Contention des bovinsÀ chacun son système de contention pour intervenir en toute sécurité

| par BTPL | Terre-net Média

Tarissement, vêlage, insémination, contrôle de gestation, parage, examen, vaccination, soin, chargement dans une bétaillère... On peut estimer entre 10 et 20 le nombre d'interventions par vache et par lactation qui demandent la manipulation et la contention d'un animal, ce qui représente, pour un troupeau de 100 vaches laitières au moins deux interventions par semaine. Le BTPL fait le point sur les types de contention à prévoir dans la conception d'un bâtiment d'élevage.

Des installations les plus simples au plus compliquées, il existe de nombreuses possibilités pour manipuler les bovins. Quelque soit la technique, l'objectif doit rester le même : manipuler en toute sécurité et sans stress.Des installations les plus simples aux plus compliquées, il existe de nombreuses possibilités pour manipuler les bovins. Quelle que soit la technique, l'objectif doit rester le même : manipuler en toute sécurité et sans stress. (©BTPL) Une bonne installation de contention devrait permettre l’intervention d’une seule personne, la sélection et l’isolement facile du bon animal ou des bons animaux, une intervention sans stress, sans perte de temps, et en toute sécurité, tant pour les animaux que pour l’intervenant.

Quatre types d'interventions sont à prévoir sur un troupeau laitier : des interventions sur tous les animaux (exemples : vaccination, suivi reproduction), des interventions sur des petits groupes d’animaux qui doivent être isolés, changés de lot ou de place, des interventions individuelles sur des animaux qui doivent être isolés du reste du troupeau et l’embarquement des animaux.

Bloquer et intervenir sur une série d'animaux

Pour le suivi repro ou la vaccination, il faudra bloquer une série d'animaux. Cette action demande d’identifier plusieurs ou tous les animaux du bâtiment ou d’un enclos puis de les immobiliser.

- La meilleure solution : bloquer les animaux aux cornadis, en cherchant toutefois à les bloquer un minimum de temps. Les bâtiments logettes en deux rangées de logettes face à face ont autant de places de couchage que de places au cornadis, contrairement aux bâtiments en trois rangées qui n'ont environ que deux places pour trois vaches.

- La barrière de tri + box d'isolement (en sortie de salle de traite ou à la suite du robot) : la sélection des vaches ne peut se faire qu'après une traite. Il faut faire attention à l'espace, au confort et à l'accès à l'eau et à l'alimentation qui ne doivent pas être limités, selon le temps de séjour des animaux dans le box. Un système de contention est néanmoins nécessaire en plus du box.

- Le couloir ou la cage de contention : qui nécessitent pour une optimisation optimale : un parc d'attente, le couloir ou la cage de contention et un parc de rassemblement.

Cornadis Cornadis (©BTPL) Box d'isolement Box d'isolement (©BTPL) Couloir de contention Couloir de contention (©BTPL)
Le parc d'attente idéal est circulaire avec une barrière tournante, ou au mieux rectangulaire, pas trop large, de forme allongée où les animaux tournent moins (largeur maxi 5 m, surface d'1,5 m2 par bovin adulte) avec des passages d'homme (de 35 cm de large max pour les vaches, 30 cm pour les génisses ou avec un poteau escamotable si plus large). Il faudra si possible casser les angles du parc à l'aide de barrières (cela constituera des boucliers-refuges pour les hommes). Un équipement pratique est la barrière poussante.

Pour le couloir de contention, sa longueur doit faire 5,4 m de long (prévoir 3 bovins x 1,8 m) avec une largueur d'environ 75 cm (une génisse ne doit pas pouvoir se retourner). Une barrière amovible permet d'ajuster la longueur.
- Les parois doivent être pleines avec 5 à 10 cm de jour en bas pour laisser passer la lumière et faciliter le lavage.
- Il ne faut pas le coller contre un mur afin de garder un accès aux bovins depuis les deux côtés.
- L'entrée doit être latérale pour que les animaux entrent mieux (porte latérale d'une largeur max d'1 m avec un espace à l'arrière de 20 cm max).
- Le couloir doit être équipé d'un système anti-recul, d'un marchepied pour les intervenants (pour une intervention confortable, le haut du couloir doit être à hauteur de la hanche de l'éleveur), d'une porte de contention avec blocage central de l'animal (avec une commande accessible depuis l'arrière de l'épaule de l'animal, qui est pour rappel point d'équilibre où l'animal de ne recule pas), et une sortie de préférence vers le nord pour éviter l'éblouissement.
La cage doit être positionnée à 90° par rapport à l'orientation générale des animaux pour faciliter l'entrée dans le couloir et orienter la sortie vers le troupeau plutôt que vers un espace vide.

Le parc de rassemblement permet de sécuriser les animaux après la contention et de les libérer en groupe. Il peut être aménagé en zone d'embarquement ou en parc de tri.

Le couloir de contention doit être précédé d'un parc d'attente et suivi par un parc de rassemblement. Le couloir de contention doit être précédé d'un parc d'attente et suivi par un parc de rassemblement. (©BTPL)

Isoler un animal dans un box

Box fonctionnel Box fonctionnel (©BTPL) 

Un box fonctionnel doit permettre à une personne seule d'isoler et faire la contention d'une vache facilement et en toute sécurité. Si la vache se sauve, il faut faire en sorte qu'elle choisisse d'aller se mettre la tête dans le cornadis. Deux éléments sont indispensables :

- une barrière pivotante pour diriger la vache,

- un cornadis contre une barrière fixe pour attraper la vache (et un palan dans un box de vêlage pour soulever le veau).

La barrière pivotante du box doit êtr bien positionnée La barrière pivotante du box doit être bien positionnée (©BTPL) 

La barrière pivotante doit être correctement dimensionnée et positionnée dans le box. La vache entre plus facilement dans un cornadis manuel (non autobloquant) qui descend jusqu'au sol. La sécurité y est meilleure. Attention cependant pour un vêlage à bien ressortir la tête de la vache après lui avoir mis un licol pour éviter les risques de coincement.

La vache entre plus facilement dans un cornadis manuelLa vache entre plus facilement dans un cornadis manuel (©BTPL) Comment attraper une vache ?

Se placer au bon endroit pour la faire avancer dans la direction choisie et l'encadrer avec la barrière.Se placer au bon endroit pour la faire avancer dans la direction choisie et l'encadrer avec la barrière. (©BTPL)

Tri d'un ou plusieurs animaux pour les changer de lot

Une vache malade, à inséminer, à tarir ou à parer doit être changée de lot. Pour ce faire, deux solutions sont possibles :

- Barrière de tri automatique et box en sortie de salle de traite ou de robot si on peut attendre la traite,

- Souricière si on veut réaliser le tri à un moment donné en dehors de la traite.

Ce que l'on recherche...
Trier des vaches avec une barrière de tri dans la stabulationTrier des vaches avec une barrière de tri dans la stabulation. (©BTPL)
Ce qui arrive le plus souvent...

Souvent, le tri s'avère compliqué avec les vaches au mauvais endroit.Souvent, le tri s'avère compliqué avec les vaches au mauvais endroit. (©BTPL)

Solution : installer une souricière avec un jeu de barrières supplémentaires
En temps normal, la souricière est rangée.1. En temps normal, la souricière est rangée. (©BTPL)Ouverture barrière 12. Ouverture barrière 1. (©BTPL)On amène la bonne vache3. On amène la bonne vache (avec d'autres éventuellement). (©BTPL)
On trie4. On trie. (©BTPL)

On sépare le bon animal5. On sépare le bon animal.(©BTPL)Retour au départ6. Retour au départ. (©BTPL)
Tri des vaches avec une souricièreOption : combiner avec une barrière pivotante et un cornadis : la souricière peut alors servir de box de contention pour les deux lots. (©BTPL)
Autre exemple de souricière avec couloir de tri en bâtiment logettes :
La souricière permet de trier les vaches en lots dans un bâtiment logettesLa souricière permet de trier les vaches en lots dans un bâtiment logettes. (©BTPL)
La barrière pivotante peut aussi orienter les vaches vers l'infirmerieLa barrière pivotante peut aussi orienter les vaches vers l'infirmerie. (©BTPL)

D'autres types de barrières que les barrières pivotantes s'avèrent très pratiques :

- Barrière montante ou guillotine : ces barrières montent et descendent grâce à un treuil mécanisable ou à un système de contrepoids. Elles peuvent aussi être manipulées à distance avec une télécommande.

- Variante : barrière montante repliable : même principe que la barrière précédente, les tubes horizontaux sont indépendants et coulissent sur les deux montants verticaux, l'écartement des tubes dépliés est maintenu par des chaines ou des câbles, le relevage est assuré par deux câbles qui sont tractés par le treuil fixé au mur.

Barrière guillotineBarrière guillotine. (©BTPL)

Barrière remontante repliableBarrière remontante repliable. (©BTPL)

En traite robotisée : barrières guillotines pour forces des vaches à passer au robotEn traite robotisée : barrières guillotines pour forcer des vaches à passer au robot. (©BTPL)

Couloir en cul de sac à l'extrémité d'un box ou d'un couloir de circulation :

Envoyer une vache vers un point précis et isolé (comme une cage de contention) peut poser problème. Pour l'orienter plus facilement, on utilise un couloir en cul de sac.

Envoyer une vache vers un point isolé (cage de contention)Si on veut envoyer la vache vers cet objectif, elle ne voudra pas y aller car c'est un lieu isolé. Elle se retournera alors pour retrouver ses congénères. (©BTPL)

Il faudra alors utiliser un couloir en cul de sac.Il faudra utiliser un couloir en cul de sac. (©BTPL) 
Le couloir en cul de sac permet d'isoler facilement la vacheLe couloir en cul de sac permet d'isoler facilement la vache. (©BTPL)

Box d'embarquement

L'idéal est d'embarquer les animaux depuis un endroit inconnu, plutôt que depuis un box qu'ils connaissent bien. Déstabilisés, ils montent mieux dans la bétaillère.

Les bovins embarqueraient mieux en bétaillère dans un lieu inconnu que dans leur habitat quotidienLes bovins embarqueraient mieux en bétaillère dans un lieu inconnu que dans leur habitat quotidien. (©BTPL)


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Angélique
Il y a 18 jours
Monsieur votre remarque est convenable pour diriger les animaux mais je n’ais qu’un seul bras ...cordialement.
Répondre
titiann
Il y a 19 jours
De toute façon la patience et l'intelligence primerons toujours face à la force!!!
Et ne jamais oublier qu'un animal ira toujours vers là où l'on regarde et du côté du bras tendu. Rien ne sert d'agiter les 2 bras sauf pour l'empêcher de passer.
Si vous voulez faire aller un animal à votre gauche, que vous soyez devant ou derrière tendez bien votre bras gauche sans trop l'agiter et tournez la tête vers la gauche, et là miracle ça va tourner tout seul.
Répondre
GE
Il y a 24 jours
La manipulation des bovins repose sur la connaissance de leur fonctionnement naturel auquel il faut ajouter quelques aménagements de bon sens.Ne jamais courir mais réfléchir avant .Passer du temps avec les jeunes veaux est aussi un sérieux investissement pour les années qui suivront.
Répondre