Les marchés agricoles

Actualités

Consulter les autres actualités

Analyses - viande

Gros bovins de viande : Genisses

Après un été catastrophique avec la sécheresse, la pluie de ces dernières semaines est venu perturber les semis de blé dans de nombreuses régions, et même les ensilages de maïs sur les semis tardifs. Cela rappelle sérieusement l’année 1976, pour ceux qui l’on vécu. Avec des précipitations qui gorgent les prairies, les éleveurs rentrent les animaux et se séparent de ceux qu’ils ne veulent pas hiverner, faute de fourrage. Les industriels restent ainsi largement couvert, face à une demande saisonnière souvent peu active, notamment dans les pièces nobles à griller. Les promotions de viande trouvent un bon écho chez les consommateurs avec des GMS qui profitent de l’engorgement du marché pour proposer des prix cassés face à des industriels qui ont le couteau sous la gorge quand les stocks montent et que les dates limites de vente approchent.

Comme si la situation n’était pas assez dure pour les éleveurs, la mise en application de la mesure issue de la loi sur l’agriculture et l’alimentation vient d’entériner au 1er novembre l’obligation de proposer un menu végétarien par semaine dans les cantines scolaires. C’est en institutionnalisant cette pratique que les enfants seront orientés vers une alimentation de plus en plus végétale dans les années à venir. Les lobbys du végétal et les associations anti-spécistes se félicitent de cette décision, car dans le premier cas cela donne encore plus de perspective au marché des protéines végétales, et de l’autre elle sonne le glas à une filière d’élevage qui aura de plus en plus de mal à trouver des débouchés dans les années à venir. Pour contrer cette débâcle, les instances professionnels mise sur une montée en gamme avec une meilleure rémunération pour les éleveurs. La qualité, les producteurs de viande savent faire, avec des agriculteurs passionnés et il faut l’être pour résister à tout ce qu’ils subissent. Mais pour le moment, les clients ne se bousculent pas dans cette démarche, face à une offre qui reste excédentaire et un marché des avants toujours dirigé par le marché des laitières.

La mutation des modes de consommation est rapide avec le haché qui devient la « clé de voûte » des ventes de viande. « Culture viande » lors de sa dernière AG dresse un portrait peu enthousiaste de la filière. L’érosion de la consommation domestique est inquiétante quand le seul levier de progression est la RHF qui reste approvisionnée par de l’import. La production française n’est pas en adéquation avec la demande du marché avec soit des animaux trop maigres dans le secteur laitier ou des carcasses trop lourdes pour le piéçage dans les races à viande. Des solutions existent, mais elles sont longues à mettre en œuvre et surtout difficiles à faire passer dans les mentalités.

L’impulsion de la profession est aujourd’hui sur la viande bio avec un fort développement de nombreuse exploitation en reconversion. Le Bio ne réglera cependant pas le problème de l’équilibre carcasse, avec des retards de vente dans les mêmes pièces que dans le traditionnel. Les tarifs restent pour le moment rémunérateurs, malgré les retards de sorties.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Gros bovins d'embouche

Les conditions climatiques se durcissent et les sorties se renforcent à l’approche de la saison hivernale. Néanmoins et malgré un commerce compliqué dans la viande, le bon maigre préparé pour l’embouche reste demandé et correctement valorisé, car cette gamme de marchandise est moins présente avec des sorties précoces de sécheresse. En revanche, le bétail de moyenne conformation se vend avec plus de difficulté avec des cours en baisse. Le tri est marqué dans le bétail de moindre conformation ou trop maigre.

 

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Broutards et laitonnes

La pluie commence à gorger les prairies, ce qui incite les éleveurs à décharger les herbages dans les zones les plus sensibles. Les disponibilités sont plus étoffées et couvrent mieux les besoins exprimés sur l’ensemble des gammes de marchandise. Avec un commerce un peu plus tendu que ces dernières semaines, les écarts de valorisation sont plus marqués en fonction des dates post-vaccination. La non-vaccination pose également des soucis avec des écarts de valorisation entre les animaux vaccinés et les autres qui dépassent souvent les 100€ à conformation et poids semblable. Le marasme est important dans la marchandise ordinaire non vaccinée expédiée sur l’Espagne. Le climat commercial est plus calme dans le centre du pays ou l’offre est souvent plus étoffée que la semaine passée avec l’épisode pluvieux. Les acheteurs restent présents sur les marchés, mais ils couvrent plus facilement leurs besoins ce qui entraîne un plafonnement voire une légère érosion des prix dans les bons broutards ou taurillons en fonction des durées de vaccination. Dans les femelles, la situation est identique, avec un commerce régulier dans les bonnes charolaises ou limousines vaccinées. Très peu de vente dans les autres catégories avec des animaux qui sont restés dans les fermes.

 

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Veaux de 8 jours : Engraissement

Le climat commercial reste tendu avec un marché espagnol incontournable face à une production française (voire européenne) fortement excédentaire en petits veaux. Or, ce marché est engorgé face au ralentissement des ventes de JB laitiers sur le Maghreb. Les exportateurs sont excédés par la gestion des PCR et les frais pharaoniques qu’elles génèrent. Les intégrateurs français restent sur leur ligne de conduite avec un contingentement des rentrées. Cela entraîne une forte tension sur les marchés, mais également dans les campagnes où les tarifs proposés aux éleveurs sont indécents. Le marasme est marqué dans les croisés (taupe, gris ou Blanc bleu) de moyenne conformation avec une mévente dans les femelles. En veaux de race à viande ou croisés de bonne conformation, les tarifs se maintiennent dans les très bons Charolais ou croisés (jaunes ou blanc bleus) U et E de conformation. La tendance est au plafonnement dans les Limousins avec plus d’offres.

 

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Aucune analyse sur ce marché pour l'instant.

Ovins

Même si le Brexit n’a pas eu lieu, de nombreux opérateurs étrangers avaient devancé leur vente, ce qui entraîne moins de pression de l’import sur le marché. Le recul saisonnier de l’offre permet une activité commerciale plus régulière depuis quelques semaines. Même si la consommation reste mesurée, les besoins des abatteurs sont plus fermes ce qui permet une remontée des cours dans les bons agneaux. La marchandise de moyenne qualité ou les sujets trop lourds sont peu demandés, mais ils profitent également de cette tendance positive. En brebis, le marché est à l’équilibre avec des tarifs stables.

 

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Porcins

12/11/2019

1,681 euro (même cours) ... Le prix du porc reste stable à 1,681 euro à l'issue d'une vente où tous les porcs ont été vendus dont 315 affectés en fin de séance. L'activité de la semaine passée a été extrêmement élevée avec 395 894 porcs abattus, ce qui constitue une des meille...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations
Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Blé Rendu Rouen 174 ¤/t   -1¤/t maj : 12/11
Maïs Rendu Bordeaux 156 ¤/t   0¤/t maj : 12/11
Colza 397 ¤/t   +5¤/t maj : 12/11
Orges 160 ¤/t   -1¤/t maj : 12/11
Tourteau de colza Rouen 218 ¤/t   0¤/t maj : 12/11
Tourteau de soja Montoir 325 ¤/t   0¤/t maj : 12/11
Tourteau de lin 348 ¤/t   0¤/t maj : 12/11
Luzerne 190 ¤/t   0¤/t maj : 12/11
Paille de blé 95 ¤/t   0¤/t maj : 28/03
Pois fourragers NC ¤/t   0¤/t maj : 13/09
Fioul 0,6137 ¤ HT/litre   0¤ HT/litre maj : 12/11
Gaz naturel 2,637 $/mmBTU   -0,135$/mmBTU maj : 12/11
Pétroles Londres 60,23 $/Bar   0$/Bar maj : 12/11
Urée 257,5 ¤/T   -11,5¤/T maj : 12/11
Ammonitrate 33.5 286 ¤/T   0¤/T maj : 12/11
Ammonitrate 27 202,5 ¤/T   -8,5¤/T maj : 12/11
Solution azotée 164,5 ¤/T   -3,5¤/T maj : 12/11
Dollar U.S. 0,8574 $ = 1¤   -0,007$ = 1¤ maj : 12/11
livre Sterling 0,8574 livre   -0,007livre maj : 12/11