Cotation physique du lait

Prix moyen payé aux producteurs en France

Année - Trim. Valeur
€/1000 L
Année - 1
2013 - 4 366 323 (+13,3 %)
2014 - 1 359 299 (+20,3 %)
2014 - 2 375 313 (+19,9 %)
2014 - 3 358 330 (+8,4 %)
2014 - 4 379 366 (+3,5 %)
2015 - 1 336 359 (-6,5 %)
2015 - 2 305 375 (-18,8 %)
2015 - 3 302 358 (-15,5 %)

Cotation physique des produits industriels

Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Beurre industriel standard, 82% de MG
Origine France, Sortie d'usine 3 039 ¤/T -108 -12 27/07/2015
Standard NOUVELLE ZELANDE, FOB 2 621 $/T -234 -716 27/07/2015
Standard USA, Depart 1,9301 $/lb -0,0052 +0,0264 27/07/2015
Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Poudre de Lactosérum
Origine France, Sortie d'usine 645 ¤/T +8 -94 27/07/2015
Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Poudre de lait écrémé, 0% de MG
Origine France, Sortie d'usine 1 911 ¤/T +40 -27 27/07/2015
Standard NOUVELLE ZELANDE, FOB 1 702 $/T -173 -290 27/07/2015
Standard USA, Depart 0,8472 $/lb -0,0149 -0,0668 27/07/2015
Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Poudre de lait entier, 26% de MG
Origine France, Sortie d'usine 2 597 ¤/T +40 +71 27/07/2015

Inquiétudes météo - 29/06/2015PRO

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Nous vous proposons toutefois l'analyse du :29/06/2015
Aux Etats-Unis, la sécheresse se prolonge en Californie, premier Etat producteur de lait dans le pays. La production s'affiche déjà en recul de près de 3 % par rapport à l'an dernier. Par ailleurs, alors que cette sécheresse s'accentue d'année en année depuis près de quatre ans, la situation devient extrêmement préoccupante pour les troupeaux.
Par conséquent, les éleveurs dépendent très fortement de l'importation de fourrages d'Etats voisins. Avec l'augmentation assez forte la semaine passée des prix du maïs et du soja à Chicago, les producteurs vont être doublement pénalisés. La production de lait pourrait donc être davantage ralentie dans les semaines à venir. Néanmoins, à l'échelle du pays, la production s'affiche toujours en croissance à l'exemple du mois de mai où elle ressort en hausse de 1.4 % par rapport au mois de mai 14.

Au Canada,  les opérateurs ont du mal à transformer le lait alors que les volumes ressortent en forte hausse cette année. En effet, les prix des fourrages sur des niveaux historiquement bas l'an passé ont incité les éleveurs à augmenter la production. Néanmoins, les industriels de la filière n'ont pas augmenté pour autant leurs capacités industrielles de transformation en yaourt et en fromage notamment. Par ailleurs, profitant que la demande en beurre et crème s'accroit, les opérateurs en ont augmenté la production sans se soucier du débouché de la poudre de lait écrémée qui en résulte. Aussi, les volumes en stock commencent à être conséquents.

En Europe, alors que la Russie maintient son embargo sur les produits laitiers européens et notamment sur le fromage, la filière recherche de nouveaux clients comme débouchés. L'Union européenne est en négociation pour augmenter les volumes de fromages vendus au Mexique notamment dont les imports de fromages ressortent en hausse de 256 % par rapport à l'an dernier selon l'European Milk Market Observatory. Les volumes importés depuis l'Union européenne sont aussi en hausse au Japon de 57 %, aux USA de 20 % et en Corée du Sud de 213 %.

En France, les prix du lait baissaient de nouveau selon le prix annoncé par FranceAgriMer. Néanmoins, le seuil symbolique des 300 ¤/ 1 000 L n'était pas encore franchi. Par ailleurs, les niveaux de collecte revenaient sur des niveaux identiques à l'an passé alors que le pic saisonnier semble maintenant derrière nous.
La vague de forte chaleur attendue dans le pays sur les prochains jours pourrait également impacter à la baisse la production de lait. En effet, la chaleur pourrait incommoder les vaches et réduire leur appétit les poussant à diminuer la quantité de nourriture ingérée.
En conclusion, le retour de risques climatiques en Europe et aux Etats-Unis face à des risques de sécheresse en Océanie en cas de phénomène el Niño pourrait abaisser le potentiel de production de lait dans les prochains mois. Par ailleurs, les prix du lait restent peu rémunérateurs actuellement tandis qu'à l'inverse les prix des céréales fourragères et du soja sont plutôt orientés à la hausse. Ces éléments pourraient donc conduire les prix des produits laitiers à se stabiliser voire à rebondir dans les prochains mois.

Patience toujours sur Euronext - 29/06/2015PRO

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Nous vous proposons toutefois l'analyse du :29/06/2015
Les premières cotations sur Euronext sont toujours attendues. La patience est toujours le maître mot alors que le passage d'ordres est devenu techniquement possible.
En Nouvelle-Zélande, le contrat beurre cote définitivement peu alors que la position ouverte est restée cette semaine affichée à 30 contrats sur les trois premières échéances cotées.
Sur le marché de la poudre grasse, les lots positionnés s'affichent à 2 200 $/t sur l'échéance Juillet 15, sur un niveau proche de celui de la semaine passée et à la veille d'une nouvelle enchère Fonterra. Sur Août 15, les volumes sont plus importants et la position ouverte affiche plus de 2 650 lots à 2 250 $/t.
La prochaine enchère Fonterra sera publiée mercredi le 1er Juillet.