Meilleur éleveur Prim'holstein 2015L'extraordinaire petit troupeau de Jean-Bernard Girard (Doubs)

| par | Terre-net Média

Eleveur dans le Haut-Doubs à la frontière suisse, Jean-Bernard Girard ne trait qu'une vingtaine de vaches, mais pas n'importe lesquelles. Il parvient à en classer cinq au palmarès du concours de la Vache de l'année organisé par Prim'holstein France, ce qui fait de lui le « meilleur éleveur 2015 ».

Cliquez pour découvrir l'élevage de Jean-Bernard Girard en vidéo

Un petit troupeau de 20 vaches laitières très hautes productrices en étable entravée et nourries tout à l’herbe… Voilà un élevage qui dénote dans le paysage de la race prim’holstein. Seul sur son exploitation à Bians-les-Usiers près de Pontarlier dans le Doubs, Jean-Bernard Girard est l’un des rares de sa région à élever des Holsteins à 800 mètres d’altitude, au cœur de la zone de l’AOP Comté où règne la Montbéliarde.

Des races spécialisées sur 50 ha d’herbe

Jean-Bernard s’est installé en 1994, avec seulement 130 000 litres de lait en race montbéliarde. Il a choisi d’opter pour la Prim’holstein afin d’intensifier son système laitier, ce qui lui a permis de dégager des surfaces pour élever des vaches allaitantes. Ce choix des races spécialisées lui permet aujourd’hui de produire 250 000 litres par an avec seulement 20 à 22 Holsteins et de faire vêler une vingtaine de veaux en race blonde d’Aquitaine vendus en circuit court. Le tout en restant automne en fourrage sur ses 50 hectares intégralement en prairies naturelles.

Jean-Bernard Girard s’est, dès le départ, constitué un troupeau très performant en achetant des Holsteins de neuf origines différentes, dont plusieurs familles red-holsteins. Deux ans après son installation, la moyenne de son troupeau dépassait les 10 000 litres par vache. Après vingt ans de sélection et d’insémination, principalement avec des taureaux canadiens, américains et italiens, le troupeau est aujourd’hui très homogène et dépasse les 12 000 kg de lait de moyenne à 39 de TB et 32 de TP… Et cela sans un brin de maïs ! Les 20 Holsteins de Jean-Bernard passent leurs six mois d’hiver dans la petite étable entravée où elles sont traites au transfert avec lactoduc au-dessus des animaux, puis six mois au pâturage de jour comme de nuit.

Largeur et capacité d’ingestion

L’éleveur franc-comtois prête une attention toute particulière à la qualité des fourrages qu’il récolte. Les meilleurs foins, fauchés très jeunes, sont pressés avec un conservateur en balle carrée à haute densité, tandis que les coupes plus grossières sont stockées en balles rondes et destinées majoritairement au troupeau allaitant. La ration des laitières se compose de 12 kg MS de foin de première coupe, et 12 kg MS de regain complétés par à 4 à 8 kg d’aliment concentré (VL à 35 % de MAT) en filière oméga 3 « Bleu Blanc Cœur ».

Ses vaches parviennent ainsi à ingérer près de 30 kg de matière sèche par jour. Pour y parvenir, l’éleveur sélectionne sur la capacité d’ingestion, c’est à dire la taille, la profondeur de corps et la puissance à l’avant. « Je cherche avant tout à ce que les vaches valorisent l’herbe de la ration de base. Il faut des vaches larges et malheureusement la race holstein a perdu de la largeur ces dernières années, conséquence d’une sélection qui se fait dans des élevages avec des rations très énergétiques à base de maïs », regrette-t-il.

Jean-Bernard distribue manuellement le foin et le concentré cinq fois par jour dans les auges individuelles. « Je cherche à freiner le démarrage en lactation, à écrêter le pic de lactation, afin d’améliorer la persistance de traite, de ne pas trop diluer les taux et de préserver la fertilité. Les hautes productrices font généralement une super chaleur autour du 50e jour, c’est à ce moment-là qu’il faut décider s’il faut inséminer, ou bien préférer repousser l’IA de plusieurs mois. Ainsi, une vache comme Alma EX-93 va passer la barre des 100 000 kilos de lait en 9 lactations avec seulement 9 IA, et pas une paillette de plus ! Son IVV moyen est de 360 jours, avec 61 000 cellules, la vache parfaite en somme ! »

Meilleur en note global depuis deux ans

Sur 20 vaches, Jean-Bernard possède six vaches pointées Excellentes 90 points et plus ! Telle que Cyred Ex-94 : sans doute le meilleur pointage des Rouges françaises, une souche canadienne très laitière et avec des taux. Grâce à son petit troupeau composé uniquement d’animaux de haut vol, cela fait deux ans que l’élevage de Jean-Bernard obtient la meilleure moyenne de France en note globale (NG moy = 88,2). Même s’il n’a pas le temps de se consacrer au concours, Jean-Bernard mise sur une morphologie avant tout fonctionnelle, avec de la capacité corporelle pour l’ingestion de foin, une bonne solidité et de bons membres pour supporter six mois d’étable entravée. Jean-Bernard Girard estime qu’il a désormais les vaches qu'il lui faut et il ne cherche plus à multiplier certaines par transplantation embryonnaire.

« Je cherche des vaches qui "souchent", c’est à dire avec un pedigree profond, qui auront de la capacité à bien transmettre leurs qualités à leur descendance. Il y a très peu de déchets, même si certaines génisses sont moins jolies que d’autres, je sais qu’elles auront toutes le potentiel pour dépasser les cinq lactations. »

Jean-Bernard vend quelques vaches en lait et élève une dizaine de génisses par an grâce à l’usage quasi-systématique de semence sexée femelle (en Holstein ainsi que sur ses génisses blondes d’Aquitaine). Du côté de la voie mâle, après avoir longtemps utilisé le sang Goldwin, Jean-Bernard insémine lui-même avec des doses de McCutchen, Silver, Golden Dreams, Brokaw, Beemer en Noir et Diamondback ou Armani en Red-holstein. « Vu la taille de mon troupeau, je préfère ne pas prendre trop de risque avec les taureaux génomiques pas encore confirmés, mais j’en utilise quand même un peu, notamment en Rouge où le choix de confirmés est plus restreint. »

section

Nom

Père

GPM

Age

Lait

MP

TB

TP

NG

Cel

IVV

MP/

Jdv

Lait/

Jdv

2AN -1er

Goldycombe

SANCHEZ

LARAMEE

3a4m

26708

810

39,2

30,4

90

107

370

0,56

18,6

7N - 1er

Almacombe

JAMES

JESTHER

9a4m

87789

2943

43,5

33,5

93

61

360

0,83

24,7

1R - 2ème

Clydered

TALENT LAD

JACKPOT

7a6m

67005

2157

43,8

32,5

91

149

543

0,76

23,5

1R - 1er

Cyred

SEPTEMBER

CHAMPION

7a4m

61501

1983

45,9

32,1

94

147

476

0,76

23,6

1R - 7ème

Elitecombe

ELAYO RED

TALENTLAD

5a4m

31070

1021

42,1

32,8

87

118

402

0,54

16,3

1R - 11ème

Gepsicombe

BURNS

SEPTEMBER

3a4m

12947

409

39,3

31,6

88

127

431

0,36

11,5

« Sélectionner et travailler avec de beaux animaux reste pour moi une motivation pour se lever tous les matins afin d'aller traire. Vu les caractéristiques de mon exploitation de moyenne montagne, mon objectif n’est pas de courir après les volumes mais avant tout de créer de la marge et de la valeur ajoutée sur chaque animal », conclut Jean-Bernard. Il a misé sur un système productif avec un petit volume de lait valorisé en filière Oméga 3 Bleu blanc Cœur par la fromagerie Jean-Perrin à Cléron (Doubs). « Je suis payé entre 320 et 330 € la tonne de lait en ce moment, et pourtant les résultats du centre de gestion montrent que je n’ai rien à envier à mes voisins en AOP Comté où la tonne de lait est plutôt valorisée autour de 500 €. Par contre, dans mon système herbager, il faut aussi savoir adapter la production de lait en fonction de la conjoncture laitière, de la qualité des fourrages de l’année, ou du prix de l’aliment, même s’il faut parfois renoncer à vouloir exprimer la totalité du potentiel génétique.»

Palmarès des meilleurs éleveurs 2015

# 1er  : Jean-Bernard Girard (25), avec 6 vaches dont 4 Rouges

# 2ème place : Gaec Cabon (29) avec 9 vaches dont Amarante, la Vache de l’année 2013 et 2015

# 3ème ex aequo :
   - Gaec des Romfort (53) avec 7 vaches
   - Earl Sauvage Michel (35) avec 5 vaches
   - Gaec Leroy (59) avec 12 vaches, meilleur éleveur 2014


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


ovitel
Il y a 1451 jours
voilà un eleveur qui sait bosser et qui ne brule pas 2 litres de GNR pour traire un litre de lait .Une selection qui va dans le bon sens
Répondre
tigrou
Il y a 1365 jours
Tout a fait d accord avec toi !!
Répondre
daniel39
Il y a 1454 jours
toute la véritée est dite en 5 lignes
Répondre
Patrick
Il y a 1457 jours
Comme quoi même avec ce que certains appellent un petite ferme dépassée, on bien travailler et à priori bien gagner sa vie, on ne voit pas les résultats éco mais on comprend qu'il gagne bien sa vie, bravo. mieux vaut se limiter et faire les choses bien plutôt que de vouloir être le plus gros et être dépassé par le travail et ne pas avoir de qualité de vie ..
Répondre
fedjer abderrahman
Il y a 1458 jours
Excellent travail
Répondre