Bien-être animalAmélie Legrand (CIWF) : « Nous aidons des éleveurs à améliorer leurs pratiques »

| par | Terre-net Média

Responsable des affaires agroalimentaires au CIWF France, une ONG « welfariste » militant pour une amélioration du bien-être animal, Amélie Legrand aide des éleveurs et groupes d'éleveurs, à leur demande, à améliorer les pratiques d'élevage.

Amélie Legrand, responsable des affaires agroalimentaires au CIWF France, a participé à la journée Terre 2017 le 11 septembre, organisée par Ouest-France.

P récisons-le tout de suite : le CIWF (Compassion in World Farming) est une ONG dite « welfariste », militant non pas pour l’abolition de toute exploitation animale comme l’association L214, mais pour l’amélioration des conditions de vie des animaux dans les élevages.

« Nous menons des actions auprès du grand public mais aussi auprès des acteurs des filières pour améliorer les standards de bien-être », explique Amélie Legrand, en charge des affaires agroalimentaires en France au sein de l’ONG internationale. « L’une de nos principales missions est d’accompagner les éleveurs et groupements d’éleveurs au niveau technique et en matière de valorisation des bonnes pratiques d’élevage. »

Récemment, « la laiterie Saint-Denis-de-L’hotel a travaillé avec nous et l’enseigne Monoprix pour construire un cahier des charges instaurant une période minimale de pâturage, avec un suivi d’indicateurs techniques en élevage ».

Dans une démarche de progrès et non pas d’opposition frontale comme le font les associations abolitionnistes, le CIWF France décerne chaque année des trophées « bien-être animal » pour récompenser des démarches positives en la matière.

Depuis plusieurs mois, et pour contrer les images caricaturales diffusées par les associations abolitionnistes, plusieurs éleveurs se sont emparés des réseaux sociaux pour montrer tous leurs efforts et leurs pratiques pour le confort et le bien-être de leurs animaux.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


vik
Il y a 12 jours
(Je veux rester poli ) Il me faut des sous
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 18 jours
J ai l impression que mes amis internautes habitent tous dans l un des plus beau coin de France ; l ouest Dans mon Perigord passé le1voir le15 mai le pâturage pour des laitières devient compliqué par contre j admet que dans votre région on verra bientôt plus de champ de colza et céréales que de prairie mais là faute à qui ?a un revenu insuffisant de l élevage ! C est dommage par contre ne croyez pas que nous les gens du sud on aimerait avoir la pousse d herbe de l ouest ça nous faciliterait la tâche sachez qu une tonne de lait coûte plus cher à produire dans le sud mais on a le soleil pour se consoler
Répondre
steph72
Il y a 18 jours
Je dirai plutôt ne veulent plus paturer pour certains...qui ont retourné toutes les prairies autour du batiment ,pour vendre plus de céréales !
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 18 jours
Vous faites comment quand vous ne pouvez pas faire pâturer on n a pas tous la chance de certains peut-être faut il arrêter d être éleveurs et pis aller quémander le rsa
Répondre
MDR
Il y a 18 jours
Ah,Ah,Ah! La liberté ou la prison de luxe !!
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 18 jours
Pâturage oui mais le terrain s y prête sinon bâtiment ou les vaches ont accès au soleil et à la pluie c est à dire une aire de promenade découverte qui soit au moins aussi importante que le couchage en surface ( association zéro cli - va- ges)
Répondre