Finir ses réformes laitièresCalculer l'intérêt d'engraisser ses vaches laitières

| par Cécile Julien | Terre-net Média

La France manque de viande bovine, alors que dans le même temps, la plupart des réformes laitières sont abattues maigres. Quel est l'intérêt économique de finir ses réformes et à quelle période ? L'Institut de l'élevage s'est penché sur la question.

Vache de réforme grasse Près d’une vache prim’holstein sur trois est abattue non finie en zone de polyculture-élevage du grand-Ouest. et plus d’une vache montbéliarde sur deux est abattue non finie en zone de piémont-montagne. (©Terre-net Média)

Les Français mangent du steak haché. Beaucoup plus que n’en produit le troupeau national qui est passé de 6,5 millions de vaches laitières en 1985 à 3,7 millions en 2015. Malgré les faibles prix de la viande actuellement, « la France est déficitaire, en quantité et en qualité, en viande bovine, tous morceaux confondus », remarque Jérémy Douhay, de l’Idèle. Pour produire ces steaks hachés tant consommés, la filière importe des réformes laitières d’Allemagne, des Pays-Bas ou encore d’Irlande. Alors que dans le même temps, un tiers des laitières réformées sont abattues maigres, notamment en race montbéliarde (une vache sur deux, voire moins en zone AOP).

70 kg x 2,5 €/kg = 175 €

« Entre une vache non finie, abattue à une note d’engraissement de 1 ou 2, et une bête finie par un engraissement de trois mois, il y a 70 kg de viande à gagner sur une Holstein, chiffre Jérémy Douhay. Cela va de 65 kg sur une Montbéliarde à près de 80 kg sur une Normande, avec un gain de 1/2 à 2/3 de classe de conformation. Si toutes les vaches laitières de réforme étaient finies jusqu’à un engraissement de 3, notre troupeau laitier fournirait 17 000 tonnes équivalent carcasse (téc) en plus, de quoi combler 22 % de notre déficit en viande bovine, estimé à 80 000 téc ».

Poids des carcasses des vaches de laitière Holstein, montbéliarde et normande en fonction de leur note d’état d’engraissement classée de 1 à 3. Poids des carcasses des vaches laitières holstein, montbéliarde et normande en fonction de leur note d’état d’engraissement classée de 1 à 3. (©Bdni-Normabev-Idele) 

Sur l’année, le cours de la viande de vache prim’holstein a varié entre 2,40 €/kg et 2,70 €/kg, ce qui équivaut pour un gain de poids de 70 kg à une augmentation du prix de vente de 168 à 189 € par vache engraissée.

Calculer sa marge sur coût alimentaire

Si l’intérêt de la finition des réformes est clair du côté de la balance commerciale, l’éleveur doit le raisonner en marge sur coût alimentaire. Pour valider l’intérêt technico-économique, l’Idèle a décortiqué les systèmes d’éleveurs finissant leurs réformes et d’autres ne le faisant pas. « La stratégie de finition est dictée avant tout par le système fourrager », éclaire Jérémy Douhay. Que ce soit au pâturage ou à l’auge, finir ses réformes demande des fourrages. « Engraisser à l’herbe en été, par exemple pour valoriser des prairies éloignées, est le plus intéressant économiquement, ne cache pas le spécialiste. En hiver, le coût alimentaire est évidemment plus élevé. » Pour chiffrer l’intérêt de la finition, chaque éleveur doit mettre dans la balance : ses disponibilités en fourrage, le taux de chargement qu’apporterait ce temps supplémentaire sur l’exploitation, la place en bâtiment, l’écart entre le prix du maigre et du gras, le temps de travail en plus. « Il faut aussi tenir compte de l’aptitude de chaque vache à être engraissée. Sur une vache trop âgée, l’intérêt est moindre. »

L’engraissement des laitières en fin de lactation au pâturage a toute sa place durant le printemps et l’été, là où les coûts alimentaires sont faibles et que le prix de la viande tendent à remonter. L’engraissement des laitières en fin de lactation au pâturage a toute sa place durant le printemps et l’été, là où les coûts alimentaires sont faibles et que les prix de la viande tendent à remonter. (©Idele/FAM2014) 

Pour les rations à l’auge nécessitant un correcteur azoté, l’écart entre le kilo de carcasse d’une vache maigre et celui d’une vache engraissée doit être supérieur à +0,50 €/kg.Pour les rations à l’auge nécessitant un correcteur azoté, l’écart entre le kilo de carcasse d’une vache maigre et celui d’une vache engraissée doit être supérieur à 0,50 €/kg. (©Idele)

De ces calculs, l’Idèle estime qu’engraisser à l’auge 10 vaches de réforme par an sur un troupeau de 67 laitières, grâce à une intensification du système fourrager et une modification de l’assolement pour remplacer du blé par du maïs, permet d’augmenter de 10 % le produit viande et de 3 % son EBE. En système herbager, avec une finition estivale au pâturage, le produit viande augmente de 31 % et l’EBE de 5 %. « Cet engraissement peut être fait sous de nouvelles formes, comme par exemple, en créant des ateliers d’engraissement à plusieurs », encourage Didier Bastien, ingénieur viande bovine à l'Institut de l'élevage.

Jérémy Douhay de l'Institut de l'élevagePour Jérémy Douhay, de l'Institut de l'élevage, l'intérêt de la finition s'évalue au regard des stocks fourragers, de la place en bâtiment, mais aussi de l'aptitude de la vache à l'engraissement selon son âge et son état de santé. (©Terre-net Média) 

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 8 RÉACTIONS


non
Il y a 845 jours
Moi je veux bouffer du boeuf, pas de la vache.
A bon entendeur.
Répondre
tmat
Il y a 1331 jours
de quelle planète est ce théoricien ? Il est vrai qu'excel est un outil merveilleux ... Faut virer les vaches et les remplacer par des fichiers excel !!!
Répondre
DENIS SCEA MONTBELIS
Il y a 1336 jours
Votre commentaire...OUI LA FRANCE NE SOUTIENT PLUS SON AGRICULTURE ENCORE UN DISCOURS QUI N EST PAS EN PHASE AVEC LA REALITE QUE L ELEVAGE VIT AU QUOTIDIEN.FAUT ARRETER TOUTES CES CONNERIES DE BARATIN.
Répondre
Coco
Il y a 1318 jours
Ils répondent peut être ça pour justement attirer les prix vers le bas et "avoir" l'agriculteur ...
Répondre
Al
Il y a 1337 jours
"Déficit de viande en France" : encore des propos déconnectés de ce qu'il se passe dans les élevages où les marchands de bêtes nous répètent sans cesse qu'il n'y a pas de demande et que les marchés à l'étranger sont difficiles à trouver.
Répondre
Francis
Il y a 1338 jours
La France manque de viande ? Elle devrait donc être mieux payée !!!!
Répondre
domi
Il y a 1338 jours
t as raison reste au pieux
Répondre
momo
Il y a 1338 jours
et concrètement ça dégage quoi en marge par vache? et si elle a un accident de parcours durant l'engraissement combien faudra t il en engraisser pour espérer récupérer la perte, a mon avis un bénéfice bien maigre comparé au risque et au temps passé....
Répondre