Filières animales4 % de bovins abattus en moins par rapport à 2012

| par | Terre-net Média

Sur l'année 2013, les abattages de vaches sont inférieurs de plus de 185.000 têtes (soit 10 %) à ceux de 2012. Les abattages de génisses suivent la même tendance.

La qualité des animaux produits en France est très appréciée par les Italiens.La qualité des animaux produits en France est très appréciée par les Italiens. (©Terre-net Média)« En décembre 2013, les abattages totaux de bovins sont en repli de près de 6 % en têtes par rapport à décembre 2012. Depuis le début de l’année, le recul concerne plus de 217.000 têtes, soit 4 %. Toutefois, le cours moyen des vaches de type O est en baisse par rapport au mois précédent.

En moyenne, à 3,30 €/kg carcasse, le prix est inférieur de 14 cts/kg au cours de décembre 2012. Le cours de la vache de type R diminue également et passe en décembre en dessous du cours de 2012.

Avec près de 140.000 têtes, les abattages de vaches restent bas, en décembre 2013. Ils sont ainsi inférieurs de 11 % en têtes au niveau de 2012. Malgré un stock d’animaux présents dans les exploitations en hausse par rapport à 2012, le contexte laitier favorable d’une part et les incertitudes quant à la mise en œuvre de la nouvelle Pac pourraient inciter les éleveurs à maintenir les animaux dans les exploitations.

Sur l’année 2013, les abattages de vaches sont inférieurs de plus de 185.000 têtes (soit 10 %) à ceux de 2012. Les abattages de génisses suivent la même tendance : 8 % d’abattages en moins en décembre 2013 et 7,5 % en moins sur l’année. Les abattages de taureaux et bœufs sont également en repli en décembre et sur l’année complète.

Plus de taurillons abattus

En décembre, le cours des jeunes bovins progresse par rapport au mois précédent. Il reste néanmoins inférieur au niveau élevé de 2012.

En décembre 2013, avec près de 77.000 animaux, les abattages de taurillons sont supérieurs à 2012. Depuis le début de l‘année, ils sont supérieurs de 85.000 têtes au niveau faible de 2012. Ils ont ainsi profité d’une offre de femelles limitée dans les exploitations ainsi que d’une forte baisse de la demande de bovins vivants à l’export. Néanmoins, ce surplus ne permet pas sur l’année de compenser la baisse des abattages des autres catégories de bovins de plus d’un an.

La baisse de disponibilité des veaux de boucherie a permis de maintenir les cours. En décembre 2013 ; avec près de 108.000 têtes, les abattages sont en retrait de 2 % par rapport à 2012. Depuis janvier, ce recul atteint plus de 3 % en têtes. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article