Dossier Retour au dossier Pâturage

Attention aux tiques !Impacts économiques et sanitaires : les tiques ne sont pas à prendre à la légère

| par | Terre-net Média

Ne pas se fier à leur petite taille car les tiques sont des parasites très importants en santé animale. Couramment rencontrées dans nos régions, les tiques peuvent être vectrices de pathologies plus ou moins graves pour les bovins comme pour leurs éleveurs.

Les tiques sont particulièrement présentes dans les pâtures entourées de haies ou de boisements. Elle sont vecteurs de pathologies pour les bovins mais aussi pour l'éleveur comme la maladie de Lyme.Les tiques sont particulièrement présentes dans les pâtures entourées de haies ou de boisements. Elle sont vectrices de pathologies pour les bovins mais aussi pour l'éleveur comme la maladie de Lyme. (©Terre-net Média) Qui dit vaches à l'herbe dit tiques ! Surtout lorsque la prairie jouxte un milieu favorable aux tiques (comme les haies ou les boisements). L'Anses le rappelait dans un communiqué à destination du grand public : « Particulièrement actives au printemps et à l’automne, les tiques restent le plus important vecteur d’agents pathogènes responsables de maladies infectieuses en Europe. Une simple piqûre peut entraîner la transmission de la bactérie responsable de la maladie de Lyme, principale maladie liée aux tiques en France. »

Les pathologies engendrées ne sont pas à prendre à la légère

Sur les bovins, les tiques se nichent principalement au niveau de la face ventrale, sur les membres, le chignon, l'encolure et près de la queue. Elles peuvent transmettre de multiples maladies aux animaux (d'après la thèse de J-B. Genouvrier, 2013) :

- la piroplasmose caractérisée par des « pissements de sang » qui peuvent devenir mortels,

- l'ehrlichiose ou « fièvre des pâtures » qui entraîne une baisse de production parfois conséquente,

- la fièvre Q provoquant des troubles de la reproduction et des avortements en étant en plus transmissible à l'Homme,

- l'anaplasmose qui peut aussi être transmise par les taons ou stomoxes et se caractérise par de la fièvre, de l'anémie, une baisse de production et des retards de croissance,

- et enfin la maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme) dont le diagnostic est encore compliqué à établir mais qui se manifesterait pour les symptômes les plus prononcés par de l'arthrite douloureuse et handicapante (boiteries, paralysies).

Lutte chimique ou écologique : les deux ont leur importance

Il existe deux moyens de lutter contre les tiques : par la chimie ou de façon écologique. Des pulvérisations de préparation acaricide peuvent être faites sur les animaux. Les pour-on fonctionnent également. L'immunisation est envisageable avec l'injection d'un vaccin mais celui-ci n'est efficace contre certaines espèces de tiques seulement.

Plus naturellement, il vaudrait mieux éviter de mettre les vaches dans les zones à risques, souvent connues par les éleveurs. Il existe néanmoins quelques prédateurs des tiques comme les pies ou les poulets mais il ne semble pas imaginable de forcer leur cohabitation.

Les chercheurs de l'Anses, l'Inra et l'école vétérinaire de Maisons-Alfort travaillent actuellement sur les tiques et les maladies qu'elles transmettent. Ils ont d'ailleurs créé un site internet Citique sur lequel ils invitent les citoyens à aider la recherche. Pour ce faire, vous pouvez déclarer toute piqûre sur l'application pour Smartphone « Signalement tique » et envoyer la tique à un laboratoire (la scotcher sur un papier absorbant et indiquer votre nom, e-mail et date du signalement et poster le tout à : Projet Citique, laboratoire tous chercheurs, Centre Inra Grand-Est Nancy - 54280 Champenoux).


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article