DurabilitéUne réduction inévitable de la production bovine française ?

| par | Terre-net Média

Émission de gaz à effet de serre, utilisation de terres agricoles au détriment de cultures vivrières, destruction de la biodiversité, utilisation d'eau trop importante, déforestation. L'élevage bovin est au c½ur de problématiques environnementales fortes qui poussent ONG et écologistes à demander la réduction voire la fin de l'élevage. Pour autant, est-il possible d'évaluer ce besoin de réduction avec précision ?

Controverses de l'agriculture et de l'alimentation, avec Cécile Leuba, de Greenpeace, à gauche, et Arnaud Rousseau, de la Fop, à droiteControverses de l'agriculture et de l'alimentation, avec Cécile Leuba, de Greenpeace, à gauche, et Arnaud Rousseau, de la Fop, à droite. (©Terre-net Média)

À l’échelle mondiale, « l’agriculture est responsable de 70 à 80 % de la déforestation dans le monde », a rappelé Cécile Leuba, chargée de campagne Forêt de Greenpeace France, dans le cadre d'un débat qui l'opposait à Arnaud Rousseau, président de la Fop, à l’occasion des Controverses de l’agriculture et de l’alimentation le 11 février. Cette déforestation, l’Europe y contribue en important des protéines végétales, notamment du soja brésilien ou argentin pour l’alimentation des animaux d’élevage, avec des conséquences importantes en matière de perte de biodiversité et d’émissions de gaz à effet de serre. De plus en plus sensibles à ces questions, les dirigeants européens tentent d’y mettre fin, à l’image du président français qui, l’année dernière, a mis en avant un objectif de souveraineté protéique.

« Il y a eu un premier plan protéines en 1974, ce n’est pas un sujet nouveau », rappelle Arnaud Rousseau. Et malgré la volonté d’Emmanuel Macron d’avancer sur le sujet, « l’élan administratif n’a pas été au rendez-vous », regrette Arnaud Rousseau, qui espère des annonces plus concrètes à l’occasion du salon de l’agriculture. Aujourd’hui, les ambitions du plan de filière remis par l’interprofession dans le cadre des États généraux de l’alimentation prévoient de réduire de 10 % la dépendance d’ici 10 ans, sachant que la France est actuellement autonome à 55 %, contre 35 % en moyenne dans l’Union européenne.

Si Cécile Leuba acquiesce quant à la nécessité de développer la culture de protéines en France et en Europe, elle estime en revanche qu’il « ne pourra y avoir de souveraineté protéique française sans une réduction de la consommation carnée et de la production de viande bovine ». Sinon, d’après les calculs réalisés par Greenpeace, il faudrait la surface de trois départements français en culture de soja pour réaliser l’indépendance de la France à ce niveau.

L’impact environnemental de la consommation de viande, un sujet complexe

Controverses de l'agriculture et de l'alimentation, avec Bruno Dufayet (à gauche) et Amandine Lebreton (FNH, à droite)Controverses de l'agriculture et de l'alimentation, avec Bruno Dufayet (à gauche) et Amandine Lebreton (FNH, à droite) (©Terre-net Média)

Dans ce contexte, la réduction de la consommation de viande bovine est-elle nécessaire et dans quelles proportions ? À ce sujet complexe, le deuxième débat opposant Bruno Dufayet, président de la FNB, et Amandine Lebreton, directrice du pôle Plaidoyer et prospective à la Fondation Nicolas Hulot (FNH), n’a pas apporté de réponse franche. Le modèle actuellement utilisé, celui de l’analyse du cycle de vie, pour évaluer l’impact environnemental de la viande bovine de nos assiettes présente en effet un certain nombre de limites. « Appliqué de façon stricte, il privilégie les modèles ultra-intensifs, en feedlots », explique le président de la FNB. Un modèle de production vers lequel son interlocutrice ne souhaite évidemment pas tendre.

Pour la directrice Plaidoyer de la FNH, au contraire, le modèle allaitant « est à promouvoir, à développer, il faut maintenir des agriculteurs sur ces modèles », en s’appuyant notamment sur la Pac et les paiements pour services environnementaux. Si les pratiques sont perfectibles pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, il ne faut pas oublier selon elle la « transition subie » par les éleveurs allaitants, face à la baisse de la consommation en France et les départs à la retraite massifs qui vont survenir dans les prochaines années. Or, l’élevage allaitant français rend aujourd’hui un certain nombre de services, comme la valorisation des prairies ou des espaces non cultivables. « Notre vision n’est pas d’aller vers 100 % de végétarisme en 2100 ! », rappelle Amandine Lebreton. L’assiette idéale consisterait en une consommation de viande réduite de 50 %, pour une proportion de protéines végétales qui passerait de un tiers à deux tiers, estime-t-elle.

Dans cet exercice de prospective, attention cependant à ne pas appliquer trop strictement les conclusions de la méthode de l’analyse du cycle de vie. « Si on réduit l’élevage, que l’on perd des éleveurs et que dans dix ans, on se rend compte qu’on s’est trompé, on ne pourra jamais retrouver ces éleveurs », prévient Bruno Dufayet. Ce dernier est également très attaché à « la reconnaissance des acquis » : il ne faudrait pas déstocker ce qui est aujourd’hui stocké dans les prairies entretenues par l’élevage allaitant, par exemple.

Un sujet met en tout cas les différents intervenants d’accord, celui des accords de libre-échange. Car si l’agriculture et l’élevage français peuvent progresser en matière de durabilité, il s’agit d’un des modèles les plus vertueux. « Ce n’est pas normal que l’on interdise certains pesticides, le soja OGM, et qu’en parallèle on ouvre grand les vannes au soja argentin », déplore Cécile Leuba. Amandine Lebreton est du même avis : « il faut revoir en profondeur le modèle des accords de libre-échange, on ne peut pas importer des produits qui ne sont pas soumis aux règles que l’on s’impose en Europe ». Reste à en convaincre les politiques publiques pour des avancées concrètes à ce sujet...

Voir également cet avis bien plus tranché en vidéo : "Arrêter de manger de la viande ne sauvera rien du tout !"

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 38 RÉACTIONS


lulu 640
Il y a 44 jours
tous ces bobo avec toutes ces reunions et sans compte leur deplacement combien de gaz a effet de serre il produise
Répondre
Corentin
Il y a 48 jours
Une étude américaine va bientôt découvrir que la viande bovine, élevée à l'herbe exclusivement, grâce à ses enzymes est une barrière à Alzheimer...
Je me rappelle encore l'époque où une étude anglaise disait que le chocolat était cancérigène..
Dans quelque temps, des études seront faites sur la santé des vegan, qui vont tomber avec le Corona virus.., incapables de résister.
Patience..😂?
Répondre
Popeye76
Il y a 48 jours
Le probleme est global on ne peut l'analyser pour la france vu les importations massives de carcasses qui ruinent l'elevage francais....dans 10 ans l'elevage allaitant aura disparu...
Répondre
caliméro
Il y a 48 jours
Personnellement, j'ai foi en la nature humaine, t'as beau leur dire que fumer et boire est dangereux pour leur santé, les groupes Philipp Morris et Pernod Ricard continuent de prospérer! Alors de là de les voir arrêter de manger de la viande et du fromage sous prétexte que ça détruit la planète...
Répondre
Fred870
Il y a 49 jours
Et on pense qu'il y a trop de tout... Trop de viande de légumes de céréales etc.... Sauf que dès qu'il y a 1 maladie sur n importe quelle production les prix montent pour les consommateurs pour 1 raison simple , aujourd'hui en agriculture on ne peut plus faire plus toujours plus et a continué à taper sur l agriculture , mettre des contraintes toujours en hausses cela devient impossible... Et si l on continue comme sa dans 10 ou15 ans de la , la France et l Europe manquerons de tous nous serons dans l impossibilité de nourrir la population .
Cela devient 1 certitude.....
Répondre
Fred870
Il y a 49 jours
L agriculture aujourd'hui est en minorité et il est facile de sent prend aux minorités..... Les écolo ne savent plus quoi inventer pour être audible et faire peur!!!!
Quand on transporte de la neige par camion pour les bobo la sa pollue pas ???
Et les premiers qui veulent de l écologie sont les premiers a être contre les éoliennes quand elles sont proches de chez eux... Arrêtons l hypocrisie...
Pourquoi supprime ton pas les portables internet qui utilisent satellites qui polluent ???
Ne pollue que ce qui gêne les autres aujourd'hui...
Et pourquoi on écoute pas tout les autres experts dans le monde qui nous disent que le climat s il se modifie n'a rien avoir avec l activité humaine.
Les périodes glaciaire on eut lieu sur la planète et pourtant l homme n existé pas... Arrêt on les foutaises qui ne servent cas créé des tensions et des taxes sur certaines professions
Répondre
hub
Il y a 49 jours
C'est clair, j'ai jamais fait le calcul mais j'crois pas que ma caisette de veau rosé arrivée ds le congel du client soit tres neutre mais en se regroupant et en s'organisant on s'ameliore... Pareil pour certains fruits et légumes européens chauffés en serres qui seraient soit disant moins neutres qu'importés de leur pays d'origine ou ils sont cultivés naturellement ...
Répondre
titian
Il y a 49 jours
@ hub !
Répondre
titian
Il y a 49 jours
Eh bien justement c'est très triste à dire, circuit court, sous labels et extensif ne veux pas automatiquement dire moins d'énergie nécessaire au kg de viande rendu assiette, l'exemple poulet standard VS label est un bon exemple.
Répondre
simone
Il y a 49 jours
je suis d'accord le consommateur est responsable, mais il y a aussi en amont des personnes qui ne demandent qu'à faire grossir leur porte monnaie, peu importe les moyens. Si demain tous les éleveurs refusent l'intensif, ne font que des élevages en pâture, extérieur, des animaux non confinés, et imposent leur prix, le consommateur mangera moins de viande ( moins de têtes ) mais de la qualité et il mettra quelques euros de plus pour cette qualité. Les gros problèmes, ce sont aussi tous ces accords signés avec des pays qui n'ont que faire de la santé de l'environnement et de l'humain. Et comme les paysans se sont laissés appâter par les banques, faisant miroiter que des investissements plus importants leur apporteraient plus de confort dans le travail, plus d'argent et la possibilité d'avoir des loisirs...et bien ils sont tous tombés dedans ! Refuser d'acheter les aliments qui viennent d'ailleurs, il faut faire de la résistance, même si on doit se priver, pour aider notre agriculture. Et autre problème aussi : la démographie mondiale galopante, Trop d'humains sur cette planète. Trop de bétonnage, destruction de bonnes terres,..... irrespect total de l'environnement : habitat construit à la campagne, cela demande des routes, des installations "épuration" " eau potable" "électricité"....etc Conclusion : trop d'humain !
Répondre