Prix du lait« Avec le modèle américain, les éleveurs français seraient payés 13 % de plus »

| par | Terre-net Média

Selon une étude du think tank Agriculture Stratégies, la transposition en France du modèle américain de fixation des prix des produits laitiers aurait permis aux éleveurs français d'obtenir 43 ¤/1 000 l de plus, en moyenne, ces dix dernières années.

Interview de Frédéric Courleux, directeur des études Agriculture stratégies

Aux États-Unis, une dizaine de « Federal Milk Marketing Orders » organisés par grande région, régulent la répartition de la valeur ajoutée au sein de la filière laitière, avec un système de péréquation. Un modèle qui a permis aux éleveurs laitiers américains de ne pas subir de crise laitière ces dernières années.

« Dans chaque grande région, de la taille de trois ou quatre États, « les producteurs bénéficient d’un prix de base unique, calculé sur l’évolution des prix des produits laitiers industriels », explique Frédéric Courleux, directeur des études d’Agriculture stratégies.

Le think tank s’est intéressé à ce modèle laitier américain et a étudié les conséquences d’une transposition de ce modèle en France. « La transposition de ce modèle américain en France aurait permis aux éleveurs français d’avoir un prix payé supérieur de 13 % en moyenne sur les dix dernières années, explique-t-il. Cette rémunération supplémentaire représentant 43 €/1 000 l. »

« Très pragmatiques, les américains considèrent qu’il ne peut pas y avoir de marché proprement dit pour le lait liquide sorti de la ferme, puisque la collecte du lait dans les fermes ne fait pas l’objet d’une concurrence. »

Et le directeur des études d’Agriculture stratégie rappelle les difficultés françaises à répartir la valeur ajoutée dans les filières, en particulier en filière laitière. « Il y a un vrai problème : En Allemagne, 1 000 l de lait transformé génère autour de 700 € de chiffre d’affaires. En France, les industriels arrivent à générer près du double (selon leur mix-produit, ndlr) sans parvenir ou vouloir mieux rémunérer les producteurs. »

Une condition: une meilleure organisation des producteurs 

Ceci dit, le modèle américain serait-il transposable en France ? « Ce serait tout à fait possible, à condition que ce soit accepté par les autres pays européens, dont la filière laitière est souvent mieux organisée qu’en France. »

La proposition de réforme de la Pac semble pourtant avoir ouvert la voie. La Commission européenne a proposé de transposer le dispositif de programmes opérationnels appliqués jusqu’à présent dans les filières des fruits et légumes et la viticulture aux autres filières. « Ces programmes opérationnels permettent de soutenir des organisations de producteurs qui sont investis d’une mission de régulation. »

« Si ce type de dispositif était transposé à la filière laitière, ce sont de grandes OP qui auraient la charge de cette régulation et de la fixation des prix. » Encore faut-il que les producteurs s’organisent et se regroupent davantage. « C’est d’ailleurs dans la droite ligne du discours prononcé par Emmanuel Macron à Rungis il y a un an dans le cadre des États généraux de l’alimentation », rappelle Frédéric Courleux, estimant néanmoins qu’un tel dispositif ne pourrait remplacer « des outils de gestion de crise relevant des pouvoirs publics ».

« Mais il faudrait que les coopératives changent de position au sujet de la réorganisation des producteurs. » Autrement dit, « il faudrait que les éleveurs des coopératives et ceux des OP puissent se fédérer au sein d’une même organisation : soit sous la forme de coopératives plus grandes (les coopératives étant des OP) , soit sous la forme d’AOP (association d’OP) » . « Il faudrait quelques OP et AOP pour que cela fonctionne, et non pas des dizaines et des dizaines d’OP comme actuellement. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 23 RÉACTIONS


petit trayeur
Il y a 35 jours
La course à vouloir en avoir toujours plus est sans fin et sans issue.Moins nous sommes nombreux plus nous perdons du poids pour nous défendre notament contre ces manipulateurs d'opinion publique.Le modèle laitier américain n'est pas le
libéralisme.On nous a réformé l'Europe en 2003 pour se préparer à la future OMC avant même d'entrée en négociation.Baisse des prix,fins des quotas tout fut décidés autour de ces accords du 24 juin 2003.Le commissaire Ciolos favaroble au Rapport de Michel Dantin pour intervenir en avant des crises s'est fait éjecter au momnt du renouvellement par JUNCKER en 2014 . Dans des états des USA l'autorité publique décide encore des prix minimum pour le Lait.Pourquoi MACRON ne l'a pas transposé dans sa loi Française? Dans le dossier interprofession porté par la France à Bruxelles la négociation de prix n'avait pas été mise.Une interprofession sans parler de prix perd beaucoup de son rôle.Les entreprises ont peur de payer plus cher que la voisine,des prix de base collectif comme avant protégerez déjà mieux les producteurs.
Répondre
defendeur 16
Il y a 39 jours
steph , c'est aussi ceux qui pensent faire partie, les yeux fermés, du systéme ( fnsea) pensant qu'ils seraient épargnés de tout ,,,,,,,,
Répondre
gillesdu01
Il y a 59 jours
@vtovendetta , ton commentaire,bien vu, nous ramène direct à la dernière phrase du commentaire de Massol ....les mecs ont privilégié le volume au prix .... pour arriver en fin de carrière et se dire : "Tout ça pour ça " .....
Répondre
steph72
Il y a 58 jours
Je dirai plutot l'orgueil de producteur,toujours dans la course à la productivité,au volume qui entraine de gros investissements pour finir avec des dettes et à peine de quoi se prélever une rémunération.
Et qui profite du système…. tout ceux qui vivent des agriculteurs.

Répondre
@vtovendetta
Il y a 59 jours
en regardant les commentaires et l'article, il serait plus que temps d'agir. Pour moi il est même un peu tard. A mon avis l'agriculture a été la responsable de ses propres maux. Le plus gros handicap de ce monde est l'individualisme agricole qui conduit à l’émergence de courants non majoritaires qui se battent entre eux au lieu de se souder pour mettre en place un système pérenne et bénéfique pour la base. Je critique souvent le monde agricole sur twitter, mais toujours dans un sens positif pour apporter ma petite pierre à l'édifice et si possible faciliter la prise de conscience. Parfois cela me désole de voire la façon dont est manipuler l'agriculture, surtout à un moment ou elle a une vraie carte à jouer, dans un système qui atteint la fin d'un cycle (prise de conscience citoyenne, désappointement de la distrib et des industriels...)
Répondre
debutant
Il y a 59 jours
Pascal bon nombre de ces paysans doivent retourner a l ecole afin d acquerir une capacite a raisonner et a compter !!!!!! face a eux des indus des distris des mecs qui ont fait les plus grandes ecoles de commmerce donc tu commprendras que vous aviez en 2009 un boulot de titan .Quand je vois tous ces cons qui ont pronne le productivisme les volumes qui roulent des mecaniques en faisant bosser des vieux mais putain que faut il avoir dans le crane pour etre ainsi, tous les jours on entend des anciens a plus de 70 ans bosser comme des esclaves sur les fermes tout ca pour faire quoi? ammener de la matiere pour rien pour valider les decisions de merdes prises par la fnsea PRODUCTIVISME COMPETITIVITE .Honte a ce pays et ses dirigeants le bilan social est scandaleux
Répondre
lait53
Il y a 60 jours
il est plus que temps de se réveiller effectivement...
Nous pouvons agir dés les prochaines élections chambres agri, et virer le système que vous tous critiquer et qui nous ruine!
La politique agricole est menée par le syndicat majoritaire, il manipule le ministre de l'agriculture,ils sont représentant dans toute la filière laitière qu'ils disent organiser,
regarder les organigrammes,....si on ne bouge pas beaucoup vont Mourir...
Répondre
vik
Il y a 61 jours
Il est grave ......................
Répondre
tintin
Il y a 61 jours
maintenant nous l avons dans le baba...
merci a la fnsea et aux coops de france!
et dans 3 mois les agriculteurs vont encore revoter pour eux et ensuite se plaindre
Répondre
Capitaine
Il y a 61 jours
Que les industriels nous apportent les 13% manquants j’y croirais plus que l’effet météo.En année sèche c’eSt pas les stocks qui fondent c le nombre de paysans!
Répondre