Industrie de l'alimentation animaleLes prix de l'alimentation vont augmenter, prévient le Snia

| par | Terre-net Média

Constatée depuis l'été 2020, la hausse des prix des céréales et oléagineux risque de se poursuivre en 2021, ce qui inquiète le syndicat national de l'industrie de la nutrition animale (Snia). Si ce dernier cherche des solutions pour pallier ces difficultés, la hausse de coût de l'alimentation animale sera réelle et à prendre en compte par la filière.

Les prix de l'alimentation animale vont augmenter, prévient le SniaLes prix de l'alimentation animale vont augmenter, prévient le Snia (©Terre-net Média)

L’envolée des prix des matières premières agricoles, amorcée au cours de l’été 2020, se poursuit et inquiète les industriels de l’alimentation animale. Ainsi, les cotations en blé tendre fourrager sont passées de 184 €/t en juin 2020 à 218 €/t le 6 janvier, souligne le Snia dans un communiqué du 7 janvier. Le syndicat précise que le constat est identique en ce qui concerne l’orge, le soja et le colza.

« Cette hausse importante des prix sur les céréales et les tourteaux d’oléagineux résulte de plusieurs paramètres, qui préfigurent une tendance amenée à s’installer pour encore quelques mois selon les analyses de marchés », précise le président du Snia, François Cholat. En cause, une récolte de maïs décevante dans les principaux pays producteurs, la forte demande chinoise en soja, et les restrictions d’exportations dans certains pays qui souhaitent privilégier leur marché intérieur, comme la Russie. Par ailleurs, l’incertitude demeure sur le soja brésilien en raison des conditions climatiques. Parallèlement, la récolte européenne de colza a enregistré une baisse de - 3,3 Mt (- 4,7 %) cette année en raison des conditions climatiques difficiles au moment de l’implantation.  

Maintenir la compétitivité

Dans ce contexte, les fabricants d’aliments « travaillent d’arrache-pied pour trouver des solutions afin de limiter au maximum le surcoût pour l’élevage français » et maintenir leur compétitivité, indique le Snia. Plusieurs axes de travail existent : diversification des flux d’approvisionnement, révision des formules, optimisation des coûts logistiques

Néanmoins, « l’exercice a ses limites et l’augmentation du coût de l’alimentation des animaux liée à celle des matières premières est une réalité que les filières françaises doivent intégrer dans leur stratégie », prévient le président du Snia.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 13 RÉACTIONS


moi
Il y a 14 jours
Mince... Mes vaches ne mangent que de l'herbes...
Répondre
hub
Il y a 17 jours
C'est pas grave ,les bovins ne sont pas faits pour bouffer autant de céréales !!
Répondre
Olmer
Il y a 18 jours
Ah ouai,le prix du porc en production est en chute libre!!!!
Répondre
Mb
Il y a 18 jours
Il faut arrêter mangeai moin de viande
Répondre
RUTABAGA
Il y a 18 jours
Envolée des prix ? En 1985 , le blé était payé 200 euros la tonne à l'agriculteur ( 130 francs le quintal ) . A partir de 1986 , ce prix n'a pas cessé de baisser , jusqu'à 90 euros .
Répondre
Marie
Il y a 19 jours
Diversification des formules. Sur le papier 1+1=2 mais en réalité cela peut faire zéro pratiquons l autonomie et envoyez les se faire paître ce qui les inquiète c est leur marge pas les producteurs
Répondre
rebelle
Il y a 13 jours
la méthanisation c est un autre métier ...45 ares par vl en extensif ???j ai achetais du foin sur pieds 2 années chez un agri en extensif , 4 tonnes de foin à l ha début juillet , pas de deuxième coupe de repoussée ....on est loin de 2 vls à l ha ,tu ne serais pas breton ?
Répondre
Jett
Il y a 17 jours
On peut être extensif et produire, en lait à 45 ares par vache, j'achète peu d'aliments. Par chez moi c'est les "intensifs" qui ont le plus de subventions entre les aides à l'investissement dans les bâtiments modernes et robots de traites. Sans parler des aides aux méthanisations qui sont faramineuses, il y en a déja une vingtaine dans mon canton à 500 000 euros d'aides en moyenne!

Répondre
rebelle
Il y a 17 jours
agriculture extensive subventionnée à travers des mae ou des cte , pour des retards de fauche , des surface sans engrais ou du bio ..et en plus si tu as des mae tu as droit à des subventions pour l achat de matériel
pour être automne en extensif il faut avoir un minimum de surface sinon c est voué à l echec ..et des surfaces par chez moi c est trés cher
pour l exemple on me proposait 600 euros de l ha si je remettais des terres en zone écosysthème sans fauche dans un bassin de captage , paturage sous certaines conditions , un métier de rentier en espérant que dans d autres pays on travaille pour nous nourrir
Répondre
Jett
Il y a 18 jours
Sauf que l'extensification c'est avant tout être autonome, notamment en aliment, même avec plus de vaches!
Pas de subvention pour la part plus que les intensifs!
Répondre