Dossier Retour au dossier Pâturage

Résultats économiques des systèmes herbeLes éleveurs herbagers disposent de 8.400 ¤ de revenu en plus avec moins de lait

| par | Terre-net Média

Le Réseau agriculture durable (Rad) observe depuis 15 ans les résultats technico-économiques des exploitations laitières herbagères. Dans l'Ouest, ces fermes dégagent en moyenne 24 % de résultats en plus alors qu'elles produisent 110.000 litres de lait en moins comparé à la moyenne de l'ensemble des exploitations spécialisées lait du Rica. Avec de faibles coûts de production, peu de capitaux et d'annuités engagés, les éleveurs herbagers parviennent à dégager presque 50 % de revenu en plus par actif et 80 % de revenu en plus par hectare.

Elevage laitier système herbe pâturageAvec un maximum de pâturage, les 139 élevages laitiers du Rad parviennent à un coût alimentaire de 79 €/1.000 l en 2013, tandis que la moyenne régionale du Rica atteint 148 €/1.000 l.  (©Terre-net Média)

Depuis 2000, l’observatoire technico-économique du Réseau agriculture durable (Rad) compare les résultats comptables de 139 exploitations laitières en système herbe (biologiques et non bio) du Grand Ouest avec celles de l’Otex 45 (élevage bovin lait) du Rica (Réseau d’information comptable agricole) des mêmes régions. Les résultats ramenés à l’actif pour l’exercice 2013 confirment les tendances enregistrées depuis une dizaine d’années : les fermes du Rad dégagent plus de richesses (+ 8 % de valeur ajoutée, + 24 % de résultat courant) tout en ayant un produit d’activité inférieur (- 24 %) lié à des volumes de lait produits moins importants. De plus, cette richesse créée est majoritairement dédiée à la rémunération du travail (60 %) plutôt que du capital, soit 30 % de plus que les fermes du Rica. Pour 100 € de capital engagé, une ferme herbagère dégage 4 € de résultat courant de plus qu’une ferme du Rica.  

629 € de revenu par hectare

« En 2013, les éleveurs herbagers gagnent 43 % de revenu en plus par actif (26.492 € contre 18.118 €) et 80 % de revenu en plus par hectare (629 €/ha contre 350 €/ha), », indique l’étude du Réseau agriculture durable.

Sans surprise, les fermes du Rad ont une meilleure efficacité puisqu’elles gagnent plus, tout en produisant moins de lait (- 21 %). Ainsi, pour 100 € de produits, elles obtiennent en moyenne 15 € de valeur ajoutée de plus que les fermes du Rica. L’efficacité de ces systèmes est permise par des économies de charges réalisées en s’appuyant sur l’optimisation de la ressource fourragère, notamment par la maximisation du pâturage et l’autonomie en concentrés (48 % d’autoconsommation).

La production par vache est faible (5.353 litres vendus/VL) et la quantité de concentrés distribuée est divisée par deux (466  kg/Ugb). Les fermes du Rad économisent ainsi presque 70 €/1.000 l sur le coût alimentaire du troupeau par rapport aux exploitations du Rica et la réduction des traitements sur les cultures est assez remarquable (- 87 % de coût phytos !). Les   fermes   du   Rad   dédient   la   quasi-totalité   de   leur   surface   à l'alimentation  du  troupeau  (94 %),  contrairement  au  Rica  où  21 %  de  la surface est utilisée pour la vente de céréales.

Comparaison des performances des élevages herbagers du Rad (en AB ou non) avec la moyenne des élevages (Rica) sur l'exercice comptable 2013 :

 

Rica

Rad

Rad % Rica

Rad non Bio

Rad Bio

Sau / Uth

Vaches laitières

Lait produit

Lait vendu / VL

46 ha

62

417.993 l

6.754 l

43 ha

57

308.503 l

5.353 l

-8 %

-7 %

-26 %

- 21 %

43,1 ha

55,9

338.322 l

5.998 l

42,8 ha

58,4

289.559 l

4.942 l

% Sfp / Sau

% Maïs / Sfp

Ares d’herbe / Ugb

75 %

33 %

41

88 %

8 %

71

18 %

- 76 %

+ 72 %

87 %

13 %

65

90 %

4 %

75

 

 Rica

 Rad

 Rad % Rica

 Rad non Bio

Rad Bio

Produit d’activité / Uth

115.660 €

88.026 €

- 24 %

92.551 (-20%)

85.150 (-26%)

Valeur ajoutée / Uth

40.336 €

43.935 €

+ 9 %

43.676 (+8%)

44.101 (+9%)

EBE / Uth

42.988 €

46.236 €

+ 8 %

44.511 (+4%)

47.332 (+10%)

Résultat courant / Uth

19.386 €

23.408 €

+ 21 %

23.295 (+20 %)

23.480 (+21 %)

 

 Rica

 Rad

 Rad% Rica

 Rad non Bio

 Rad Bio

Efficacité économique (VA/PA)

35 %

50 %

+ 43 %

47 %

52 %

Rémunération du travail (RD+MO/VA+primes)

45 %

59 %

+ 30 %

55 %

61 %

Revenu dispo / Uth

Revenu dispo / ha

18.118 €

350 €

26.492 €

629 €

+ 49 %

+ 80 %

23.650 €

592 €

29.034 €

653 €

Sur l'exercice comptable 2013, l'échantillon du Rad est constitué de 139 fermes en bovin lait des régions Basse-Normandie, Bretagne et Pays-de-la-Loire. 85 sont en agriculture biologique, 54 en conventionnel, toutes sont en système herbager. La comparaison se fait entre les moyennes des résultats économiques globaux de ces exploitations spécialisées de l'Otex 45 (bovin lait) du Rad avec celles du Rica sur les mêmes régions.

Maintenir et créer de l’emploi

Si elles demeurent très dépendantes des primes, les fermes du Rad obtiennent ces résultats en consommant un peu moins de subventions (- 5 %) que les fermes Rica.

Le capital transmissible est en moyenne de 220.500 €/Uth dans les fermes du Rica contre 176.000 € dans les exploitations herbagères. Avec 20 % de capital en moins pour une meilleure viabilité économique, les fermes du Rad sont donc plus faciles à transmettre.

L'efficacité économique des fermes du Rad est augmentation (47 % en 2010, 48 % en 2011, 49 % en 2012, 50 % en 2013) et l'écart se creuse avec le Rica : + 24 % en 2010 et 2011, + 36 % en 2012, + 43 % pour l'année 2013. « Avec une évolution du prix du lait pouvant pourtant favoriser les exploitations à gros litrage en 2014, les fermes du Rad ont suffisamment optimisé les ressources herbagères et réduit leurs charges pour que les écarts de performances soient toujours significatifs avec le Rica. »

Selon le Réseau agriculture durable « que l’on s’intéresse aux résultats par Uth, par unité de lait produite ou par ha de Sau, le constat est le même : les fermes du Rad dégagent plus de valeur ajoutée et rémunèrent plus d’actifs pour une même unité de surface, moyen de production le plus limitant aujourd’hui. Et face à la dynamique d’agrandissement continu des structures laitières, ces systèmes montrent qu’il est possible de maintenir et de recréer de l’emploi sur les territoires en maximisant l’exploitation des ressources renouvelables par unité de surface ».

Face au déficit hydrique 2015, le Réseau agriculture durable rappelle que la Granjafoin, créée à l'occasion de la sécheresse 2011, est toujours active sur son site. Elle met en relation gratuitement les agriculteurs demandeurs ou vendeurs de fourrages.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Tomy
Il y a 1463 jours
Du bonheur, de lire cet article, les choses paraissent claires.
Pourquoi les gros ne s'en sortent pas ? pourquoi les grands médias ne font la promotion que des gros systèmes ?
Comment faire pour que l'avenir aille dans le bon sens ?
Répondre
Chris
Il y a 1464 jours
Augmenter la part d'herbe pâturée dans la ration et baisser les achats de concentrés c'est ce qui marche le mieux. Merci de le rappeler à l'heure où beaucoup prônent plutôt l'inverse avec de grands élevages.
Mais qd le lait est aussi mal payé on ne gagne pas grand chose. @sarl de la vallée: Web-agri n'y est pour rien c'est la Fnsea qui nous a foutu dedans en 2009.
Répondre
SARL De la VALLEE SARL De la VALLEE
Il y a 1464 jours
A voir ces chiffres hallucinants je me dis, que font tous ces manifestants qui crève la faim. Une chose est sûre je ne renouvellerait pas mon abonnenement a terre net info tronquée comme au 20 h
Répondre
stan
Il y a 1465 jours
les fermes rica n on pas de sol sechant donc a revoir!
Répondre