Dossier Retour au dossier Fourrage

Maïs fourrageLa lutte contre la pyrale commence dès la récolte 2018 pour le maïs 2019

| par | Terre-net Média

La pyrale est un ravageur du maïs qui peut fortement pénaliser son rendement comme sa qualité. Arvalis appelle les agriculteurs à réfléchir dès à présent à une stratégie de prévention pour 2019 car la lutte commence dès la récolte précédente.

Dans la tige, les larves de pyrale stoppent l'alimentation de la partie haute du maïsDans la tige, les larves de pyrale stoppent l'alimentation de la partie haute du maïs (©Arvalis) « La pyrale (Ostrinia nubilanis) est un papillon qui pond ses œufs sur la face inférieure des feuilles de maïs en début d’été. La larve issue de l’œuf se déplace vers la tige dans laquelle elle creuse des galeries qui fragilisent la plante et perturbent son fonctionnement. La larve peut aussi s’installer dans les épis, au niveau des grains ou du pédoncule. En fin de cycle, la larve migre vers le bas de la tige où elle passe l’hiver en diapause. »

D'après les explications d'Arvalis institut du végétal, on comprend bien que ce ravageur peut causer de gros dégâts. Les premiers essais de l'institut montrent d'ailleurs une perte de rendement de 0,7 t MS/ha dans les parcelles ayant entre 10 et 50 % des plantes présentant un symptôme de présence de pyrale avant la récolte. De plus, la pyrale semble progresser dans tous les départements : en moyenne + 40 % de larves à l'automne 2017 par rapport à 2016 selon les comptages.

Lutter efficacement contre la pyrale dès la récolte

Les bulletins de santé du végétal donnent quelques indications quant au niveau d'infestation de chaque région. Les comptages de larves au champ permettent également de mieux définir les zones à risques. Pour ces dernières, la lutte pour le prochain maïs commencera dès la récolte 2018 (en fourrage comme en grain).

Au niveau agronomique, le broyage des cannes et des bases de plantes juste après la récolte et l'enfouissement des résidus sont les premières mesures à mettre en place pour diminuer la population de larves à l'entrée de l'hiver. Les trichogrammes s'inscrivent dans une lutte biologique puisqu'ils sont prédateurs de la pyrale. Ils sont à prévoir dès le début du printemps et être déposés dès le début du vol des papillons. Les insecticides chimiques, eux, sont à prévoir au pic de vol des papillons.

Pour en savoir plus sur la pyrale du maïs, consultez les fiches accidents d'Arvalis

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


cherif
Il y a 17 jours
je voudrais avoir des infos sur agriculture fouragere et techniques
Répondre
Méteil
Il y a 20 jours
Avec certains vitaminés et des algues on arrive à ne pas être gêné par la pyrale et la sesamie j ai fait l essais et ça marche !
Répondre
2018
Il y a 20 jours
encore de la pub pour les phyto
Répondre