Herbe

image Herbe

Articles traitant de l'herbe, des prairies permanentes et temporaires pour l'alimentation des bovins.

16Novembre
Paroles de lecteurs

Les élevages bas carbone sont-ils forcément herbagers ?

Les élevages doivent-ils nécessairement passer en système tout herbe pour réduire leur empreinte environnementale ? En discutant entre eux sous l'article consacré à la ferme laitière bas carbone de Jean-Marc Burette, paru il y a quelques semaines sur Web-agri, les éleveurs semblent conclure que non. Et si « les modèles intensifs voulaient s'offrir une com' » pour redorer leur image, craignent certains lecteurs ?

8Novembre
Autonomie alimentaire

Sous quels couverts semer une prairie temporaire ?

Le semis de prairie sous couvert permet de gagner du temps en conduisant deux cultures de façon simultanée. Certains couverts comme l'orge de printemps ou l'association pois-féverole sécurisent l'implantation de la prairie. C'est ce que nous montrent les résultats d'essais du programme Reine Mathilde.

2Novembre
Système herbager

Florent Cotten, Pâturesens : « Se lancer en pâturage dynamique dès cet hiver »

Florent Cotten (éleveur et co-fondateur de Pâturesens) conseille aux éleveurs (laitiers et allaitants) qui souhaitent s'initier au pâturage dynamique d'y réfléchir dès cet hiver. Selon lui, « ça laisse le temps de se former, de revoir les bases, de préparer le matériel et de monter les clôtures pour entamer la saison d'herbe en tout sérénité ».


24Octobre
Programme Reine Mathilde

Des pistes concrètes pour améliorer l'autonomie alimentaire des élevages

Après 8 ans d'essais en fermes, le programme Reine Mathilde dévoile ses pistes pour améliorer l'autonomie alimentaire des élevage bovins. Associations riches en protéagineux, mélanges prairiaux, plantes compagnes du maïs... : les experts donnent leurs préconisations pour chaque thématique travaillée (et il y en a 8 au total !).

19Octobre
Paroles de lecteurs

L'or blanc pour les coops et les industriels, pas pour les éleveurs !

"À la ferme St Paul (27), l'or blanc existe encore et il est produit à l'herbe" : le titre de ce reportage, paru il y a quelques semaines, a interpellé les lecteurs de Web-agri. Si certains préfèrent parler d'or vert, puisque la bonne valorisation du lait est liée au système herbager, d'autres déplorent que l'or blanc ne soit pas pour les producteurs mais pour les coopératives et l'industrie laitières.

15Octobre
Nutrition des bovins

M. Vagneur, vétérinaire : « apporter des fibres sans déconcentrer la ration »

Désialis présentait au Space 2018 son ouvrage « La fibre dans les rations des vaches laitières ». L'occasion d'interroger Michel Vagneur, vétérinaire et consultant en nutrition animale sur le rationnement. Selon lui : « il faut trouver le bon compromis pour apporter de la fibre et ainsi éviter l'acidose mais sans déconcentrer la ration ».

11Octobre
Lait de foin

Didier Le Hec, éleveur : « un lait payé 50 % plus cher que le conventionnel »

Issu d'Autriche, le lait de foin arrive en France. En ramenant cette filière dans l'hexagone, les éleveurs laitiers herbagers espèrent décrocher des contrats avec les laiteries et par conséquent une meilleure rémunération de leur production. « Ce n'est pas une opération commerciale, c'est une véritable filière avec un lait issu d'une alimentation composée à 75 % d'herbe et de foin », insiste Didier Le Hec, éleveur et président de l'association.

28Septembre
Reportage

À la ferme St Paul (27), l'or blanc existe encore et il est produit à l'herbe

Aurélien Dubos et son père Thierry exploitent 111 ha dont 104 d'herbe pour leurs 90 vaches laitières. Adeptes du pâturage tournant dynamique, les éleveurs ont découpé leur parcellaire en 70 paddocks d'un demi hectare chacun pour y faire tourner le troupeau toutes les 12 heures. Une gestion de l'herbe qui leur permet d'atteindre les 6 000 litres/vache tout en réduisant considérablement leurs charges opérationnelles.

26Septembre
[Insolite] Ensilage

Une tête de récolte à 20 rangs en 2020, le pari fou de Kemper

Kemper travaille sur une tête de récolte à 20 rangs de maïs. Objectif : augmenter la productivité des ensileuses pour répondre aux enjeux agricoles de demain. 15 m de large, autant dire que ça déménage. Reste à vérifier sur le terrain que le matériel résiste aux conditions d'utilisation agricole. Kemper relevera-t-il ce pari fou d'ici 2020 ?