Lutte contre l'agribashingChristophe Castaner présente une cellule contre les intrusions dans les élevages

| AFP

Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner a présenté vendredi la cellule Demeter de la gendarmerie nationale, chargée de lutter contre les intrusions dans les exploitations agricoles, lors d'une visite dans le Finistère.

« Cette cellule Demeter vise à mettre tous les moyens nécessaires pour faire en sorte qu'aucune de ces atteintes au monde agricole ne soit impunie », a déclaré le ministre à Saint-Pabu (Finistère), aux côtés des représentants des syndicats agricoles FNSEA et Jeunes Agriculteurs.

« Des enquêtes avaient lieu dans telle ou telle commune, mais sans être forcément coordonnées. J'ai demandé que l'anti-spécisme soit un des axes prioritaires du renseignement », a-t-il ajouté. « Et nous allons renforcer les moyens dans le monde judiciaire, en coordonnant au niveau national, afin de lier des faits qui peuvent apparaître non liés, pour ensuite constituer des associations de malfaiteurs sur lesquelles nous devons enquêter. »

Cette année, plus de 1 000 intrusions de militants anti-spécistes dans des élevages français ont été recensées, selon les gendarmes. « Il y a cette prétention à être des Robins des bois qui s'affranchit de la loi au nom du respect de sa propre volonté [...] Oui, on peut être végétarien, mais on n'a pas le droit d'imposer à quiconque son propre choix », a estimé le ministre.

L'association Eau et Rivières de Bretagne a souligné dans un communiqué que Christophe Castaner ne donnait « aucun chiffre » sur « les infractions constatées par les militants (anti-spécistes, ndlr) lors des intrusions dans les élevages », par exemple en termes de maltraitance animale. « Si la méthode est discutable, ces vidéos ne montrent-elles pas des infractions qui devraient être sanctionnées par la loi ? », a interrogé l'association. « L'agribashing masque les réels problèmes posés par le modèle agricole industriel », estime Eau et Rivières de Bretagne. « Contrairement à la stratégie mise en place par la FNSEA, l'avenir n'est pas au repli et à la fermeture mais au dialogue et à la transparence. C'est à cette seule condition que pourra se rétablir la nécessaire confiance entre les consommateurs et les éleveurs », ajoute l'association.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Zazi
Il y a 42 jours
Et que dire de tous ces entrepreneurs de travaux qui prennent nos terres agricoles pour des décharges pour ne pas payer a la déchetteries tout en facturant aux clients le prix de l enlèvements des gravats il y q la aussi un vrai combat a mener
Répondre
The germs
Il y a 43 jours
Comme bilboquet, je trouve cette initiative de l'état très intéressante.
D'une part, elle réaffirme le droit de base. D'autre part, elle rappelle à tous le monde que c'est "l'état" qui rend la justice, et non chaque citoyen qui fait sa petite justice publique pas le biais des réseaux sociaux.
Au passage, la présomption d'innocence pour les agriculteurs n'existe pas????
De plus, demain, n'importe qui, en conflit avec son voisin, peut utiliser la technique "l214"...
Je rajouterai que la majorité des vidéos ne dénonce même pas des faits répréhensible, mais joue sur la sensibilité du public.
Enfin, ces vidéos et l'agribashing en générale n'apporte rien si ça s'arrête à de la pseudo dénonciation, or aujourd'hui, on en est là.
Oui, les agriculteurs sont des gros nuls, et alors?? On fait quoi une fois que l'on a dit ça????
Eh bien, rien.
Répondre
billboquet
Il y a 43 jours
étonnant votre commentaire, le fait d'être protéger de ces agissements ne vous convient pas , être respecté dans votre intégrité physique, dans votre propriété, dans le respect de votre métier ... vous êtes vraiment agriculteur ? que des étrangers entrent chez vous sans y être invités ne vous gêne pas ?
Pour moi leurs actions n'ont rien de normale, violentes et illégales ça oui , je ne vois pas comment on pourrait permettre de laisser continuer ces agissements.
Répondre
didieragri45
Il y a 43 jours
ou comment faire gagner les antispésistes sur le long terme... avec ça nous ne répondons pas aux attentes sociétales sur le bien être animal, nous faisons tout l'inverse, la filière renforce son image de une boite noire comme si nous avions des choses à cacher et les antispésistes pourront continuer et se faire en plus passer pour des super héros qui sont des victimes de l'état au nom du bien être animal..... les médias vont en raffoler bravo.... ça profitera peut être à quelques uns sur le court terme mais pas à la filière non.... c est foutu.... -didier
Répondre