Dossier Retour au dossier Pâturage

PâturageLa lutte contre les tiques est ouverte !

| par | Terre-net Média

Après un hiver particulièrement doux, les éleveurs ayant déjà sorti leurs troupeaux ne peuvent que constater les invasions de tiques. Pour éviter et lutter contre ces parasites, chacun a sa méthode. L'essentiel est de s'en débarrasser car les tiques représentent un véritable risque de maladies.

Les tiques : un véritable fléau pour les animaux au pâturage. Elles sont vectrices de maladies comme la piroplasmose, fièvre Q...Les tiques : un véritable fléau pour les animaux au pâturage. Elles sont vectrices de maladies comme la piroplasmose, fièvre Q... (©Vincent Caron)

Sur la page des producteurs de lait, Vincent témoigne : « Cette année, c'est une invasion de tiques... Depuis hier, j'ai dû en cramer une quinzaine sur le dos de mes vaches. Elles sont au pâturage de jour comme de nuit. Rencontrez-vous le même problème ? Je suis en région Deux-Sèvres 79. »

Éviter ou se débarrasser des tiques : à chacun sa méthode

Benoît, éleveur du Maine-et-Loire, lui répond : « J'ai eu des grappes de 20 à 30 tiques sur mes génisses il y a deux ans, c'était une véritable invasion. Depuis, j'applique Deltanil ou Butox systématiquement à la mise à l'herbe. » Cette recrudescence semble généralisée dans beaucoup de secteurs. En effet, l'hiver doux a favorisé leur prolifération. D'ailleurs, les tiques se retrouvent surtout à proximité des bois et haies.

Chacun a sa méthode pour les éviter ou s'en débarrasser. Si certains traitent systématiquement, d'autres se dirigent vers des méthodes plus "naturelles" : des blocs à lécher à base d'ail, des huiles essentielles... Pour Gabriel, c'est radical : « Chez nous, le pâturage c'est fini ! Les tiques ont gagné... »

Les tiques peuvent transmettre un certains nombre de pathologies : piroplasmose, ehrlichiose, fièvre Q, anaplasmose ou encore maladie de Lyme. Les animaux comme leurs éleveurs sont concernés, elles ne sont donc pas à prendre à la légère. Dans l'Aveyron, Marie-Amélie a perdu l'une de ses vaches de la piroplasmose l'été dernier : « Même si on s'aperçoit des symptômes rapidement, c'est souvent fatal. Et là, c'est encore le cas malgré les soins et la visite du véto. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Michel
Il y a 109 jours
Cette méthode pourrait elle avoir de l’intérêt dans le cadre de la limitation de la prolifération des tiques
https://www.moustiquesolutions.com/tique/246-anti-tiques-control-systeme-boite-de-16-tubes-650-m.html
Répondre