TélescopiqueT4512 : le compact dernière génération débarque chez Weidemann

| par | Terre-net Média

Weidemann lance la nouvelle génération de son best-seller, le chariot télescopique compact baptisé T4512. Motorisation Stage V, transmission à gestion électronique, quatre modes de direction, visibilité accrue, frein à main automatique, modes de gestion hydraulique... petit mais costaud le dernier né de la gamme allemande.

Télescopique compact Weidemann T4512Weidemann dévoile la deuxième génération de son chariot compact T4512, son best-seller. (©Weidemann)

Il y a 10 ans, Weidemann lançait le premier chariot télescopique compact du marché. La marque avait d'ailleurs été la risée de la plupart de ses concurrents d'après Bernd Apfelbeck, actuel directeur commercial. Ceux-ci se demandaient alors quel pouvait être le volume de vente attendu avec "le jouet". C'est aujourd'hui l'un des modèles les plus vendus du constructeur allemand.

La machine a séduit les agriculteurs grâce à sa combinaison hauteur de levage, dimensions compactes et puissance. L'opérateur soulève la charge jusqu'à 4,5 m de haut, de quoi accomplir la plupart des travaux de manutention de l'exploitation. En termes de charge utile, l'engin est capable de lever 1,25 t. Côté mensuration, le "petit athlète" est plutôt bien taillé. Il n'excède pas 1,56 m de large pour 2 m de haut. Il est à l'aise pour circuler dans les endroits étroits et manœuvrer à peu près partout. 

Motorisation Yanmar de 25 ou 45 ch

La nouvelle génération du T4512 propose toujours deux motorisations Yanmar. L’entrée de gamme affiche 25 ch, tandis que la version la plus puissante atteint 45 ch. Précédemment, la puissance était de 31 et 40 ch. Bien que le premier moteur soit moins puissant, le constructeur promet des performances supérieures. En particulier grâce à sa transmission à régulation électronique baptisée ecDrive (Electronic Control Drive). Autre avantage : la version 25 ch est conforme à la norme d'émissions Stage V sans que les ingénieurs n'aient recours au post-traitement des gaz d'échappement.

Sur le modèle plus puissant, le moteur se conforme au Stage V après installation d'un filtre à particules (Fap) combiné à un catalyseur d'oxydation diesel (Doc). Pas d'AdBlue car la technologie SCR n'est pas nécessaire. À souligner que l'engin gère son cycle de régénération automatiquement, dès que la température optimale est atteinte. Côté vitesse de déplacement, le petit bolide atteint 20 km/h en vitesse de pointe, voire 30 pour le plus gros modèle si l'éleveur opte pour l'option.

Débit hydraulique de 28,6, 42 ou 70 l/min

Question hydraulique, le débit passe à 28,6 l/min en standard. Ceux qui nécessitent plus de débit peuvent choisir la version 42 ou 70 l/min (High Flow). La capacité du réservoir d'huile hydraulique est de 33 l. Autre particularité : le ventilateur de refroidissement. Le sens de rotation de ses hélices s'inverse pour éliminer la saleté qui s'accumule au niveau du radiateur et de la grille d'aération. Le moteur respire mieux sans que l'opérateur ne quitte le siège. Une fonction pratique quand il s'agit de travailler en conditions difficiles et pour faire baisser la facture carburant. Idem pour l'entretien : tous les éléments exigeant un contrôle régulier sont accessibles et facilement démontables. 

La transmission ecDrive bénéficie de quatre modes de conduite :

  • Auto : pour rester à 100 % des performances.
  • Éco : pour limiter le régime moteur à 2 200 tr/min et ainsi réduire le bruit et la consommation de carburant.
  • Équipement : le régime du moteur s'ajuste via la commande d’accélérateur manuelle, tandis que la vitesse d'avancement est régulée par la pédale d’accélérateur (ou le régulateur de vitesse).  L'opérateur pilote sa vitesse d'avancement par palier de 0,1 km/h. Si la charge de l'équipement grimpe, le télescopique abaisse automatiquement sa vitesse pour garantir la puissance à l’équipement. Quand elle retombe, la vitesse d'avancement préréglée est reprise, une sorte de régulateur de vitesse.
  • M-Drive : le régime du moteur s'ajuste via l’accélérateur manuel, et l'opérateur contrôle sa vitesse d’avancement ou le débit d'huile via la pédale d’accélérateur. Inutile de se déplacer au ralenti pour exécuter les cycles en Y plus rapidement.

Frein de parking électrique et quatre modes de direction

Le frein de parking s'enclenche dorénavant automatiquement selon deux méthodes : Auto-hold et Hill-hold. Le frein s’active dès que la machine s'immobilise, que le levier d'inverseur de marche soit en position neutre ou que le conducteur quitte son siège. Idem, le frein se desserre automatiquement si la machine souhaite redémarrer via l’accélérateur. L'opérateur garde la possibilité d'activer ou de désactiver le frein manuellement via l'interrupteur électrique. Point de vue maniabilité, le chariot garde ses quatre roues directionnelles. Cependant, le T4512 bénéficie de deux modes de conduite supplémentaires (en option). Soit les roues avant seulement pour plus de sécurité sur la route, soit la marche en crabe pour naviguer avec plus de précision dans les zones exigeant un déplacement latéral.

Cabine du charot Weidemann T4512La visibilité, point fort de la précédente génération, a été préservée. (©Weidemann)

En cabine, le confort et l'ergonomie n'ont pas été négligés. À l'image des commandes agencées selon le code couleur de la marque. Toutes les commandes sont à portée de main et l'opérateur dispose de toutes les informations utiles au bon fonctionnement de la machine au premier coup d'œil. À noter l'apparition d'une prise électrique à trois plots, de l'accoudoir rabattable, du compartiment de rangement, du porte boisson et du filet de rangement. L'autoradio et la prise USB sont proposés en option. L'opérateur a tout sous la main grâce au joystick multifonctions. La 3e fonction hydraulique s'active grâce à l'interrupteur à bascule installé sur le bloc de touches. Le levier de commandes sert à faire varier le débit et la molette gère la fonction télescopage du mât. Enfin, les fonctions électriques sont pilotables aussi via le joystick.

La visibilité reste l'argument fort du T4512

L'écran du terminal tombe sous le regard de l'opérateur. Il comporte les indications habituelles, température moteur, niveau du réservoir, heures de service... Les fonctions en cours d'utilisation s'affichent également sur le tableau de bord telles que les fonctions électriques actives, le fonctionnement en continu du troisième circuit hydraulique, ou l'enclenchement du différentiel. La visibilité, point fort de l'ancienne génération du T4512, a été préservée. Vers l’avant, vers la zone de travail, vers le haut... le conducteur garde une vue dégagée à 360°. Les ingénieurs de la marque ont aussi pensé à installer des essuie-glaces pour le pare-brise, la lunette arrière et la vitre de toit. Et ça de série.

À l'arrière, la lunette chauffante maintient la visibilité même en période hivernale. Et pour les adeptes du travail nocturne, des phares de travail à Led sont fixés de série, à l’avant, à l’arrière et sur le toit de la cabine. Davantage de feux Led sont disponibles en option et peuvent être installés sur le bras télescopique. L'agriculteur a le choix entre la version 1 000 ou 2 000 Lumen. Chauffage, climatisation ou simple ventilation... l'engin n'a pas à rougir face aux plus grands.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article