Les marchés agricoles

Actualités

Consulter les autres actualités

Analyses - viande

Gros bovins de viande : Genisses

Favoriser la consommation locale et les circuits de proximité, c’est ce que révèle un sondage à grande échelle (165 000 personnes). Cela vient confirmer et renforcer la tendance actuelle pour la viande bovine. Le bien-être animal, l’éthique dans les pratiques d’élevage et d’abattage reste au cœur des orientations pour l’agriculture de demain. Le fort développement de la filière bio est le reflet de cette tendance.

Face à l’annonce du Premier ministre de réouverture des restaurants pour le 2 juin, c’est le coup de feu dans les circuits d’approvisionnement. L’arrêt de l’activité avait été brutal le 11 mars. Les restaurateurs avaient dans l’urgence, activé leurs réseaux pour ne pas jeter les produits frais. Le timing de la réouverture est également très court et laisse une nouvelle fois très peu de temps pour refaire le plein. Les filières d’approvisionnements ont besoin de visibilité pour s’organiser, sans annonce officielle cette anticipation était difficile à mettre en place, même si tous les signaux le laissaient présager. Une nouvelle fois, il faut travailler dans l’urgence, notamment dans les produits frais !

Le spectre d’un retour massif des viandes d’importation européenne plane sur la filière, et peut changer un équilibre qui était favorable à la viande française depuis 3 mois. Ce sera certainement le cas dans les grandes chaines de restauration ou dans les restaurants ouvriers où le prix reste primordial. Il faut espérer que dans la RHF, la viande française soit privilégiée, mais les écarts de prix avec l’Allemagne sont conséquents et risquent de faire pencher la balance du mauvais côté. Les restaurants et cantines scolaires devraient rester en VBF voir bio si le prix du bol alimentaire dans les repas le permet.

Pour le moment, plus personne ne parle des accords et des volumes en provenance du continent américain, mais la menace reste très forte pour l’avenir de nos éleveurs. Ces volumes viendront perturber les équilibres déjà très précaires sur un marché européen fragile.

Contrairement à de nombreuses filières où tout a été stoppé, avec des pertes qui seront colossales, la filière viande est restée active pour alimenter les français. Les consommateurs ont apprécié les efforts des éleveurs. Les prix qui étaient sous tension depuis des mois se détendent à la production avec un signal très fort vers les distributeurs sur la nécessité de revaloriser les produits de base notamment le steak-haché qui représente la majorité des ventes. Les volumes commercialisés dans les GMS risquent de se tasser avec la reprise scolaire, mais dans un mois les vacances se profilent. Les éleveurs espèrent que les consommateurs gardent leurs habitudes dans l’achat de viande française.

Aujourd’hui, les abatteurs ont toujours des stocks importants de faux filet et de filets, même si les conditions climatiques sont très favorables aux grillades.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Gros bovins d'embouche

Le commerce reste favorisé par la bonne tenue des prix dans la viande, et une offre saisonnière moins importante. Les animaux lourds à finition rapide sont recherchés et profitent de tarifs plus fermes au regard de ce qui se pratique dans la viande. La demande est plus prudente dans le bétail plus long à finir sur l’été, avec un temps très séchant qui commence à inquiéter les éleveurs. Les vaches trop âgées ou le bétail médiocre sont moins demandés.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Broutards et laitonnes

L’animation commerciale est assurée par un équilibre offre/demande favorable à la production. La demande italienne est soutenue dans les bons broutards ou taurillons Charolais ou Limousins herbés vaccinés FCO 4 et 8. Quelques mouvements à l’export sont également observés ou en préparation vers l’Algérie et le Maroc. Les bons mâles Charolais, Limousins ou Blonds d’Aquitaine restent à des tarifs assez confortables. Le placement sur le territoire demeure compliqué sans prix de reprise garantie et le soutien de certains abattoirs. La demande espagnole est par contre en retrait dans la marchandise commune. Dans les femelles, la vente est régulière dans les bonnes Charolaises ou Limousines herbées sur l'Italie. La demande intérieure est également suivie pour la repousse. Les échanges restent calmes pour des tarifs peu élevés dans les femelles communes destinées au marché espagnol.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Veaux de 8 jours : Engraissement

La pandémie de covid 19 a provoqué un véritable séisme dans la filière veau. Les stocks des principaux pays producteurs européens sont très élevés et le prix est bradé. Les pertes pour les industriels sont colossales.

Sur les marchés de petit veau, la situation est peu évolutive pour les laitiers, malgré une offre saisonnière réduite. Le marché espagnol ne déclenche pas de tendance haussière. Seuls, les Montbéliards bénéficient d’une dynamique commerciale habituelle pour la saison avec une demande de veaux lourds pour l’Espagne. La détente se confirme dans les croisés convenables, malgré la réticence des intégrateurs. Cette détente est principalement observée dans les sujets frais et viandés. Pas de changement pour les Limousins.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Aucune analyse sur ce marché pour l'instant.

Ovins

Le niveau des ventes dans les GMS et les boucheries profitent d’une météo très favorable pour les grillades avant le long week-end de la Pentecôte. La demande reste soutenue face à une offre mesurée. Les niveaux d’importation sont peu importants en provenance des iles Britanniques, alors que le sud reçoit un peu plus d’agneaux espagnols. La grande majorité des magasins travaille avec de l’agneau français. L’activité commerciale assez soutenue sur les marchés avec des tarifs souvent en progression. En brebis, l’offre est suffisante pour une demande qui se tasse après le ramadan. Les expéditions sur l’Italie ou pour la confection des merguez permet néanmoins un maintien des prix.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Porcins

02/06/2020

1,346 euro (cours égal) ... La vente de ce mardi 2 juin s'est déroulée dans les mêmes conditions que les 2 séances précédentes à savoir en l'absence de l'acheteur de Kermené. 1 115 porcs ont par conséquent été invendus tandis que la moyenne de marché reste inchangée pour la quatrième séance consécut...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations
Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Blé Rendu Rouen 182 ¤/t   -2¤/t maj : 02/06
Maïs Rendu Bordeaux 158 ¤/t   0¤/t maj : 01/06
Colza 357 ¤/t   -1¤/t maj : 02/06
Orges 163 ¤/t   -2¤/t maj : 02/06
Tourteau de colza Rouen 241 ¤/t   0¤/t maj : 02/06
Tourteau de soja Montoir 322 ¤/t   0¤/t maj : 02/06
    0 maj :
Luzerne NC ¤/t   0¤/t maj : 02/06
Paille de blé 95 ¤/t   0¤/t maj : 28/03
Pois fourragers NC ¤/t   0¤/t maj : 01/06
Fioul 0,4736 ¤ HT/litre   0,022¤ HT/litre maj : 26/05
Gaz naturel 1,774 $/mmBTU   -0,075$/mmBTU maj : 02/06
Pétroles Londres 38,32 $/Bar   0,48$/Bar maj : 02/06
Urée 230 ¤/T   +1,5¤/T maj : 29/05
Ammonitrate 33.5 232 ¤/T   0¤/T maj : 29/05
Ammonitrate 27 164 ¤/T   -8,5¤/T maj : 29/05
Solution azotée 143,5 ¤/T   -2,5¤/T maj : 29/05
Dollar U.S. 0,8967 $ = 1¤   -0,0041$ = 1¤ maj : 02/06
livre Sterling 0,8967 livre   -0,0041livre maj : 02/06