Lait, jus végétaux et bioLa déconsommation et l'évolution des achats : des menaces pour la filière lait ?

| par | Terre-net Média

La production laitière européenne est parvenue à retrouver une faible croissance cette année, mais elle doit faire face aux changements d'habitudes de consommation. Une étude de FranceAgriMer a mis en évidence que les achats de lait conditionné ont, de manière globale, évolué à la baisse en 2018. Mais la consommation des ménages reste dynamique pour certaines catégories. La concurrence se renforce du côté des produits d'origine végétale et la menace grandit.

Bouteille de laitLa filière laitière doit faire face aux changement d'habitudes de consommation (©Pixabay) 

Les élevages ont réussi à faire face à un été chaud et sec qui a touché une bonne partie de l’Europe cette année encore, et la production laitière européenne a retrouvé une  faible croissance. Néanmoins, les  habitudes de consommations évoluent sans cesse et n’épargnent pas le secteur laitier. C’est ce qui ressort de l'étude sur la consommation de produits laitiers en 2018 menée par  FranceAgriMer à partir des données du panel consommateur Kantar Worldpanel.

Le phénomène de déconsommation touche le lait

Tandis que le lait, véritable aliment santé, bénéficiait d’un très fort taux de pénétration (pourcentage des individus qui ont acheté ou consommé du lait sur la période de référence) en France, il connaît une baisse depuis plusieurs années. De 97,8 % en 2014, le lait conditionné n’était plus présent que dans 96,6 % des foyers en 2018, indique l’étude. La tendance est similaire pour les volumes de lait conditionné achetés, qui « ont poursuivi leur recul, conséquence du phénomène de déconsommation que subit ce produit », affirme FranceAgriMer. Ainsi, une baisse de 3,6 % a été enregistrée sur un an. « Les volumes ont été impactés par une nette diminution de la fréquence d’achat et des quantités achetées par acte d’achat ». En 20182,2 Mt de lait conditionné ont été achetées (- 3,6 % comparé à 2017), pour une valeur de 1,9 Md€ (- 0,9 % par rapport à 2017). Le prix moyen d'achat s'élevait à  0,88 €/kg.

Phénomène de déconsommation : 
Processus qui vise à diminuer son niveau de consommation. La déconsommation peut être subie : résultat d’une conjoncture économique défavorable qui engendre une stagnation ou une baisse du pouvoir d’achat. Elle peut à l’inverse être volontaire : conséquence d’un choix délibéré de se restreindre, en prenant notamment en compte les enjeux sociétaux et environnementaux, dans une démarche favorisant le développement durable. Elle s'inscrit dans le principe du « consommer mieux, c’est consommer moins ».
À ne pas manquer : le dernier point du Cniel sur la conjoncture laitière

Évolution du prix moyen du lait conditionnéLe prix moyen d'achat du lait conditionné a progressé de 2,8 % par rapport à 2017, pour s'établir à 0,88 €/kg en 2018 (©FranceAgriMer) 

Tous les laits ne semblent pas logés à la même enseigne

Que ce soit en termes de volumes achetés ou de taux de pénétration, l’évolution est globalement  la même pour les catégories qui vont suivre. Ainsi, selon FranceAgriMer, le lait frais et fermenté (yaourt) gagne du terrain, contrairement au lait longue conservation. Il en va de même pour le lait de chèvre qui, à l’inverse du lait de vache, progresse. Enfin, tandis que le lait conventionnel suit une tendance baissière, le lait biologique continue son ascension. En termes de taux de pénétration, le lait biologique a d’ailleurs progressé de près de  34 % en cinq ans ! Les  ventes ont été de 196 kt en 2018, soit un bond de 17 % par rapport à l'année passée. Une progression des quantités achetées par acte a contribué à l'augmentation du volume. 

Évolution du taux de pénétrations des différentes catégories de lait conditionnéLe lait bio a la cote. (©Kantar Worldpanel / Création : Terre-net Média) 

Des disparité selon les régions

Les achats de lait conditionnés, en termes de volumes, sont hétérogènes sur le territoire français. C'est dans le Grand Ouest que les quantités sont les plus importantes, alors qu'elles sont les plus faibles dans la région sud-est et la région parisienne.

Lait liquide conditionné : indice volume par régions (2018)14,9 % du lait conditionné a été acheté en 2018 en région parisienne. (©FranceAgriMer) 

Les produits d'origine végétales : concurrence directe 

Une concurrence de la part des produits d'origine végétale se fait ressentir de plus en plus ces dernières années. Ils ont connu un développement particulièrement rapide et les quantités achetées par foyer ont au minimum doublé depuis 2015. Le nombre de ménages achetant ce type de produits ne cesse d'augmenter, les consommateurs veulent "essayer" le produit. Il s'agit du phénomène de "recrutement", qui engendre une hausse de la consommation : « le taux de pénétration (nombre de ménages ayant acheté le produit au moins une fois dans l’année) ne cesse de croître, alors qu’il est à peine stable pour les produits laitiers équivalents », avance FranceAgriMer. 

Les produits d'origine végétale conservent néanmoins un poids limité dans le panier des ménages français et la hausse est principalement portée par l'essor des jus végétaux.

La présence des produits d'origine végétale au sein des foyers est encore relativement faible. « La marge de progression en termes de recrutement est telle que les achats de produits d’origine végétale pourraient continuer à progresser, faisant toujours plus de concurrence aux produits laitiers », explique FranceAgriMer.

Comparaison des achats des ménages en France entre le lait et le jus végétalLes sommes dépensées par les ménages pour l'achat de jus végétal ont augmenté de 74 % entre 2015 et 2018. (©FranceAgriMer)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 13 RÉACTIONS


Patrice Brachet
Il y a 11 jours
Tintin tu as un peu raison et cela peut s améliorer c est certains ou c est grave c est comme tu dis le miel et surtout tout les plats élaborés où la matière première annoncée n est des fois qu en 2voir3 sur l étiquette et tout le reste .... et c est la que c est à nous de communiquer sur ce genre d étiquette car c est tro juteux et personne ne prendra le risque
Répondre
tintin
Il y a 11 jours
le FR correspond au numéro d usine mais si tu as du lait allemand...
je pense qu avec un petit effort nous pourrions améliorer les choses mais pas sur que l agroalimentaire soit d accord.si nous voulons mettre en avant les produits FRANÇAIS travaillons
l étiquetage claire et précis et si tu as du lait allemand dans un camembert tu ne met pas FR
Répondre
The germs
Il y a 12 jours
C'est vrai, et pour être encore plus précis, il y a sur l'emballage un petit rond, parfois noté EMB, avec des chiffres à l'intérieur. Les deux premiers donne le numéro du département du lieu où à été emballé ou conditionné le produit...
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 12 jours
Tintin pour certains produit je suis d accord mais pour les produits laitiers déjà tu commence par le code:FR déjà c est français ! Après tu lis la composition et c est bon Mais attention beaucoup de produits sont exportés mais là tu n a pas le FR
Répondre
tintin
Il y a 12 jours
PATRICE tu remarquera qu'a l heure de la transparence les étiquettes sont loin d être claires.
tu prend du miel par exemple :CE hors CE il suffirait d ecrire que c est du sirop du glucose chinois!
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 12 jours
Je me répète mais c est à nous de prouver que ce que nous produisons est de qualité. Je ne serai plus là car cela mettra un certain temps mais c est réalisable l important c est d avoir la volonté de le prouver. Aujourd’hui en dialoguant on arrive à faire comprendre et obtenir des résultats. J ai en mémoire une dame a qui j avait expliqué la lecture d une étiquette qui m a dit :chaque fois que je fais mes courses je pense a vous et systématiquement je regarde les étiquettes Le début de la victoire commence par la ; expliquer avec son cœur sans exagérer , simplement
Répondre
Raph
Il y a 12 jours
Bonjour a tous, je ne pense pas qu'il y est une réel consommation de ses produit j' ai pas mal de copain,et dans la famille qui se sont fait avoir en achetant ses produits,car s'était marquer steack ou lait il se sont fait avoir une fois mais pas 2 il faut voire sur du long terme avant de tirer des conclusions question qualité je pense qu'on peut faire mieux,mais on doit être pas mal vu que notre président veux en exportée en Chine on voit que cela est contradictoire on veut exporter notre viande et lait et faire manger du végétal aux Français a suivre avec le temps quand les médias arrêterons leurs mattraquage tous redeviendra normal
Répondre
The germs
Il y a 14 jours
Il y a quand même une arnaque: parler de "lait" végétale alors que se n'est pas du lait (absence de lactose), c'est comparer tout et n'importe quoi!
D’ailleurs, je suis très étonné par le laxisme des asso de consommateur qui n'y trouve rien à redire. Elles qui vont jusqu’à chercher des nano-particules pour dire qu'un produit est "empoisonné" ne crient pas au scandale dans ce cas alors qu'il y une fraude manifeste.
Ces JUS n'ont rien d'un lait! A part que se soit de couleur "blanche"... Donc, tous les liquides "blancs" sont potentiellement du lait??!! O_o
Sinon, ok avec les collègues: il faut se démarquer de la concurrence en proposant des produist de qualité.
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 15 jours
Steph il y a très longtemps que je pense à une association qui ne regrouperait que des gens qui bossent , vivent et pensent autonomie maximale. Tu n ai pas obligé de me croire mais ce matin j ai demandé à mon directeur apro lait savencia que par ses contacts il me mette en relation avec des collègues au niveau national ayant les mêmes pratiques que nous. J ai des contacts avec des techniciens bio toujours dans la même démarche tout cela pour dire : je suis partant
Répondre
steph72
Il y a 15 jours
Malheureusement pour l'aide on pourra toujours attendre;
On est encore trop dans la production par vache,on a pourtant le controle laitier ,son boulot devrait etre l'amélioration du revenu par l'autonomie;
Mais il y a surement des pressons pour continuer dans cette direction
Comme l'apad qui a crée l'agriculture de consevation puisqu'au niveau chambre il n'y avait rien;
Peut etre crée une asso et promouvoir le lait produit majotairement avec les fourrages de la ferme.
Répondre