Substituts à la viandeDes organisations agricoles dénoncent le « mélange des genres » de Xavier Niel

| AFP

Plusieurs organisations agricoles emmenées par la FNSEA pointent mercredi la présence de Xavier Niel, promoteur d'un référendum sur la cause animale, parmi les investisseurs dans la start-up « Les nouveaux fermiers », qui produit des substituts végétaux imitant la viande.

Évoquant une « première en France », cette entreprise a indiqué lundi avoir lancé mi-septembre - dans une usine dont le nom n'a pas été dévoilé - une unité produisant quelque six tonnes par jour de « steaks », « nuggets », et « aiguillettes » réalisés respectivement à partir de protéines de blé, pois jaune, et soja.

Surfant sur le succès des substituts végétaux de viande, elle a reçu le soutien de la Banque publique d'investissement (BPI) et a levé trois millions d'euros début 2020 auprès du cofondateur de Sushi Shop, Adrien de Schompré, de Philippe Canter, l'ancien directeur d'Innocent en France et du fonds d'investissement de Xavier Niel.

« Comme de nombreux Français, la présence dans ce projet du fonds d'investissement de M. Xavier Niel nous interpelle », écrivent dans un communiqué le principal syndicat agricole FNSEA, les Jeunes agriculteurs ainsi que quatre associations spécialisées d'éleveurs liées à la FNSEA.

Les organisations relèvent que le magnat des télécoms défend parallèlement l'idée d'un référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale, afin d'obtenir notamment la fin de l'élevage en cage et intensif.

« Enfin, les masques tombent. (...) D'un côté, il prône l'arrêt de l'élevage. De l'autre, il se positionne sur un marché nouveau qui serait bien aidé par la fin de l'élevage », affirment-elles en pointant un « mélange des genres terriblement gênant pour notre démocratie ».

« Rappelons que les plus grands promoteurs de la fin de l'élevage sont les premiers promoteurs de la fausse viande, ultra-transformée, et dont le taux de profit n'a pas d'équivalent à ce jour », affirment-elles.

Une pétition pour un référendum d'initiative partagée (RIP) a été lancée début juillet par trois grands patrons de la tech, Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon, et une vingtaine d'associations de défense des animaux.

Le RIP permet de soumettre une proposition de loi au référendum si elle est reçoit le soutien d'au moins 185 parlementaires et 10 % des personnes inscrites sur les listes électorales, soit 4,7 millions.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Jerome TASSART
Il y a 68 jours
pour alimenter ces usines il faut bien de la matière première,végétale, d origine agricole.Il y a bien dans le monde agricole des gens qui cautionnent ce système.
En fait , nous, eleveurs prenons un grand coup de poigard dans le dos par des collègues agriculteurs qui vont alimenter ces usines.
Si le monde agricole était solidaire, il refuserait de fournir ces usines de tricatel.

Répondre
titian
Il y a 69 jours
Un maître mot pour comprendre la posture de ces gens, artificiallisation pour un maximum de fric le tout masqué de vert.
Répondre
titian
Il y a 69 jours
Dans un autre style, je vous conseille l'excellent Mr Laurent Alexandre, grand "copain" de Raoult en passant.
https://youtu.be/kyLysKUMyyU
Vraiment flippant !
Répondre
steph72
Il y a 69 jours
Une autre contradiction de ce monsieur c'est de défendre la cause animale et dans le meme temps détériorer le bien etre animal avec ses antennes relais;
Rien n'est fait pour diminuer les nuisances,les normes etant trop hautes et bientot la 5G dont mr NIEL est un défenseur ça va etre un carnage pour les elevages;
A moins qu'avec sa technologie ,il y a une volonté de détruire les elevages et les animaux autour;
Répondre