Cotation physique du lait

Prix moyen pay aux producteurs en France

Année - Trim. Valeur
€/1000 L
Année - 1
2014 - 2 375 313 (+19,9 %)
2014 - 3 358 330 (+8,4 %)
2014 - 4 379 366 (+3,5 %)
2015 - 1 336 359 (-6,5 %)
2015 - 2 305 375 (-18,8 %)
2015 - 3 307 358 (-14,2 %)
2015 - 4 322 379 (-14,9 %)
2016 - 1 301 336 (-10,4 %)

Cotation physique des produits industriels

Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Beurre industriel standard, 82% de MG
Origine France, Sortie d'usine 2 893 ¤/T -69 -111 01/02/2016
Standard NOUVELLE ZELANDE, FOB 3 724 $/T +80 +294 01/02/2016
Standard USA, Depart 2,1117 $/lb +0,0717 +0,0717 01/02/2016
Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Poudre de Lactosérum
Origine France, Sortie d'usine 509 ¤/T 0 -12 01/02/2016
Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Poudre de lait écrémé, 0% de MG
Origine France, Sortie d'usine 1 759 ¤/T -19 +41 01/02/2016
Standard NOUVELLE ZELANDE, FOB 1 835 $/T -55 -16 01/02/2016
Standard USA, Depart 0,7689 $/lb -0,0211 -0,0211 01/02/2016
Produits Cotations Var S-1 Var M-1 Date
Poudre de lait entier, 26% de MG
Origine France, Sortie d'usine 2 395 ¤/T -18 +182 01/02/2016

Peu de mouvement sur les marchés - 04/01/2016PRO

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits
Nous vous proposons toutefois l'analyse du :04/01/2016
Les marchés mondiaux comme locaux sont restés très calmes durant la période entre Noël et Nouvel An. Au niveau européen, ce début d'année 2016 semblerait s'orienter sur les mêmes bases que 2015 avec un accroissement de la collecte chez les principaux producteurs, dont la France. En effet, la tendance d'octobre indique que malgré des prix bas, les éleveurs accentuent l'augmentation de production amorcée depuis la fin des quotas laitiers. Ainsi, le marché des poudres, notamment, poursuivrait sa détente sur le début 2016 avec un recours important à l'intervention et au stockage privé pour pallier à une offre supérieure à la demande. En Nouvelle-Zélande, la collecte cumulée de juin à octobre est toujours affichée en retrait de -3.4 % par rapport à la campagne 2014. Les éleveurs ont su profiter de prix de la viande avantageux pour accentuer la réforme au sein des troupeaux laitiers. Plus globalement sur le bassin océanien, les conditions climatiques estivales, sous l'influence d'El Niño, pourraient s'avérer très sèches limitant la disponibilité fourragère pour la seconde partie de campagne. A terme, la production australienne et néo-zélandaise pourrait, une nouvelle fois, être revue à la baisse. En conséquence, cela pourrait redonner un peu de dynamisme à des marchés mondiaux moroses.
Pour conclure, la tendance actuelle est toujours baissière sur les marchés mondiaux avec notamment la poursuite des hausses de production dans deux des trois bassins exportateurs. Dans ce contexte, les cours des premiers mois de l'année 2016 devraient rester dans la continuité des derniers mois de 2015 impliquant des prix à la production relativement faibles.

Calme sur les marchés boursiers - 04/01/2016PRO

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits
Nous vous proposons toutefois l'analyse du :04/01/2016
Les congés de la période entre les fêtes ont apporté de la stabilité aux différents marchés de référence. Sur la poudre de lait entier NZX, le rapproché se traitait autour des 2 375 $/t sur des niveaux sensiblement proches d'il y a deux semaines. Du côté européen, aucun mouvement n'a été enregistré aussi bien sur EEX qu'Euronext.
Les résultats de l'enchère du Global Dairy Trade seront publiés, demain, le 5 janvier 2016.