Les marchés agricoles

Actualités

Consulter les autres actualités

Analyses - viande

Gros bovins de viande : Genisses

L’essaimage des populations urbaines vers les campagnes ou les zones de villégiature après l’annonce du confinement, profitent largement à une filière qui a dû rapidement s’adapter aux contraintes imposées par la peur de contamination du Covid 19. Après une phase où les ménages se sont jetés dans les magasins pour faire des stocks, la demande vers les producteurs locaux prend de l’ampleur. Ces petits producteurs ont mis rapidement en place des drives ou de la livraison directe pour répondre à une demande grandissante, mais cette activité est très chronophage. La boucherie traditionnelle voit également venir une nouvelle clientèle qui préfère les petites structures au GMS qui parfois n’ont plus de rayon à la coupe. Cela leur permet d’assurer une assez bonne activité en ces temps de crise.

Malheureusement, ces niches qui se développent ne représentent qu’une partie de la distribution de la viande. Le gros des ventes passe encore par les GMS. Les industriels ont rapidement adapté leur activité à la demande des distributeurs. La personne dédiée aux achats familiaux qui vient dans les magasins cible les barquettes (pas de contact avec les personnes). Les produits leaders des ventes restent le steak haché, les steaks piècés ou les viandes à bouillir. Les races laitières sont les premières à bénéficier de ce type de consommation alors que les races à viande sont les grandes perdantes avec des abattoirs qui ajustent leur activité au jour le jour.

L’arrêt de tout un pan de l’économie de restauration hors domicile hors mis la santé, l’armée ou les maisons de retraite, pèse très fortement sur l’activité des entreprises. Le 5e quartier ne trouve plus de débouché. Certains produits qui partent à l’équarrissage et les peaux s’entassent dans les entrepôts. Les industriels concentrent leurs activités sur les produits qui trouvent preneurs (steak haché, plats cuisinés sous vide…), mais ils ont sur les bras une grande partie des pièces nobles (aloyaux) traditionnellement destinées à la restauration.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Gros bovins d'embouche

Une grande majorité des animaux est sortie et profite du soleil printanier, même si les températures sont un peu fraîches pour la pousse de l’herbe. La présentation sur les marchés encore en activité est mesurée, alors que les acheteurs spécialisés ont toujours des besoins de rotation. L’ambiance dans la viande incite à la prudence, mais le commerce reste fluide avec des tarifs peu évolutifs dans le bétail maigre.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Broutards et laitonnes

Face à des sorties saisonnières mesurées, le commerce reste à un niveau convenable dans les bons broutards d’automne. Les tarifs se tiennent dans les bons Charolais ou Limousins de moins de 350kg vaccinés pour l’Italie. Les transactions sont également plus fermes dans les bons sujets de plus de 400kg. Les mises en place sur la France sont de plus en plus compliquées, car elles confrontent les éleveurs à des tarifs en inadéquation avec ceux de la viande. La demande espagnole est en repli face à un encombrement des ateliers d’engraissement en raison du recul de la consommation intérieure (Covid 19), mais également des exportations vers le Maghreb ou du Moyen-Orient touché par la pandémie. La forte dévaluation du pétrole fait que ces pays limitent les sorties de devises. La tendance est baissière dans l’ensemble des mâles et des femelles de second choix.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Veaux de 8 jours : Engraissement

Le marché est complètement déstabilisé par la mévente du veau de boucherie. Les mises en place en atelier d’engraissement sont en forte baisse que ce soit sur la France ou les Pays-Bas. De nombreux pays exportent leurs excédents sur l’Espagne, voire sur la France. Malgré le recul du nombre des vêlages, le marché reste surchargé. Les intégrateurs imposent une forte pression sur les prix face à la moindre concurrence de l’Espagne. Les tarifs se replient dans l’ensemble des veaux Holsteins, Normands, Montbéliards, croisés Taupes, Blanc Bleus ou jaunes face à un tri souvent très sévère dans les centres de regroupement privé ou les vendeurs ont du mal à défendre leurs marchandises. La tension est également marquée dans les Limousins ou les bons croisés.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Aucune analyse sur ce marché pour l'instant.

Ovins

Les sorties saisonnières d’avant Pâques sont de plus en plus importantes, alors que la consommation s’est effondrée avec le confinement des familles. Cette pandémie est dramatique pour les éleveurs, qui ont de nombreux lots préparés pour Pâques. Les retards d’enlèvement sont importants, alors que de nombreux gigots Néo-Zélandais sont déjà dans les magasins. Une grande campagne de promotion est en cours sur les différents médias, afin d’inciter les consommateurs à ne pas oublier cette production d’agneau français de qualité pour les fêtes Pascales. Les tarifs ont fortement chuté ces dernières semaines, car les abatteurs essaient de placer la marchandise chez des distributeurs qui savent très bien naviguer dans ces conditions. Les grands perdants sont non seulement les industriels qui doivent gérer les équilibres matières, mais les éleveurs qui doivent subir une forte dépréciation de leur production à une période où tout était réunis pour une bonne valorisation. Dans les brebis, la situation n’est pas meilleure avec une demande atone faute de débouché sur le Maghreb.

...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations

Porcins

02/04/2020 14:06:21

1,513 euro (baisse de 2,9 cents) ... La tendance baissière se poursuit pour le cours du porc en France avec un prix qui s'établit à 1,513 euro (-0,029 euro). La forte amplitude des enchères de 5,1 centimes démontre des attitudes à l'achat très différentes selon les abattoirs (entre baisse maximale d...

Lire toute l'analyse et consulter les cotations
Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Exclusivité abonné Web-agri PRO

Pour accéder au contenu du jour :

Offre 7 jours gratuits

Blé Rendu Rouen 188 ¤/t   0¤/t maj : 06/04
Maïs Rendu Bordeaux 155 ¤/t   0¤/t maj : 06/04
Colza 362,5 ¤/t   +2,5¤/t maj : 06/04
Orges 153 ¤/t   -1¤/t maj : 06/04
Tourteau de colza Rouen 240 ¤/t   0¤/t maj : 06/04
Tourteau de soja Montoir 371 ¤/t   -4¤/t maj : 06/04
Tourteau de lin 350 ¤/t   0¤/t maj : 06/04
Luzerne 205 ¤/t   0¤/t maj : 06/04
Paille de blé 95 ¤/t   0¤/t maj : 28/03
Pois fourragers NC ¤/t   0¤/t maj : 19/03
Fioul 0,51 ¤ HT/litre   0,016¤ HT/litre maj : 31/03
Gaz naturel 1,552 $/mmBTU   -0,035$/mmBTU maj : 03/04
Pétroles Londres 29,94 $/Bar   +7,2$/Bar maj : 03/04
Urée 268 ¤/T   0¤/T maj : 30/03
Ammonitrate 33.5 250 ¤/T   0¤/T maj : 30/03
Ammonitrate 27 187,5 ¤/T   0¤/T maj : 23/03
Solution azotée 158 ¤/T   +2,5¤/T maj : 30/03
Dollar U.S. 0,8785 $ = 1¤   0,0011$ = 1¤ maj : 06/04
livre Sterling 0,8785 livre   0,0011livre maj : 06/04