AllaitantDes vêlages groupés pour une meilleure efficacité mais à quelle période ?

| par | Terre-net Média

Les études le prouvent : les vêlages groupés permettent d'améliorer les performances technico-économiques des élevages allaitants. Cela joue également un rôle sur le temps de travail. Mais en ce qui concerne la période de vêlages à choisir, elle dépendra surtout du contexte pédoclimatique de l'exploitation. Focus sur deux cas : l'un en vêlages de printemps et l'autre en vêlages d'automne.

Vache allaitante Charolaise et son veau au pâturagePlusieurs études montrent que les élevages allaitants en vêlages groupés s'avèrent plus résilients et performants. À chacun ensuite de choisir la période la mieux adaptée au système. (©Terre-net Média)

Les données de l'observatoire Reproscope de l'Institut de l'élevage l'affirment : 53 % des troupeaux allaitants groupent 60 % des vêlages sur 3 mois. Les vêlages de printemps sont majoritaires devant ceux d'hiver et d'automne. La double période est en revanche très peu pratiquée.

Quel intérêt de grouper les vêlages en allaitant ?

Des experts de la chambre d'agriculture de Haute Garonne et de l'Idele se sont penchés sur la conduite de reproduction en élevage allaitant. Il s'agit selon eux d'un véritable lever d'action pour gagner en compétitivité et en robustesse face aux aléas. Ils se sont alors intéressés pour la race Aubrac à deux types d'élevages : des plus résilients aux moins performants.

Les plus résilients ont des périodes de vêlage clairement identifiés et groupés (sur l'hiver pour le cas étudié en Aubrac), avec 80 % des vêlages étalés sur 3 mois consécutifs. « Côté technique, on observe pour ces élevages en vêlages groupés une plus faible mortalité des veaux au sevrage (- 40 % entre les moins groupés et les plus groupés). Cela s'explique notamment par la gestion des veaux en lots et donc un protocole sanitaire peut-être mieux appliqué. Pour l'IVV : même chose, les élevages en vêlages groupés gagnent jusqu'à 21 jours d'IVV par rapport aux autres », commente Aurélie Blachon de la chambre.

Des vêlages groupés pour de meilleures performances technico-économiques, des lots d'animaux homogènes et moins de temps de travail

Cela se traduit aussi par des gains économiques. En reprenant le cas étudié, avec une mortalité plus faible, un meilleur IVV et une meilleure croissance des animaux, les élevages qui groupent plus de 80 % de leurs vêlages obtiennent jusqu'à 16 €/vêlage de gain économique.

Autre aspect : le temps de travail. « Les études montrent aussi qu'il y a moins de travail pour les éleveurs en vêlages groupés. Il peut aussi y avoir une plus-value à la vente des animaux avec des lots plus homogènes. »

Des vêlages d'automne ou de printemps : quelle est la meilleure période ?

Pour les comparer, la ferme expérimentale de Jalogny (71) a mis en place deux systèmes pour son élevage Charolais naisseur et herbager :  l'un avec des vêlages groupés d'automne et l'autre de printemps. Ci-dessous le dispositif technique :

Périodes de vêlage en allaitantDeux périodes de vêlages pour ce système naisseur herbager en Charolais : à l'automne ou au printemps. (©Idele)

Pour synthétiser, il en ressort pour chaque plusieurs avantages et inconvénients. Si les cas basés sur le printemps s'avèrent plus résilients sur le plan fourrager, à chacun de choisir la période la mieux adaptée à son système.

Vêlages d'automneVêlages de printemps
Avantages

- Sécurisation des stocks hivernaux

- Complémentation sous la mère des mâles (production de jeunes mâles maigres durant l'été)

- Sécurité des performances

- Une production de viande vive par UGB légèrement supérieure

- Adapté aux IA

- Ajustement des conduites au cycle de l'hiver

- Logique de croissance modérée des mâles

- Rattrapage possible des performances

- Maîtrise des coûts et meilleur produit bovin par UGB (+43 €/UGB par rapport au système d'automne)

Inconvénients

- Consommation d'énergie fossile supérieure (+ 40 %)

- Peu de marge de sécurité fourragère

- Plus de concentrés par UGB

- Besoin de plus de paille l'hiver

- Plus de lots à gérer au pâturage

- Plus de CH4 émis car temps de présence supérieur et animaux plus lourds

Pour connaitre tous les détails, retrouvez le replay du webinaire dédié sur le site de l'Idele

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 12 RÉACTIONS


Adrien
Il y a 26 jours
Je comprends pas l’intérêt de comparer deux systèmes avec deux productions différentes ... Il serait intéressant de voir tout (prix de vente, coût alimentaire,GMQ...)
Répondre
Caline
Il y a 30 jours
Enquête inutile ,impossible de vendre des génisses maigre les bêtes grasse le même prix quand 1980 qui sans soucis nous allons crever.plus de nourriture cause sécheresse en plusl'alimentation les prix flamble. Les chaînes informations aucun mots sur la difficulté des eleveurs le ministre de l'agriculture il est où a oui au covid!
Répondre
La vache
Il y a 29 jours
Les fautes sont dues à mon téléphone qui écrit plus vite que moi. Je n'avais pas effectué de relecture. Sachez que je ne suis pas une rêveuse mais une pleureuse de la vraie paysannerie, celle que j'ai connue en 1967/1980. Les anciens étaient fascinants... Et je ne veux garder que leurs souvenirs... J'aurais beaucoup à vous raconter. Mais vos rêves ont plus de valeur que mes souvenirs, il me paraît... Aussi, je les garde précieusement... Et je plains votre temps....
Répondre
La vache
Il y a 29 jours
Bob.
Lisez ma réponse au dessus de votre remarque.
Répondre
La vache
Il y a 28 jours
Veuillez lire ma réponse au dessus.... Vous êtes bien loin de la simplicité de cœur... Très... Loin... Si quelqu'un écrit avec des fautes, on ne le traite pas ainsi... C'est que certains n'ont pas l'avantage que vous avez. Dans ces circonstances votre avantage vous desserteaatristement... Et devient un gros défaut.....
Répondre
bob
Il y a 31 jours
A la vache
Déjà, il faudrait éviter les fautes.
je ne connais pas ton âge mais demande à tes grands parents ou arrière grand parents qui ont connu la faim après guerre s'ils avaient toutes tes préoccupations. En allant un peu moins loin, en 2007, lors du printemps arabe, les émeutes de la faim, cela ne te dis rien?
A bon entendeur….
Répondre
La vache
Il y a 28 jours
Je vois que vous avez travaillé vaillamment. Vous avez votre récompense. Soyez comble dans l'élevage des Charolais es. Mon pere adorait cette race et a voulu les élever. La région que nous habitions n'était pas propice pour ces bêtes.. Des déformation se développaient sur leurs articulations dû à des carences. Il a dû changer et acheter des vaches laitières. Celles ci ont fait notre bonheur.... Ah douce vie avec des vaches....
Répondre
PàgraT
Il y a 28 jours
Vous n'avez gardé que le côté bucolique de l"agriculture ! Quand j'étais gamin, je donnais aussi à boire aux veaux, mais aussi je ramassais les pommes dans la gelée, le bois, les cailloux;je coupais avec un croissant, les chardons pendant des heures, je mettais les bottes de foin et de paille debout pour ne pas que la pluie entre à l'intérieur, je conduisais le tracteur pour les charger, puis plus tard prendre la fourche et le broc dès que j'en ai eu la force . Je me souviens très bien du travail physique ! Alors de grâce le "c'était mieux avant " vous le gardez pour vous ! Aujourd'hui, je peux vous emmener dans mes couverts végétaux avec les oiseaux qui piaillent, des papillons qui volent; dans mes prairies entourées de haies où gambadent mes veaux charolais....Surtout n'hésitez pas à revenir à la terre, des élevages, il y en a à reprendre partout !!
Répondre
La vache
Il y a 29 jours
Je suis fille de paysan. J'ai vu comment c'était beau avant. On aimait nos petits veaux. Ils dormaient au soleil dans le pré près de leur mère et on se couchait contre eux... Ils avaient un nom. C'étaient des êtres que nous respections..... Ils n'avaient pas ces plastiques orange dans l'oreille... Je leur préparais le lait en poudre et on portait les seaux afin qu'ils boivent leur lait matin et soir.... Ils grandissaient chacun à son rythme...
Répondre
PàgraT
Il y a 30 jours
A la vache. Les rêveurs tels que vous ont toujours compté sur les paysans pour les nourrir, et lorsqu'ils ont essayé de les remplacer n'ont jamais réussi à équilibrer les comptes !
Répondre