Le travail en élevageApprendre à être bien dans ses bottes

| par | Terre-net Média

Comment se sentir mieux et même bien dans son métier d'éleveur ? Une profession très prenante et dure physiquement pour une faible rémunération et un manque de considération, voire une certaine défiance, de la part de la société. Soucieuses de limiter le mal-être grandissant des producteurs, plusieurs organisations agricoles donnent des conseils pour "mieux travailler" à travers des formations et des livres, comme par exemple la MSA ou les Geda (groupes de développement agricole).

eleveur et conseiller dans un batiment d elevageSe dégager du temps pour soi et sa famille, s'ouvrir à d'autres centres d'intérêt que l'agriculture, ne pas rester seul face à ses problèmes... cela peut s'apprendre ! (©Production Perig, Fotolia)

Des formations sur le travail, notamment en élevage, beaucoup d'organisations agricoles en proposent, depuis quelques années déjà sur l'organisation des tâches ou les solutions pour gagner en temps et en efficacité, et plus récemment sur le management et les relations avec les salariés. La qualité de vie et le bien-être dans le métier d'éleveur sont, en revanche, des thématiques nouvelles.

Il faut dire que de plus en plus de producteurs ont du mal à supporter les contraintes et pressions croissantes qui pèsent sur eux, liées à la réglementation, à la charge de travail et aux exigences sociétales pour un revenu qui, lui, ne cesse de baisser. Ce malaise paysan, à l'origine d'une augmentation des dépressions, burn-out et suicides dans le monde agricole, préoccupent de nombreux organismes, en particulier la MSA bien sûr.

Lire aussi le premier article de la série sur le travail en élevage :
L'idele veut « renforcer l'attractivité du métier pour pérenniser l'installation »

Par exemple, les caisses de la région Bretagne et des départements de Dordogne/Lot-et-Garonne et Marne/Ardennes/Meuse ont créé le stage "Cultivons de bien-être au travail", qui s'articule autour d'un débat sur le documentaire "Et si on parlait du travail ?", l'intervention d'un conseiller de prévention des risques professionnels et d'une psychologue spécialisée dans ce domaine, des exercices pratiques à partir de cas réels et le partage d'expériences au sein du groupe, dont le nombre de participants est pour cette raison limité.

Objectif : « diminuer les risques psychosociaux pour les exploitants agricoles ». Concrètement, il s'agit de les aider à identifier les facteurs et symptômes du stress, de l'épuisement professionnel et de la souffrance au travail, de leur apporter des solutions et surtout des les accompagner dans l'élaboration de stratégies d'adaptation et de mesures de prévention, basées sur leurs propositions. 

Plus d'infos sur ces formations dans les plaquettes "Cultiver le bien-être au travail" des MSA Dordogne/Lot-et-Garonne et Marne/Ardennes/Meuse.

« Travailler sur soi est nécessaire »

Un diagnostic des forces et faiblesses de chacun est également réalisé avec, en parallèle, des propositions d'amélioration. Se dégager du temps pour soi et sa famille, s'ouvrir à d'autres centres d'intérêt que l'agriculture, s'intégrer dans un réseau social professionnel, syndical, associatif ou de loisir, ne pas rester seul face à ses problèmes mais, au contraire, chercher du soutien auprès de ses proches ou de personnes extérieures... cela peut s'apprendre, pendant cette formation et tout au long d'une carrière.

Ainsi, Franck Niel, agriculteur à Vitré, a pu prendre conscience que « les p'tits tracas du quotidien peuvent devenir très pesants si on ne fait rien » alors que parfois, il suffit de pas grand-chose pour améliorer la situation.

plaquette de formation msa cultiver le bien etre au travail Aider les éleveurs à mieux cerner la souffrance au travail, et à élaborer des stratégies d'adaptation et des mesures de prévention : tel est le but de la formation "Cultiver le bien-être au travail" de la MSA. (©MSA Dordogne/Lot-et-Garonne)

Les p'tits tracas du quotidien peuvent devenir pesants. 

Pour que les éleveurs soient bien dans leurs bottes et heureux dans leur métier, « un travail sur soi » est souvent nécessaire afin de « prendre du recul et changer éventuellement de façon de faire », préconisent entre autres les Groupes d'étude et de développement agricoles (Geda) dans la revue Travaux et Innovations de janvier 2019.

Il importe également de se « sentir bien dans sa filière et son territoire ». Participer à la vie économique et sociale locale, comme communiquer sur son exploitation et ses pratiques, sont de très bons moyens d'y parvenir. L'essentiel est « d'aborder cette thématique sous un angle positif et non sous celui de la sinistrose », complète Trame, tête de réseau de la FNGeda (Fédération nationale des Geda) entre autres. 

Voir également la série de témoignages d'éleveurs sur la transmission de leur exploitation, suite au déjeuner-débat organisé par Trame et la FRGeda Bretagne au Space 2019 : À chacun sa ou ses stratégies

E-book, cahier d'exercices et défi pour s'entraîner

Outre des actions de sensibilisation s'adressant aussi bien aux exploitants qu'aux agents de développement, menées en groupe pour qu'elles soient encore « plus riches sur le plan humain », l'association dispose d'une palette d'outils pour que les agriculteurs « vivent mieux leur métier » parmi lesquels un e-book avec un cahier d'exercices, un webinaire et différentes techniques telles que l'écoute active et la programmation neurolinguistique.

Tous visent le même but : « mieux gérer ses émotions et accueillir celles des autres, "désherber ses pensées limitantes" pour avancer dans sa vie personnelle et professionnelle, se fixer des objectifs réalistes, gérer son "capital énergie" et booster sa volonté », peut-on lire dans la revue Travaux&Innovations de novembre 2019. 

ebook trame mieux vivre son travailL'ebook de Trame "Mieux vivre son travail". (©Trame) 

Désherber ses pensées limitantes.

Connaissance de soi, communication, relation avec les autres, organisation du travail, prise de recul, temps pour les loisirs et ses proches... Tous ces éléments liés au travail, de près comme de plus loin, sont traités dans l'e-book Chef(fe) d'entreprise, salarié(e), mieux vivre son métier : dix conseils de 10 experts agricoles. Rédigé par Céline Marec, cheffe du projet "bien-être" chez Trame, il est disponible gratuitement sur le site web de la structure, pardessuslahaie.net.

Trame a également publié le cahier d'exercices, Agriculteurs, agricultrices, salarié(e) agricole, conseiller, animateur, devenez ce que vous êtes, pour aider ceux qui les effectueront à s'épanouir dans leur profession. Au printemps dernier, l'organisme avait également lancé sur internet le défi Trame, composé de six épreuves. L'intérêt de ce jeu : savoir quels sont ses points forts et faibles dans son métier, valoriser ses compétences et accepter ses frustrations.

Livre Choisir l'épanouissement au travail

« Le bien-être et l'épanouissement au travail peuvent paraître utopiques pour certains, voire un luxe pour d'autres ». Ainsi, débute la présentation de cet ouvrage des éditions Gereso, écrit par Marie Dumont, spécialiste de la psychologie positive et coach en développement personnel. En élevage peut-être encore davantage que dans d'autres domaines d'activité.

« S'y intéresser » et se nourrir des « exemples fructueux d'entreprises ayant osé se remettre en question et casser les codes établis », même si elles n'appartiennent pas au secteur agricole, ne peut qu'être bénéfique aux éleveurs. La lecture de ce livre pourra leur être utile afin de leur montrer, notamment, que le stress et la souffrance professionnels ne sont pas « une fatalité ».

livre choisir l epanouissement au travail (©Gereso) 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


moonette
Il y a 118 jours
tout à fait d accord !!! on voit que ces personnes n y sont pas...dans l exploitation
Répondre
moon
Il y a 161 jours
c est toujours facile de donner des conseils quand on n y connait rien !!! on n a plus envie de rien apprendre quand on est au fond !!!!!
Répondre
Moty
Il y a 166 jours
Je comprends qu'un certain nombre de choses s'apprend, mais quand on est en surcharge de travail et qu'on reçoit des lettres de Rappel et/ou des recommandés pour des impayés y compris de la MSA; des citoyens qui te disent Non c'est comme ça qu'il faut faire , un animal malade , un matériel en panne, qu'il fait pas chaud à la maison. Quand tout se cumule, parfois c'est trés dur
Répondre