,a sa place, l'opposition des modèles est une affaire d'extremistes, qui en rien ne fera évoluer notre socièté dite de libre entreprise.
Seront nous toujours manipulés par ces beaux penseurs qui sont bien loin d'etre les futurs acteurs de la filière ?

C'est un DENIGREMENT de tous ces gens qui ont mis leur intelligence, leurs moyens, leur énergie pour une telle création de valeur ajoutée, d'un élevage socialement équitable (39heures), qui respecte le confort animal maximum, par une bonne alimentation et un logement adapté.

QUEL GACHIS ET HONTE AUX DETRACTEURS ! (la roue tourne, ceci ne sera pas sans conséquences pour ces terroristes de l'économie et de la libre entreprise).
Répondre
Oliv62
Il y a 36 jours
De nos jours en France combien y a t il de robots de traite qui fonctionnent dans des élevages de 60/70 vaches laitières ? À vous écouter ceux la aussi donc n ont pas leur place dans l agriculture française... dans la majorité de ces élevages l herbe est très peu présente... moi même éleveur (traite traditionnelle) mes vaches pâturent encore malgré l opposition du département lors d un aménagement foncier qui a refusé de m octroyer 4 ha de pature derrière la ferme et celle-ci maintenant sont sur le point d être retournées par mes voisins. Certes les bobos veulent que les vaches broutent mais sont bien moins d accord lors que celles-ci salissent la route en se rendant en pâture. J estime que la ferme des 1000 vaches n avait pas à rougir face à un élevage style traite robot . Pour ce qui est de leur methaniseur je préfère voir mettre du fumier ou lisier pour le faire fonctionner plutôt que des 100 ha de maïs ou des pulpes surpressees . Au dernière nouvelle leur methaniseur n est toujours pas en fonctionnement non plus...faute d autorisation. Dans ce secteur là on devrait laisser les bobos gérer eux même leur déchet aussi bien leur assainissement que leur poubelle peut-être s apercevraient ils que eux aussi polluent et que le monde des bisounours c est virtuel et la réalité c est que l agriculture a le devoir de nourrir le monde ... et tout le monde même ceux qui n ont pas les moyens d acheter bio . Je serai curieux aussi de comparer ma dacia face à leur 4*4 ou grosses allemandes de ces gens là qui se disent ecolos ...
Répondre