Empreinte carbone des élevages laitiersCarbon Dairy : profiter d'un diagnostic carbone pour optimiser les charges

| par | Terre-net Média

Lancé en 2014, le projet Carbon Dairy piloté par l'Institut de l'élevage et d'autres partenaires vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les fermes laitières. Dans ce cadre, les diagnostics réalisés permettent d'identifier précisément les leviers d'action pour chaque exploitation, avec à la clé, une optimisation technique et économique de l'atelier lait.

[Vidéo] Projet Carbon Dairy : les explications d'un éleveur et de la responsable du projet

Lancé en 2014, le projet Carbon Dairy de l'Institut de l'élevage et ses partenaires ambitionne de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les élevages laitiers, « grâce à des diagnostics et la mise en place d'actions spécifiques qui seront conduites sur 4 000 exploitations d'ici 2018 », explique Catherine Brocas, responsable du projet à l'Institut de l'élevage.

Eleveur laitier en Mayenne, Luc Garnier fait partie du projet. « J’ai fait réaliser un diagnostic carbone sur mon exploitation. Avec des techniciens, nous avons regardé ensuite quels sont les leviers d’amélioration sur mon exploitation. »

L'empreinte carbone de son exploitation est très bonne par rapport à la moyenne des exploitations laitières. « C'est grâce aux 13 kilomètres de haies présentes sur ma ferme », explique l'éleveur.

Mais des voies d'amélioration sont encore possible. « Le premier levier serait d’abaisser l’âge du premier vêlage à 24 mois au lieu de 27 mois. » La moyenne nationale sur les élevages prim'holsteins est de 30 mois. « Le second levier serait d'augmenter d'un an le nombre moyen de lactations par vache d'ici cinq ans. Actuellement, nous sommes à 3,5 lactations par vache et nous souhaiterions arriver à 4,5 », conclut Luc Garnier.

En savoir plus sur la Cop21 et le changement climatique


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Sommaire


A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article