ClimalaitEn pays de Caux, le réchauffement climatique aura des effets bénéfiques

| par Émilie Durand | Terre-net Média

Avec le réchauffement climatique, la quantité de fourrage produite aura tendance à augmenter dans le pays de Caux, au point de revoir le système de production pour pouvoir en profiter pleinement, selon Climalait.

Prim'HolsteinSelon Climalait, la disponibilité du fourrage sur l’année devrait évoluer dans le pays de Caux avec « un démarrage en végétation de plus en plus précoce » et une « pousse d’automne qui s’accentue et se prolonge ». (©Terre-net Média) Dans le pays de Caux en Normandie, le réchauffement climatique aura plutôt des effets positifs du fait de la hausse des rendements fourragers, en lien avec la hausse du CO2 dans l’atmosphère. Telle est l’une des conclusions du programme Climalait(1), initié par la Cniel et qui a évalué les impacts du changement climatique dans plusieurs régions laitières. Dans le pays de Caux, une exploitation type a été définie, en accord avec les participants du programme, majoritairement des éleveurs : 100 ha de SAU dont 33 ha de prairies et 27 ha de maïs ensilage dont 15 avec un RGI ou un méteil en dérobée avant le maïs. Le troupeau est constitué de 70 Prim’Holstein (8 000 kg de lait/an), avec un taux de renouvellement de 40 % et des vêlages étalés à 30 mois. Par conséquent, 28 génisses sont élevées chaque année.

La ration des vaches laitières est composée d’ensilage de maïs à hauteur de 50 à 75 % selon la saison et d’herbe pâturée et/ou ensilée. Les génisses sont au pâturage dès le printemps, avec un complément de foin et d’ensilage de maïs en été ; elles sont nourries de foin et d’ensilage de maïs en hiver. Le silo de maïs n’est jamais fermé. Le chargement corrigé s’élève à 2,08 UGB/ha SFP.

Dégager de la place pour des cultures de ventes ou augmenter la production de lait ?

Cinquante ans plus tard, le chargement corrigé monte à 2,38 UGB/SFP du fait de l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère. Et sans évolution du système de production, l’exploitation génère 85 tMS supplémentaires, dont 56 tMS d’ensilage de maïs ! Comme dans d’autres régions, la disponibilité du fourrage sur l’année évolue avec un « démarrage en végétation de plus en plus précoce » et une « pousse d’automne qui s’accentue et se prolonge », selon l’étude.

« Face à ces évolutions, deux grandes voies d’adaptation apparaissent : dégager de la place pour des cultures de vente, ou augmenter la production de lait en augmentant le nombre de vaches », ont imaginé les éleveurs. Le choix dépendra de chacun d’entre eux, en fonction de la place restante dans les bâtiments, de la main d’œuvre disponible, mais aussi des contrats possibles avec les laiteries. Vis-à-vis de l’exploitation type, le groupe de travail a choisi « une voie intermédiaire, en ajustant les surfaces et les effectifs », d’après l’étude.

« L'année 2018 a été à l'image des années prévues par le scénario de 2030 sur le plan climatique »

Albéric Avenel de l'EARL AvenelAlbéric Avenel, éleveur dans le pays de Caux. (©EARL Avenel) « Climalait m’a permis de réfléchir à des périodes de températures intéressantes, comme en automne, afin de mieux valoriser les fourrages, explique Albéric Avenel éleveur dans le pays de Caux. De plus, je faisais déjà des couverts végétaux que je broyais auparavant. Il sera bientôt plus intéressant de les récolter. Ce qui m’a le plus surpris à travers ce programme, c’est que finalement l’année 2018 a été à l’image des années prévues par le scénario de 2030 sur le plan climatique.

Au final, c’est comme si le scénario prévu pour dans 15 ans était déjà en place ! Globalement dans le pays de Caux, le changement climatique n’aura pas beaucoup d’incidences négatives. Au contraire, il aura une incidence positive sur les rendements. Par contre, il faudra gérer autrement l’excès de pluviométrie au printemps. »

N.B : (1) Climalait est un programme de recherche initié par le Cniel et mené par le Cniel, Arvalis, l'Idele, le réseau des chambres d'agricultures, Météo France, l'Inra et le BTPL.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 21 RÉACTIONS


Maec
Il y a 31 jours
Pays où les reprises d exploitation sont en rapport avec le potentiel de rendement.
Donc on généralisé les cultures industrielles comme le dit Nicolas
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 31 jours
Si je me base à ce que dit Nicolas c est un pays de cocagne donc tant mieux pour ceux qui y vivent mais surtout à ne pas généraliser Il faut pas en faire un camembert !!!
Répondre
hautot nicolas
Il y a 31 jours
le pays caux est particulier par rapport autre région . entourer eaux, entre la seine et la mer (ce qui protégé des orages et permet amener l'eau régulièrement) difficulté récolter des céréales sec mais propice a l' herbe et lin.

la pays caux ne craint pas trop des monté eaux par rapport au Pays bas.

le gros souci c'est l'industrialisation (pétrochimique et portuaire) . ils ont tout les droits et prennent beaucoup terre tout les ans .les salariés qui goutent a leur salaire ne revienne plus jamais travailler dans l'agricole.
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 31 jours
J invite la direction de web agri à modifier le titre et je m explique : Vu le nombre de lecteurs non initiés qui parcourent les articles il y en a pas pour longtemps que l on dise que les agriculteurs font tout pour accentuer le réchauffement climatique car c est source de profit .au sein de zéro clivage je me bat contre comme l extrême majorité de mes collègues et je pense que c est un offense faite à la profession La preuve : les commentaires
Répondre
prudence
Il y a 31 jours
Regardons plutôt du coté de l' Australie , la catastrophe qui vient d'arrivé à cause du réchauffement climatique ; faudrait placé les rêveurs en hôpital psychiatrique !
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 32 jours
: affirmer de telles âneries mérite sanction Allez dire aux insulaires que le réchauffement climatique est une bonne chose ! J espère que quelqu’un tirera les oreilles aux gens qui affirme de telles bêtises
Répondre
steph72
Il y a 32 jours
Pays de caux c'est pas en bordure de mer?
Le rechauffement va provoquer une montée des eaux et une accélération du grignotage de la mer sur les cotes;
Moins de terres agricoles,à part ça le réchauffement climatiques est positif!!
Répondre
vincent
Il y a 32 jours
"Globalement dans le pays de Caux, le changement climatique n’aura pas beaucoup d’incidences négatives. Au contraire, il aura une incidence positive sur les rendements. ":
j 'ai du mal à comprendre votre "enthousiasme" pour le réchauffement climatique. Même si vous pensez que les rendements vont augmenter, il y a d'autres phénomènes imprévisibles qui risquent de modérer vos propos.
les animaux vont-ils supporter ? les hommes ?
Répondre
Nicolas HAUTOT
Il y a 32 jours
Pour lait a herbe pâturer. Il faut juste laisser le choix au consommateur.
Répondre
Jett
Il y a 32 jours
Il fait pas chaud chez vous! On a un temps de printemps en Bretagne et avec des sols qui se sont ressuyer très vite. Pour le blé normalement plus tu azote tôt, plus c'est efficace mais bon je ne suis pas dans le perigord.
Répondre