BiométhaneLe gouvernement veut engager « un effort sans précédent »

| par | Terre-net Média

Après le rejet du projet gouvernemental de baisser les tarifs de rachat du biométhane, et suite à une polémique sur les tarifs du photovoltaïque, le gouvernement a réaffirmé son engagement en faveur du développement des énergies renouvelables et promis une nouvelle consultation des acteurs concernés.

Après le rejet de son projet de baisse des tarifs d'achat du biogaz, le gouvernement lance une nouvelle concertationAprès le rejet de son projet de baisse des tarifs d'achat du biogaz, le gouvernement lance une nouvelle concertation. (©Terre-net Média)

Les agriculteurs méthaniseurs peuvent souffler : après leur cri d’alerte, la veille du Conseil supérieur de l’énergie (CSE) du 15 septembre), ce dernier a rejeté le projet du gouvernement de réduire les tarifs de rachat du biométhane, un projet qui menaçait le développement de la filière biogaz, particulièrement dans les exploitations agricoles.

Quelques jours plus tard, le journal Les Echos avait par ailleurs révélé un projet gouvernemental de renégociation (à la baisse) des contrats photovoltaïques signés avant 2011. Une filière qui concerne 11 000 exploitations agricoles (implantations sur les toits ou centrales exploitées par des agriculteurs).

Une consultation prévue prochainement

Suite à ces débats, le ministère de la transition écologique a finalement annoncé qu’une concertation aurait lieu sur ces sujets dans les prochaines semaines. Dans un communiqué, la ministre, Barbara Pompili, a rappelé que le soutien de l’État aux énergies renouvelables « se traduit par un engagement financier massif », avec « des mesures de simplification pour les porteurs de projet, par un engagement financier massif et des mesures de simplification pour les porteurs de projet, visant à permettre l’atteinte de l’objectif ambitieux de 33 % d’énergies renouvelables en 2030, contre 17,2 % fin 2019 ».

Le projet de loi de finances pour 2021 devrait accroître de 25 % le budget consacré au développement des énergies renouvelables, pour dépasser 6 milliards d’euros, souligne aussi le gouvernement.

Des réflexions vont également être engagées « sur des soutiens extra-budgétaires au biogaz », en concertation avec la filière « afin de soutenir davantage encore son développement », indique en outre le communiqué.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


verderien
Il y a 28 jours
Avez-vous vu la tronche des maïs à dufour cette année ? 30 cm !
La nature aurait-elle la capacité de se venger ...
Sinon en terme plus politique, vous voyez mieux l'intérêt de dufour d'être maire. C'est tellement pratique pour les affaires, les autorisations, l'accès aux infos du cadastre, aux permis en tout genres ...
Répondre
mentiontraie bien
Il y a 29 jours
Suite a l'article sur la methanision du parisien sur la coherence
A verderel les sauqueuse Dufour methaniseur loue des parcelles a Mulot Luchy 1000 euros hectare pour y cultiver des intrants.ces terres habituellement ce loue 186,64 euros hectare.
Dufour a egalement acheté du mais Payen, Mulot Luchy. TETARD Herchies etc. pour servir d'intran et non pas d'ensilage.
Bien joué la combine,mais facile à verifier, si l'on compare le volume de gaz produit par rapport au volume d'intrant déclaré.
Ou est la cohérence de la methanisation ?
Nourrir les hommes ou le bétail ? Energiculteur ou agriculteur la est la question.
Je pense quel 'on peut évaluer les enchères sur la reprise des terres, et les consequences, si le gaz est aussi juteux, la lutte va etre sérieuse.
Répondre
Mentiontraie.bien
Il y a 32 jours
https://www.actu-environnement.com/ae/news/methanisation-installations-seuil-maximum-approvisionnement-cultures-alimentaires-energetiques-27174.php4
Répondre
erick28
Il y a 32 jours
la premiere solution , serais déja de supprimer le verrou de 15 % maxi de culture alimentaire ( imposer par ce cretin de holland ) et de faire comme en allemagne alors là , cela pourrais fonctionner dans notre pays .
Répondre