Les marchés agricoles

Actualités

Consulter les autres actualités

Analyses - viande

Gros bovins de viande : Genisses

En cette période de préparation des fêtes de fin d’année, les amateurs de bonne viande ont le regard tourné vers les concours d’animaux de boucherie. Le top des bœufs et des femelles de race à viande va se confronter sous l’oeil de jury de professionnel. La richesse de la France, c’est sa grande diversité de race. Il y en aura pour tout le monde de l’Aubrac à la Parthenaise, de la Limousine à la Charolaise en passant par la Rouge des prés, la Blanc bleu ou les croisées. Les amateurs de bonne viande auront le choix avec des magasins et des bouchers qui auront à cœur de mettre en avant la championne locale. Ces animaux seront abattus 3 semaines avant Noël pour assurer une bonne maturation de la viande afin qu’elle exprime toute sa tendreté. De nombreux opérateurs ont compris l’intérêt de la communication notamment en cette période fortement secouée par le confinement liée à la pandémie de covid-19.

L’animation commerciale sur les premiers concours qui se sont déroulés est assez calme, car les acheteurs n’ont pas encore reçu toutes les commandes de magasins. Les vendeurs ont peu de pouvoir de négociation quand un acheteur semble intéressé par leurs animaux. Le relationnel joue un rôle très important. Sur le concours de Cholet, la participation des artisans bouchers a permis d’éclairer la vente des premiers prix. Cela a permis un écoulement assez complet avec une vente qui s’est déroulée sur la longueur. Quant aux tarifs pratiqués, rien d’extraordinaire, mais ils restent très convenables et comparables à ceux de l’an passé. Les engraisseurs et éleveurs font quant à eux remonter la hausse des coûts de production et des aliments.

Malgré la morosité engendrée par le confinement, les consommateurs sont revenus à de l’approvisionnement plus local. Ils ont le pouvoir de redonner espoir aux éleveurs dans leurs actes d’achats, mais également dans la pression qu’ils peuvent mettre sur les acteurs intermédiaires pour une juste valorisation des produits.

L’ouverture des commerces ce week-end va donner le top départ pour les achats de Noël, alors que le Black Friday est repoussé au 4 décembre. Les sommes qui vont être dépensées seront une nouvelle fois conséquentes, mais essentiellement orientées vers les cadeaux qui seront mis aux pieds des sapins. En revanche, les ventes alimentaires souffrent et la viande en premier, avec de grosses difficultés à écouler les pièces nobles. La non-réouverture des restaurants et des stations de sports d’hiver est un nouveau coup dur, non seulement pour ces professionnels, mais également pour une gamme de produits qui manque de débouché.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Gros bovins d'embouche

Les volumes restent étoffés pour cette période de l’année où les éleveurs cherchent à faire de la place pour rentrer les animaux pour l’hiver. L’activité commerciale reste convenable avec des tarifs stables dans le bon cheptel d’embouche avec du poids. Dans le milieu de gamme, la qualité de l’offre est moins relevée avec des animaux souvent plus maigres ce qui engendre un tri plus sensible des acheteurs qui devront garder ces animaux plus longtemps avec plus de frais pour les repousser jusqu’au printemps dans les sujets plus légers.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Broutards et laitonnes

Le marché italien reste peu demandeur avec des engraisseurs qui attendent de vider leurs ateliers pour les fêtes de fin d’année. La demande demeure limitée dans les broutards lourds mis en place pour des sorties de juin (période peu dynamique pour le marché de la viande), mais le recul de l’offre permet un écoulement un peu moins dépressif que ces dernières semaines. Dans les limousins, l’offre est suffisante pour la demande dans les légers qui correspondent à la demande des éleveurs de la Vénétie. Le Piémont préfère de son côté des mâles de plus de 400kg, avec une demande qui se tasse pour les sorties de juin. Les marchés de l’ouest sont pénalisés par une qualité souvent médiocre. Ces animaux sont souvent fragiles et sensibles à une météo peu favorable. Les bons mâles sont moins offerts et se vendent avec un peu plus de régularité. Les tarifs restent baissiers dans les bonnes femelles destinées au marché Italien avec une offre plus étoffée et suffisante pour la demande. Les légères ou de moindre conformation restent faiblement valorisées.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Veaux de 8 jours : Engraissement

Le commerce reste extrêmement compliqué avec une offre qui demeure excédentaire pour les besoins de l’intégration ou de l’export. La qualité d’ensemble des veaux de 8 jours demeure médiocre au regard des tarifs offerts aux éleveurs. Le marasme est important, avec un mal-être qui se concentre sur les collecteurs de veaux qui ont lancé un coup de semonce et menacent d’un boycott du ramassage des veaux pour faire bouger l’ensemble de la filière veau.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Aucune analyse sur ce marché pour l'instant.

Ovins

Alors que les gros opérateurs semblent suffisamment couverts pour faire face à une demande saisonnière moins soutenue, la modestie de l’offre sur les cadrans et une demande accrue d’opérateurs de moindre envergure entraîne le marché à la hausse notamment dans le centre du pays. Les niveaux tarifs ont rarement été aussi hauts à cette époque dans les agneaux. Les premiers laitons font leur apparition, et ces têtes de lots sont activement recherchées. Les tarifs se maintiennent à des niveaux très convenables dans les agneaux sous signe de qualité et devraient le rester jusqu’à la fin de l’année. Les Lacaunes ne devraient pas tarder à apparaître, ce qui pénalisera certainement les agneaux lourds et la marchandise de second choix. En brebis, la demande est en repli ce qui entraîne un recul des cours notamment dans le second choix.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Porcins

30/11/2020

1,206 euro (baisse de 1,2 cent) ... Une nouvelle baisse de 1,2 centime est enregistrée à l'issue de ce dernier marché de novembre, le cours s'établit à 1,206 euro, au plus bas cette année. L'activité Uniporc Ouest de la semaine dernière s'est élevée à 379 248 porcs abattus, les poids ont baissé de 1...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations
Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Blé Rendu Rouen 208 ¤/t   -2¤/t maj : 01/12
Maïs Rendu Bordeaux 192 ¤/t   -1¤/t maj : 01/12
Colza 416 ¤/t   -5¤/t maj : 01/12
Orges 197 ¤/t   -2¤/t maj : 01/12
Tourteau de colza Rouen 287 ¤/t   -1¤/t maj : 01/12
Tourteau de soja Montoir 414 ¤/t   -5¤/t maj : 01/12
    0 maj :
Luzerne 205 ¤/t   0¤/t maj : 01/12
Paille de blé 95 ¤/t   0¤/t maj : 28/03
Pois fourragers NC ¤/t   0¤/t maj : 12/06
Fioul 0,4514 ¤ HT/litre   0,016¤ HT/litre maj : 01/12
Gaz naturel 2,882 $/mmBTU   0,039$/mmBTU maj : 01/12
Pétroles Londres 47,59 $/Bar   -0,59$/Bar maj : 01/12
Urée 261 ¤/T   +15¤/T maj : 27/11
Ammonitrate 33.5 249 ¤/T   0¤/T maj : 27/11
Ammonitrate 27 187,5 ¤/T   0¤/T maj : 27/11
Solution azotée 162,5 ¤/T   +2¤/T maj : 27/11
Dollar U.S. 0,8985 $ = 1¤   0,004$ = 1¤ maj : 01/12
livre Sterling 0,8985 livre   0,004livre maj : 01/12