Viande bovineL'accord UE-Mexique va autoriser l'importation de 20 000 t de viande mexicaine

| par | Terre-net Média

L'accord UE-Mexique, finalisé le 28 avril, prévoit l'ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines à droits de douane très réduits. Un scandale, pour l'interprofession française qui rappelle que ces viandes étaient jusqu'à aujourd'hui interdites sur le sol européen en raison de leur non-conformité aux normes sanitaires de l'UE.

L'accord UE-Mexique va autoriser l'entrée de 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines sur le sol européenL'accord UE-Mexique va autoriser l'entrée de 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines sur le sol européen (©Terre-net Média)

« Alors que l’essentiel de nos efforts ont dernièrement été concentrés sur la crise liée au coronavirus, nous avons aussi travaillé à l’avancement du calendrier sur le commerce et les échanges (...). Ouverture, partenariats et coopérations seront encore plus essentiels alors que nous reconstruisons nos économies après la pandémie. Je suis donc très satisfait du fait qu’avec nos partenaires mexicains, nous partagions des points de vue similaires et que notre travail commun porte ses fruits », a salué Phil Hogan, le Commissaire européen au commerce et ancien commissaire à l’agriculture, dans un communiqué diffusé le 28 avril après la finalisation de l’accord entre l’UE et le Mexique.

Or, cet accord valide l’importation sur le sol européen de 20 000 tonnes par an de viandes bovines mexicaines à droits de douane très réduits (7,5 %), « et ce, alors que les viandes bovines mexicaines, qui ne présentent pas de garanties suffisantes sur le plan sanitaire, étaient jusqu'à aujourd'hui exclues des échanges commerciaux entre l'UE et le Mexique », dénonce Interbev dans un communiqué du 29 avril.

Une décision incompréhensible en pleine crise du Covid-19

Alors que la notion de souveraineté alimentaire n’a jamais été aussi présente dans les esprits, à la lueur de la crise économique et sanitaire liée au coronavirus, la conclusion de cet accord interpelle. « Depuis le début de la crise mondiale liée au Covid 19, les institutions européennes répètent que tout doit être mis en œuvre, dans le "monde d'après", pour préserver notre souveraineté alimentaire », rappelle Interbev.

La situation actuelle est par ailleurs extrêmement difficile pour les éleveurs bovins français, que le coronavirus n’aide pas, loin de là, à retrouver des prix rémunérateurs, comme le dénonce notamment ce jeune éleveur de viande bovine dans une vidéo publiée sur Youtube.

Sans compter que l’importation de produits agricoles aux normes moins strictes que celles de l’UE semble également en contradiction avec deux stratégies européennes phares, le Green Deal et la stratégie « de la ferme à la fourchette ».

Interbev demande l’intervention du président de la République

L’interprofession demande donc à Emmanuel Macron, qui défend lui aussi un retour à davantage de souveraineté alimentaire, d’intervenir pour « exiger, à Bruxelles, la suspension de toute importation de viandes bovines provenant de pays tiers pendant la période d'état d'urgence sanitaire », « rappeler son opposition ferme et sans ambiguïté à toute validation de l'accord UE-Mercosur », et « s'opposer à ce nouvel accord UE-Mexique et bloquer toute négociation en cours portant sur l'ouverture du marché européen à de nouveaux volumes de viandes bovines issues de pays tiers ».

La Coordination rurale a également vivement réagi après cette annonce : « l’accord prévoit l’importation de plusieurs milliers de tonnes de produits issus de l’élevage (bœuf, volaille, porc et même le miel), qui détruiront l’équilibre économique des éleveurs français. Quant aux contreparties à l’export, notamment celles attendues sur les produits laitiers, les accords passés prouvent que les retombées financières atterrissent dans les poches des négociants sans jamais bénéficier aux agriculteurs, comme ce fut le cas pour le Ceta qui n'a apporté aucune plus-value aux éleveurs laitiers européens, mais a négativement impacté le prix du lait aux éleveurs canadiens », a rappelé le syndicat dans un communiqué, le 29 avril.

L’accord doit désormais être voté par le Conseil et le Parlement européen.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 48 RÉACTIONS


Dudu
Il y a 75 jours
La consommation de viande baisse légèrement mais on est très loin d'être un pays végétarien! Pourquoi continuer à appauvrir nos campagnes et le donc le pays en achetant la viande à des milliers de kilomètres (plus de pollution, moins de contrôle sur la qualité, plus de dépendance à l'extérieure)?
A la ville seules les classes supérieures ont les moyens financiers d'avoir un jardin ou du bio à disposition immédiate. Une bonne partie des classes populaires de la France périphérique n'ont pas la possibilité de disposer facilement d'un jardin.
Répondre
Corsica
Il y a 94 jours
De toutes facons...c est mort pour les exportateurs de viandes..enfin..de cadavres ! ! ...de plus en plus de gens recommencent a avoir leurs poulaillers ..pour les oeufs , et leurs potagers pour les legumes .👍👍??..et rien ne pourra aller contre le bon sens paysan..!! La nature sera toujours la plus forte
Répondre
jland
Il y a 99 jours
Cette décision découle d'accords passés bien avant le covid-19 qui n'a rien à voir avec eux .Le scandale une fois encore est dans les déclarations d'intentions de recentrer les productions alimentaires dans l’hexagone .Alors qu'en même temps on continue de travailler sur des accords types MERCOSUR ,,CETA dont on connait pertinemment les rôles négatifs pour l'agriculture.
Répondre
Claude2020
Il y a 99 jours
CETA n y rien comprendre mais dans quel monde COVID 😪?
Répondre
jland
Il y a 99 jours
hélas ils comprennent trop bien mais ils vivent dans et pour un monde globalisé privilégiant les échanges internationaux .ILS osent nous dire cyniquement que demain ne sera plus comme avant ,mon œil !!
Répondre
pseul
Il y a 101 jours
Il nous font ch... tous C... de décideurs qui ne comprennent rien à rien ! Ils ne rendent même pas compte du mal qu’ils font à nos éleveurs et aux consommateurs !
Éleveurs prenez votre distribution en main ! N’attendez rien d’eux ni des décideurs de la grande distribution ! Ils sont là et uniquement là pour faire du profit !
Vous vous êtes là pour vivre de votre travail et pour nous régaler de vos produits !
Merci à vous !
Répondre
France Duc
Il y a 102 jours
Le Covid19 ne leur a rien appris ? Ils restent donc sur leur position de 2015 ?
Répondre
PàgraT
Il y a 100 jours
En fin de compte, vous êtes aussi incohérent que la fnsea qui veut protéger notre marché et en même temps exporter ! Prôner la mondialisation heureuse avec des normes sanitaires, sociales et écologiques relève du fantasme ou du gros mensonge, le même que celui de nos élites ! Prenons l'exemple du Brésil qui évince les autochtones, détruit en masse les écosystèmes, pour le bonheur d'une population où les inégalités sont les plus criantes de la planète . Le Mexique, l'un des pays les plus dangereux ( gangs ) , où il y avait des émeutes de la faim en 2008/2009 . Dites nous donc le bénéfice écologique de faire circuler des marchandises dans tous les sens sur la planète ; par exemple pour nous français d'importer de la viande bovine du Mexique et en exporter vers la Chine ! Absurde ! Votre mondialisation n' a rien de vertueux ni sur le plan social ou écologique; elle repose sur l'asservissement des plus faibles et le nantissement d'une petite minorité sans scrupules ! Sur le plan sanitaire, le covid 19 nous rappelle tous les jours, les risques que nous font courir la circulation des biens et des personnes ! A terme, la mondialisation c'est la dictature par les multinationales et pas le monde de bisounours auquel vous donner l'impression de souscrire !
Répondre
Jeuneagri
Il y a 100 jours
@texier
Pourquoi devraient-on réduire la production de viande? Nous produisons légèrement en dessous de ce qui est consommé en France. Pour ceci, vous devriez déjà mieux vous informer !!!
Une charolaise mexicaine ??? Vous êtes sérieux ???
Vous croyez vraiment que l'on utilise les mêmes produits pharmaceutiques pour soigner nos animaux ???
À l'heure actuelle , les tarifs sont les mêmes qu'en 1980-85... Le pains aussi? Le gasoil aussi? Votre salaire aussi? ... Notre production a un coût, soit vous le payez soit vous bouffer de la m..., c'est comme vous voulez. Et bonjour la pollution avec les transit d'un bout à l'autre de la planète.
Vous avez vraiment de la m... devant les yeux. Les gens idéologistes comme vous , DEHORS !!!!!
Répondre
Claudetexier
Il y a 100 jours
Chacun son point de vue, c’est toujours très difficile d’accepter un point de vue différent du sien. C’est mon cas aussi.
Notre balance agroalimentaire fléchi principalement à cause des fruits et légumes importés et la réduction de nos productions animales, à la réduction de la productivité française.
Perso, j’ai rien contre fermer les frontières, quand nous sommes dans une politique de bon sens, Cela voudrait dire réduire fortement nos productions animales( viandes bovines et porcines et le lait)
Et dans ce cadre il faut sortir de l’Union européenne et avoir un parti nationaliste au pouvoir.
Soit on est pour la mondialisation et un marché libéral, soit on est nationaliste proche du communisme et les autorités régulent le marché.
Perso, je suis pro mondialisation avec des normes sanitaires mais surtout sociales et écologiques.
Notre problème des français, Nous voulons une agriculture sociale ecologique, tout en voulant exporter davantage de produits agricoles.
Quand on demande un cours de la viande à 4€80, soit il y a un gros problème de productivité, soit il y a anguille sous roche!!!!!
Pour ce qui est des normes sanitaires, les produits carnés exportés Mexicains ont une qualité sanitaire similaire à nos viandes françaises.
Les normes d’élevages sont très différentes, ça je le reconnais. Et pour la qualité gustative, il ne doit y avoir une grosse différence entre une charolaise française et une charolaise mexicaine!!!
Répondre