Les marchés agricoles

Actualités

Consulter les autres actualités

Analyses - viande

Gros bovins de viande : Genisses

Contrairement à la grande majorité de la population qui se réjouit de cette arrière-saison ensoleillée, la sécheresse reste la préoccupation majeure des éleveurs, qui fait consommer les fourrages normalement prévus pour l’hiver. Certains éleveurs annoncent qu’ils n’ont plus la trésorerie pour acheter du fourrage.

La fin septembre est toujours une période assez tendue en termes de consommation avec des budgets de septembre qui ont été impactés par la rentrée scolaire, les nombreuses promotions et foires aux vins de rentrée. Le tableau est sombre malgré des conditions climatiques très agréables. La commercialisation des pièces nobles revient sur le devant de la scène avec un équilibre matière difficile à gérer pour les industriels. L’écoulement pose moins de problèmes dans les avants, car une majorité de la population consomme la viande sous forme hachée ou préparée essentiellement produite à base de laitière ou d’avant de race à viande d’entrée de gamme. Le souci est que l’offre en animaux très maigres est en progression avec une sécheresse qui se prolonge sur l’automne.

La filière viande a-t-elle perdu la bataille de la communication face aux lobbys du végétal et des anti-viandes qui ont des moyens financiers très importants pour infiltrer et influencer toutes les sphères médiatiques et décisionnelles ? Le rouleau compresseur poursuit son chemin. Pas une semaine sans que l’on parle négativement de l’élevage, que ce soit de la part de Greenpeace qui veut justifier un passage à deux repas sans viande dans les cantines, au prétexte d’un gain environnemental significatif. La montée en puissance de l’ensemble des acteurs anti-élevages se fait au grand jour avec la mise en place d’un référendum d’initiative partagée sur les animaux (RPI), qui semble être un véritable « cheval de troie », pour accroître la puissance du végétal et des produits de substitution aux viandes traditionnelles. L’impact sur les jeunes générations de consommateur est catastrophique avec une forte montée du flexitarisme. Quant aux éleveurs, ils se sentent abandonnés et sans aucune reconnaissance de leur travail quand ils ne pratiquent pas une activité en lien avec la population. Les cessations d’activité restent nombreuses.

Le ministre de l’Agriculture annonce que le plan de relance sera fléché vers une agriculture « agro-écologique » avec une volonté d’indépendance en matière d’alimentation animale, avec un plan protéine ambitieux. Espérons que ce fléchage ne viendra pas directement dans l’assiette des consommateurs à la place de la viande produite par les éleveurs.    

Les Français restent attachés à l’agriculture et aux éleveurs, mais les pratiques de consommation et la vision des jeunes générations changent.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Gros bovins d'embouche

Les disponibilités progressent dans le centre du pays en raison de la sécheresse qui perdure avec une qualité en repli. La stabilité des prix sur le marché de la viande permet une certaine visibilité ce qui permet un écoulement assez régulier dans le bon bétail lourd pour l’embouche. La demande est un peu plus réservée dans le bétail entre deux, mais les tarifs se maintiennent. Les transactions sont plus compliquées dans le bétail de second choix à finir plus tardivement sur l’hiver.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Broutards et laitonnes

Après la forte dégradation des prix de ces dernières semaines, les éleveurs sont de moins en moins enclins à accepter ces niveaux tarifaires. Les volumes sont un peu moins étoffés sur les cadrans du centre. Les exportateurs qui depuis quelques semaines ne montraient pas de gros besoin de la part de leurs clients se montrent un peu plus soutenus. Cela ne renverse pas la tendance, mais le commerce est un peu plus régulier dans les broutards de moins de 450kg avec une stabilisation des prix, voire quelques légères plus-values.

L’ambiance est morose dans les campagnes, car les écarts de valorisation entre le mois de juillet et aujourd’hui sont conséquents (plus de 100€ sur un broutard de 400kg). Ce mauvais commerce augmente le désarroi des éleveurs, qui voient fondre leur stock de fourrage. La tendance reste lourde pour les animaux expédiés vers l’Espagne avec des engraisseurs qui peinent à écouler leurs marchandises sur les pays tiers.

Sur le grand ouest, les engraisseurs restent en position d’attente face à la faiblesse des tarifs pratiqués dans la viande. La qualité de l’offre avec les sorties de tête de lot du printemps permet une stabilisation des prix dans les bons Charolais, Limousins ou Blonds d’Aquitaine. La vente reste compliquée avec des tarifs faibles dans la marchandise de second choix. En femelles, l’offre est insuffisante pour la demande dans les bonnes Charolaises ou Limousines préparées pour l’export ce qui permet un commerce assez fluide et des tarifs qui restent attractifs. Le commerce est calme vers l’Espagne avec des tarifs stables, mais peu élevés.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Veaux de 8 jours : Engraissement

La progression saisonnière de l’offre laisse les intégrateurs libres de pratiquer les prix qu’ils veulent, sans réelle concurrence. Ils ne rentrent dans leurs ateliers que ce dont ils ont besoin. L’Espagne qui est le seul marché à acheter nos excédents n’a pas de gros besoins face à des stocks assez importants d’animaux sur pieds dans les ateliers d’engraissement. Ce pays est également fourni par la majorité des pays de l’UE. L’ambiance est morose que ce soit sur les marchés ou dans les centres d’alottement des intégrateurs, ou le prix devient de plus en plus accessoire par rapport aux volumes accordés. Dans les prochaines semaines, de nombreux veaux vont rester dans les fermes fautes de débouché, ce qui n’est pas sans poser de gros problème de relation commerciale avec les acheteurs de campagne.

Les intégrateurs maintiennent la pression sur les croisés laitiers et les croisés Blanc bleus R. Les très bons veaux croisés U de conformation, les tarifs se tiennent face à des disponibilités réduites. La demande reste suivie dans les bons Limousins.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Aucune analyse sur ce marché pour l'instant.

Ovins

L’activité commerciale est plus calme face à une demande en perte de vitesse sur la seconde moitié de septembre. Le budget des ménages a été épuré par les vacances, la rentrée des classes et les nombreuses promotions (porcs, foire aux vins…). Sur les marchés, la vente est plus calme même si les tarifs restent à des niveaux très convenables pour les éleveurs. En brebis, le commerce est plus calme avec un recul saisonnier de la demande.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Porcins

17/09/2020

1,379 euro (baisse de 0,3 cent) ... Le cours perd 0,3 cent, à l'issue de cette vente du 17 septembre 2020, où 1135 porcs ont été invendus et 1268 porcs n'ont pas trouvé d'enchères. Les niveaux d'abattage de ce début de semaine confirment les besoins des abattoirs pour fournir leurs clients nationaux...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations
Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Blé Rendu Rouen 189 ¤/t   +2¤/t maj : 18/09
Maïs Rendu Bordeaux 168 ¤/t   +2¤/t maj : 18/09
Colza 396 ¤/t   0¤/t maj : 18/09
Orges 171 ¤/t   +2¤/t maj : 18/09
Tourteau de colza Rouen 260 ¤/t   +6¤/t maj : 18/09
Tourteau de soja Montoir 354 ¤/t   +2,5¤/t maj : 18/09
    0 maj :
Luzerne 205 ¤/t   0¤/t maj : 18/09
Paille de blé 95 ¤/t   0¤/t maj : 28/03
Pois fourragers NC ¤/t   0¤/t maj : 12/06
Fioul 0,4196 ¤ HT/litre   -0,013¤ HT/litre maj : 15/09
Gaz naturel 2,042 $/mmBTU   -0,225$/mmBTU maj : 18/09
Pétroles Londres 43,3 $/Bar   +1,08$/Bar maj : 18/09
Urée 262,5 ¤/T   0¤/T maj : 11/09
Ammonitrate 33.5 249 ¤/T   +4¤/T maj : 11/09
Ammonitrate 27 179 ¤/T   0¤/T maj : 11/09
Solution azotée 158 ¤/T   +1¤/T maj : 11/09
Dollar U.S. 0,9153 $ = 1¤   0,0011$ = 1¤ maj : 18/09
livre Sterling 0,9153 livre   0,0011livre maj : 18/09