Dossier Retour au dossier Maïs fourrage

Bâche et couverture de siloPlus aucune perte d'ensilage dans l'élevage des frères Leroy (27)

| par | Terre-net Média

Dans l'Eure, Christian Leroy a couvert ses silos d'ensilage de maïs, de drêches de brasserie et de pulpes de betterave avec la bâche Supastop de la marque Velitex. Afin de faciliter le débâchage du front d'attaque, l'élevage s'est équipé de tapis Silolest. Démonstration.

Silo de maïs bâche Supastop de Velitex et tapis Silolest Le silo de maïs est couvert d’une bâche Supastop et d’un filet anti-oiseaux. Les tapis Silolest facilitent les manipulations et réduisent les entrées d’air. (©Terre-net Média)

Pas un poil de moisissure ne dépasse du front d’attaque. Cette année, Christian Leroy, éleveur de vaches laitières avec son frère Thierry à Guitry dans l’Eure, est satisfait de la conservation de ses ensilages. Auparavant les silos de maïs étaient couverts d’une bâche noire classique, maintenue par des pneus. « Sur la couche supérieure et les bords du silo, les pertes d’ensilage étaient phénoménales. On s’était habitués à jeter 10 à 15 % du tas, et c’est autant d’hectares que l’on cultivait pour rien ! Avant j’allais distribuer l’ensilage moisi dans la forêt pour les sangliers, mais aujourd’hui ils n’ont plus rien à manger alors je dois leur acheter du maïs grain ! Un comble », blague l’agriculteur.

Barrière à l’oxygène

Les silos ont été recouverts d’une seule bâche : la Supastop de la marque Velitex, distribuée notamment par les coopératives Terrena, Cavac et Cap Seine. Cette bâche d’une épaisseur de 45 µm en polyéthylène contient une couche d’Evoh (Ethylene vinyl alcohol) qui fait barrière à l’oxygène. « Ce film d’ensilage respecte les mêmes normes de conservation que pour les barquettes de viande, fait remarquer Thomas Bottet, de Velitex. Le bâchage du tas est très facile, l’élasticité du film fait qu’il se colle au tas de maïs, réduisant ainsi les poches d’air. Bien qu’elle soit fine, la bâche Supastop est très résistante à la marche. De plus, sa légèreté réduit la pénibilité et facilite le recyclage du plastique », assure le commercial.

Sur la ferme, des silos de pulpes de betterave et de drêches de brasserie sont également couverts avec la bâche Supastop (voir photos). « Les drêches sont très humides. Cette soupe glisse et ne tient pas dans le silo. C’est un produit qui se conserve assez mal d’ordinaire. Là, le résultat est surprenant », reconnait l’éleveur.

 

Des tapis lestés sur le front d’attaque

Supastop existe en version noire ou en transparente et en largeurs allant de 6 à 31 mètres. Son prix se situe autour de 0,55 €/m2. Ce film a impérativement besoin d’être couvert d’un filet protecteur contre les oiseaux ou les rongeurs et doit être bien lesté par des boudins. « J’ai arrêté de mettre des pneus sur le tas. Ça se remplit d’eau, c’est pénible à manipuler, et surtout il y des risques de pertes de limailles avec les pneus très usés, constate Christian Leroy. Il m’est déjà arrivé de retrouver ces bouts de ferraille dans la ration des vaches. »

Sur le front d’attaque, l’élevage vient de troquer l’usage des boudins contre celui de tapis "Silolest". Chaque tapis mesure 3 mètres de large par 2,40 mètres et pèse près de 50 kilos. Fabriqué en polyéthylène tressé, le tapis est composé de longs boudins remplis de graviers. Objectif : chasser et limiter l’entrée d’air sous la bâche au niveau du front d’attaque et maintenir tassé pour éviter les éboulements. Des poignées facilitent la manipulation des tapis ; reculer la bâche ne prend qu’une ou deux minutes (voir vidéo de démonstration ci-dessous).

Velitex présentera ses produits au Sima 2015 du 22 au 26 février.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


DENIS SCEA MONTBELIS
Il y a 1405 jours
Vous montrez ce qu'il ne faut pas faire,sur la photo où sont deux personnes une est postée le dos tourné au vide tout près du vide du front d'attaque.UN FRONT D ATTAQUE EST TRES FRAGILE NE PAS SE METTRE DESSUS NI AU PIED. PHOTO à envoyer à notre très chère MSA......
Répondre