Loi ÉgalimPour la FNPL, le prix du lait n'y est toujours pas

| par | Terre-net Média

Réuni le 26 novembre, le conseil national de la FNPL a dressé un premier constat, sans appel, du prix du lait 2020 et des suites de la loi Egalim : si la loi a permis de limiter les dégâts liés à la crise sanitaire, force est de constater que les promesses ne sont pas tenues.

Après une première évolution positive en 2019, avec une progression du prix du lait de 10 €/1 000 l, la dynamique d’augmentation du prix du lait, que la mécanique de la loi Égalim est censée soutenir, a été freinée en 2020, regrette la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL).

« Notre syndicat reconnaît que les effets de la loi Égalim ont évité un séisme lié à la crise de la Covid-19, mais le compte n’y est pas », estime le secrétaire général de la FNPL, Daniel Perrin, alors que la fédération a tenu le 26 novembre son conseil national.

Un "prix conforme à la loi" publié chaque trimestre

Parallèlement, les éleveurs laitiers ne peuvent toujours pas se rémunérer décemment, alors que les engagements prévus par le plan de filière en matière de bien-être animal et de respect de l’environnement ont été tenus.

« La FNPL, jouant pleinement son rôle d’éclairage des marchés, pour la défense des éleveurs laitiers français, décide de publier chaque trimestre le "prix conforme" à la loi pour la Ferme France. En aucun cas, nous ne nous immiscerons dans les stratégies des entreprises, mais nous ne tolérerons pas que la valeur générée grâce à la loi Égalim ne profite pas aussi aux producteurs », rappelle ainsi le syndicat.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Capitaine
Il y a 53 jours
Cet article deDelphine Jeanne est diffusé au même moment que le Cniel diffuse ceux des coûts de production et prix de revient de 2019. Ils sont ( pour une fois) accrédité par la branche laitière de la Fnsea - La FNPL.
Ceux-ci incluent l’es charges salariales et les surcoûts liés à la sécheresse ( de 2019) et augmente de 19€ par rapport à 2018.
Lait de plaine 403€
Montagnes 483€
Agri.Biologiq 547€

Faites donc tous vos conclusions merci.
Pendant ce même temps Le conseil Régional des Pays de la Loire attribue à Lactalis une aide publique de 840000€.
Sachant que 38 de ses sites en France ne respectent pas les normes environnementales.
Répondre
Olmer
Il y a 54 jours
Le lait,la viande bovine,le porc etc ....le compte n y est pas comme d habitude,mais il ne se passera rien....
La seule action que l ont puisse faire ARRÊTONS DE PAYER NOS FOURNISSEURS !!!
Là ça fera peut être reagir.
Répondre
toto
Il y a 54 jours
la loi egalim : du pipo
Répondre