Coût de production marginalAi-je intérêt à produire mes derniers litres de lait ?

| par | Terre-net Média

A moins de 30 centimes le litre de lait, les éleveurs peuvent être confrontés à la question de produire ou pas l'intégralité des volumes contractualisés. Différents leviers techniques existent pour honorer son contrat, mais leur mise en ½uvre peut coûter du simple au double.

Traite vaches laitières roto Accélérer ou décélérer sa production en fin de campagne entraîne inévitablement des variations de trésorerie. Ce déficit est par exemple d'environ 1 000 € par VL conservée dès les premiers mois pour la stratégie de retard de vente des réformes ou de vaches en lait. (©Terre-net Média)

Est-ce que les derniers litres de lait ne coûtent pas plus cher à produire que leur prix de vente ? Dans ce cas, ai-je intérêt à revoir le rationnement du troupeau pour augmenter ou réduire la productivité par vache ? Ou bien faut-il faire varier l’effectif des vaches traites ?

L’institut de l’élevage, la Chambre d’agriculture des Pays de Loire et Inosys Réseaux d’élevage proposent une démarche de réflexion en quatre étapes pour identifier le coût de production marginal des derniers litres de lait (cliquez pour la télécharger). A partir de l'exemple d’une ferme laitière (550 000 litres, 68 VL à 8 100 L/VL), ce document présente la façon de calculer son coût de production marginal et permet d’identifier les leviers les moins coûteux à mettre en place pour produire davantage ou au contraire ralentir le rythme.

1ère étape : analyser la situation actuelle

Quelle est la production par vache ? Quelle est l’efficacité de la ration actuelle ? Quel est le coût du concentré ? Une ration optimisée devrait se situer entre 96 et 104 g de PDIE/UFL, quel que soit le niveau de production.

Quel est la part de de correcteur azoté dans la ration actuelle ? Quelle est la part de correcteur azoté dans la ration actuelle ? (©Idele/Inosys Pays de Loire)

A lire aussi : Le lait qui rapporte est produit par la ration de base équilibrée.

2ème étape : Quels leviers vais-je activer ?

Pour accélérer ou décélérer la production globale, il est possible d’activer deux leviers principaux qui sont la production individuelle par vache ou le nombre de vaches : jouer sur les réformes, achat vente d’amouillantes ou vaches en lait, moduler la durée de tarissement, distribuer plus ou moins de lait entier aux veaux, etc.

Voir également les fiches Flexi-sécurité de l’Institut de l’élevage.

3ème étape : Quels sont les autres critères à prendre en compte?

Evaluer la place disponible en bâtiment, les risques de dégradation de la qualité du lait, la trésorerie disponible, l’état des stocks fourragers, l’impact sur le travail,…

4ème étape : Synthèse des impacts des différents leviers
Par la méthode des budgets partiels, il est possible de faire des simulations de résultats économiques.

A) Augmenter la densité protéique de la ration en passant de 100 à 110 g de PDIE/UFL

Effets retenus de + 1 kg de soja ou + 1,5 kg de colza : + 0,9 l/VL/j ; TB - 0,3 g/l ; TP + 0,3 g/l ; ing fourrage - 0,7 kg MS

Volume de lait pour 65 VL sur 180 jours : + 10 530 litres = + 1,9 %

Coût marginal estimé de 361 €/1 000 litres.

B) Ajout de concentré de production (+ 1 kg de VL 2,5 l)

Effets retenus : + 0,8 l/VL/j ; TB - 0,3 g/l ; TP + 0,6 g/l ; ing fourrage - 0,2 kg MS

Volume de lait : + 10 530 litres = + 1,7 %

Coût marginal estimé de 245 €/1 000 litres (pour un concentré de production à 280 €/t)

Coût de production marginal du lait en focntion du cout du concentré de production.Coût de production marginal du lait en fonction du coût du concentré de production. (©Idele/Inosys Pays de Loire)

C) Conserver des vaches (+ 5 VL sur l’hiver)

Effets retenus : + 25 l/VL/j ; TB + 0,1 g/l ; TP + 0,2 g/l sur moyenne troupeau

Volume de lait : + 10 530 litres = + 3,9 %

Coût marginal estimé de 221 €/1 000 litres

Exemple de budget partiel avec l’hypothèse de conserver 10 VL qui seront vendues en début de campagne N+1 pour 45 000 litres de lait produits.

Charges en +

 

Charges en -

 

10 t conc. x 310 €
3 ha SFP x 375 €/ha
Frais d’élevage (40 €/1 000 L)
Electricité (3 €/1 000 l)

3 110 €
1 250 €
1 800 €
135 €

Blé : 3,1 ha x 460 €

1 436 €

Produits en -

 

Produits en +

 

10 VL à 1 050 € début d’hiver
Blé (3,1 ha x 4t x 15 €)
Paille (0,6 ha x 4 t x 35 €)

Pénalités lait (1 pt x 2 mois x 3 052 x 56 942 l)

10 500 €
3 277 €
437 €
348 €

0,2 g TP x 6,6 €/1000l x 38 l
0,1 g TB x 2,6 €/1000l x 38 l

Vente (10 VL x 950 €)

594 €
117 €
9 500 €

 

21 305 €

 

11 647 €

Solde

+ 9 958 €

Pour 10 VL x 25 l/VL x 180 jours =45 000 litres produits en plus

 

Soit un coût marginal de 221 €/1 000 l, dépendant du lait produit/VL et de la complémentation.

D) Acheter des amouillantes (+ 5 génisses amouillantes)

Volume de lait : + 22 500 litres

Déficit de trésorerie (1 200 €/amouillante)

Coût marginal estimé de 200 €/1 000 litres

N.B : Sources : Idele, Inosys Réseaux d'élevage, Chambre d'agriculture des Pays de Loire.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article