De la fourche à la fourchetteTrois ministres réunissent sept filières autour du label « Viande de France »

| par | Terre-net Média

Uniporc, Apvf, Interbev, Clipp se sont entendus pour promouvoir sous le label "Viande de France" l'ensemble des produits issus d'animaux nés, élevés, abattus et transformés en France.

Stéphane Le Foll, Guillaume Garot et Benoit Hamon avec Christian Langlois et Guy Hermouet d'Interbev.Stéphane Le Foll, Guillaume Garot et Benoît Hamon avec Dominique Langlois et Guy Hermouet d'Interbev (Crédit : Ministère de l'agriculture).

C’était jour de fête dans les filières ! Mardi 11 février, quatre filières interprofessionnelles (Uniporc, Apvf, Interbev, Clipp) (1) ont signé un  accord pour promouvoir sous un même label les productions de viandes françaises. Tous les produits et les plats préparés (charcuteries par exemple) issus d’animaux nés, élevés, abattus et transformés en France pourront être vendus sous le label "Viande de France" (Vdf). Et comme sept productions animales (volailles, ovins viande, lapins de chair, bovins viande, porcs, chevaux et veaux) se sont lancées dans cette démarche de filières, la signature Vdf sera déclinée en sept logos pour spécifier chacune d'elles.

La signature de la filère bovine apposée sur tous les produits carnés issus d'aniamux nés, élevés, abattus et transformés en France.La signature de la filière bovine qui sera apposée sur tous les produits
carnés issus d'animaux nés, élevés, abattus et transformés en France. @ Viande de France.
  

Pour célébrer cet évènement, pas moins de trois ministres s’étaient donné rendez-vous au mini palais de la découverte à Paris. Stéphane Le Foll, Guillaume Garot et Benoît Hamon, respectivement ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et, de l’Economie sociale et solidaire et de la Consommation étaient fiers d'avoir contribué, chacun à sa façon, au redressement productif de la France et surtout à celui des filières agroalimentaires bien encore plus affaiblies un an après la crise de la viande de cheval.

Et il était temps puisque de la production à la commercialisation 600.000 emplois sont en jeu !

En 2013, le déficit commercial des produits à base de viande de 852 millions d’euros (M€) s’est accru de 140 M€, du fait d'importations en hausse de 122 M€ et de ventes en baisse de 16 M€. Ces pertes commerciales expliquent à elles seules un quart du recul de 600 M€ de l’excédent en produits transformés réalisé l’an passé, selon une étude du ministère de l’Agriculture rendue publique ce 11 février. 

Une démarche volontaire

Pour Stéphane Le Foll,  le label "Viande France" « est une démarche volontaire de l’ensemble des acteurs des filières pour redonner confiance aux consommateurs ». Mais aussi « pour offrir à tout le monde de la qualité. Il n’y a pas que le bio qui est bon », ajoute Guillaume Garot.

En fait, le label Vdf est une victoire de l’ensemble des filières de la viande. Leurs représentants ont montré leur capacité à se mobiliser sans attendre que la Commission européenne et le Conseil européen décident de changer la réglementation sur l’étiquetage et l'origine européenne des viandes. Et comme l’adhésion à Vdf est une démarche volontaire, l’accord interprofessionnel ne constitue pas une entrave à la concurrence.

En revanche, en réunissant sept filières, le label Vdf sera un moyen pour assainir la filière et reconquérir des parts de marché à l’export en valorisant le savoir-faire national avec des salariés au moins payés au Smic. Il simplifiera aussi l’identification des produits français. Par exemple, le logo "Viande porcine française", durement acquis, sera remplacé par "Viande de France" avec comme effigie une tête de porc.

« Nos emplettes sont nos emplois ! »

Sur le marché intérieur, le ministre de l’Agriculture a constaté que la grande distribution a accepté la démarche engagée par les quatre interprofessions car « elle a pris conscience qu’il fallait préserver la production française. Nos emplettes sont nos emplois ! ». Mais il est encore trop tôt d’imaginer que la grande distribution réserve un linéaire entier à des produits frais et charcutiers Vdf.

Une campagne de communication est programmée dans les prochaines semaines pour diffuser le label Vdf auprès des commerçants et des supermarchés. Et Stéphane Le Foll a déjà pris rendez-vous dans quinze jours pour le mettre en valeur au Salon de international de l’Agriculture, porte de Versailles à Paris!  

N.B : (1) Les quatre interprofessions Uniporc, Apvf, Interbev, Clipp représentent les filières porcs, volailles, ovins, bovins, équins, veaux et lapins.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article